Placements: un risque calculé

Pierre Payeur, conseiller principal en gestion du patrimoine... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Pierre Payeur, conseiller principal en gestion du patrimoine et assurances de personnes chez Desjardins

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE REER
ZONE REER

Parvenir à épargner peut dépendre de ses conditions de travail, de santé, de ses responsabilités familiales. Et ces conditions peuvent varier selon que vous êtes dans la trentaine, à la mi-quarantaine, ou dans la soixantaine avec la perspective d'une retraite. C'est en souhaitant répondre à quelques-unes des questions que se posent ces trois groupes d'âge que Le Soleil aborde cette année ses cahiers REER. »

Sur le même thème

Raphaëlle Plante

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) «Nous sommes dans un contexte où la tendance est à moins épargner, les taux d'intérêt encouragent à la consommation et à l'endettement au lieu de l'épargne.»

Pierre Payeur, conseiller principal en gestion du patrimoine et assurances de personnes chez Desjardins, ne cache pas son inquiétude par rapport à ce constat. «Ce qui est inquiétant, c'est qu'en agissant ainsi, les gens se mettent à risque pour le futur, pour la réalisation de leurs projets... Ils risquent de manquer leur coup et de travailler plus longtemps.»

Mais pourquoi les taux d'intérêt demeurent-ils aussi faibles - le taux directeur de la Banque du Canada est maintenu à 1 % - alors que l'économie canadienne va bien? C'est là que le contexte mondial entre en ligne de compte, indique M. Payeur. Le marché nord-américain est «contaminé» par les problèmes à l'étranger : l'Europe subit toujours de graves problèmes de croissance économique, particulièrement au sud, et en Asie, les grandes puissances que sont la Chine et le Japon font face respectivement à un ralentissement de la croissance économique et à un problème de déflation (baisse des prix) lié au vieillissement de la population. 

Résultat : les taux d'intérêt dans ces régions du monde sont abaissés pour restimuler l'économie, et les étrangers qui viennent investir au Canada mettent une pression à la baisse sur les taux d'intérêt du pays, explique M. Payeur. «Ça fait deux, trois, quatre ans qu'on prévoit que les taux d'intérêt vont augmenter [au Canada], ce qui arrive normalement quand l'économie va bien, mais c'est l'inverse qui arrive. Comme on s'oriente pour avoir une économie mondiale relativement modérée, lente, on risque d'avoir des taux d'intérêt qui restent faibles.»

Le coût de la sécurité

Dans ce cas, comment effectuer des placements qui offrent des rendements intéressants? «La sécurité a un coût. Placer "pépère" à long terme, ça donne un rendement médiocre. Dans la trentaine, il faut sensibiliser les gens à faire des placements plus risqués et à diversifier leurs placements en bourse», signale M. Payeur. Pour illustrer ses propos, le conseiller soulève des chiffres fournis par Desjardins : pour accumuler 100 000 $ après 20ans à un taux de rendement espéré de 7 % (avec un pourcentage d'actions élevé), une personne devra épargner 192 $ par mois. Toutefois, avec des placements plus sécuritaires ne comptant pas d'actions, à un taux de rendement espéré de 3 %, la même personne devra épargner 305 $ mensuellement pendant 20 ans pour accumuler le même montant. 

«Rester investi dans les marchés»

M. Payeur fait également valoir l'importance de «rester investi dans les marchés», ce qui signifie de ne pas céder à la panique en retirant son argent sur un coup de tête lorsque les rendements sont moins bons. Les chiffres à ce sujet sont éloquents : pour un investissement de 10 000 $ effectué le 31 décembre 1992 sur le marché boursier canadien, le rendement annuel moyen au 31 décembre 2013 si le placement a été maintenu sans discontinuité est de 8,27 %. Sur la même période de 21 ans, si l'investissement avait été absent du marché lors de ses 10 meilleures journées, le rendement annuel moyen aurait chuté à 5 %. Et une absence lors des 40 meilleures journées à la bourse canadienne aurait occasionné un rendement négatif de - 0,65 %. Cela sur 21 ans! Comme quoi la discipline, la constance - et un peu de zénitude - constituent la meilleure attitude à adopter pour tirer le meilleur de ses actions!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer