• Le Soleil > 
  • ZONE > 
  • ZONE REER 
  • > Régime enregistré d'épargne-études: profiter de la générosité gouvernementale 

Régime enregistré d'épargne-études: profiter de la générosité gouvernementale

L'étudiant qui bénéficie d'un REEE pour ses études... (Shutterstock, BlueSkyImage)

Agrandir

L'étudiant qui bénéficie d'un REEE pour ses études postsecondaires touchera les subventions gouvernementales versées au régime ainsi que les revenus de placements effectués par ses parents.

Shutterstock, BlueSkyImage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE REER
ZONE REER

Parvenir à épargner peut dépendre de ses conditions de travail, de santé, de ses responsabilités familiales. Et ces conditions peuvent varier selon que vous êtes dans la trentaine, à la mi-quarantaine, ou dans la soixantaine avec la perspective d'une retraite. C'est en souhaitant répondre à quelques-unes des questions que se posent ces trois groupes d'âge que Le Soleil aborde cette année ses cahiers REER. »

Sur le même thème

Raphaëlle Plante

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Pour les parents qui souhaitent contribuer à financer les études postsecondaires de leurs enfants, le régime enregistré d'épargne-études (REEE) est un incontournable en raison des généreuses subventions gouvernementales qui s'ajoutent au rendement des placements dans ce régime.

Afin d'aller chercher le maximum de cette générosité gouvernementale, l'idéal est d'investir dès la naissance de l'enfant jusqu'à sa majorité, puisque les subventions sont versées sur une base annuelle. Pour en profiter pleinement, il faut contribuer de 2500 $ par an au REEE.

Pour des parents ayant un revenu net de 87 907 $ ou plus en 2015, la subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE) est de 20 % jusqu'à l'atteinte d'un plafond cumulatif de 7200 $ par bénéficiaire, tandis que l'incitatif québécois à l'épargne-études (IQEE) est de 10 % jusqu'à l'atteinte d'un plafond cumulatif de 3600 $.

Tant la SCEE que l'IQEE peuvent être majorés pour encourager les familles à faible ou moyen revenu à épargner pour encourager les études de leurs enfants. Le gouvernement fédéral fournit également une mesure supplémentaire incitative allant jusqu'à 2000 $ - le Bon d'études canadien - pour les familles à faible revenu.

Sophie Sylvain, planificatrice au Mouvement Desjardins, illustre les bénéfices engendrés par un exemple tout simple : si des parents ayant un revenu net de 60 000 $ par année investissent 100 $ par mois pour leur enfant dès sa naissance, ils auront investi 20 400 $ en 17ans (soit 1200$ par année), ce qui engendrera 4930$ de subvention fédérale (290$/an) et 2465$ de subvention provinciale (145$/an) - en supposant que le revenu des parents et les montants des subventions demeureront inchangés durant cette période. Ces sommes s'ajouteront aux revenus générés par les placements dans le REEE. 

Plus flexible

«Il faut enlever le mythe que le REEE est restrictif, ça a énormément évolué dans les dernières années et il y a plus de flexibilité, souligne Mme Sylvain. Il ne faut pas perdre de vue que les cotisations au régime appartiennent au souscripteur [le plus souvent le parent] et qu'elles peuvent être reprises au moment où l'enfant est rendu aux études postsecondaires pour replacer dans un REER. Les subventions et revenus générés seront [quant à eux] remis à l'enfant à son taux d'imposition.»

Contrairement au REER, il n'y a pas d'imposition au moment de reprendre les cotisations puisqu'il n'y a pas eu de déductions d'impôt au préalable. Si l'enfant ne fait pas d'études postsecondaires, «les dégâts sont limités : les cotisations sont récupérées, les subventions sont retournées aux gouvernements et les revenus de placements générés sont [généralement] récupérés, mais imposés s'ils ne sont pas mis dans un REER», précise Mme Sylvain.

Il existe trois types de REEE qui ont chacun leurs particularités : les régimes familiaux permettent de nommer plusieurs bénéficiaires (enfants d'une même famille), tandis que les régimes individuels et collectifs ne profitent qu'à un seul bénéficiaire. 

Revenu Québec recense plus d'une cinquantaine de fournisseurs de REEE - banques, caisses, fournisseurs de plans de bourses d'études, courtiers en placement, courtiers en épargne collective et courtiers en plans de bourses d'études.

Pour consulter la liste : goo.gl/SNwREq

Partager

À lire aussi

  • Épargner dans la trentaine

    ZONE REER

    Épargner dans la trentaine

    Parvenir à épargner peut dépendre de ses conditions de travail, de santé, de ses responsabilités familiales. Et ces conditions peuvent varier selon... »

  • Le RAP, un coup de pouce pour une maison

    ZONE REER

    Le RAP, un coup de pouce pour une maison

    Depuis sa création en février 1992, le régime d'accession à la propriété (RAP) a donné un coup de pouce à plus de deux millions de Canadiens pour... »

  • Épargner, c'est possible même avec des dettes!

    ZONE REER

    Épargner, c'est possible même avec des dettes!

    Vous venez à peine de quitter les bancs d'école que déjà on vous demande d'économiser pour vos vieux jours! Vous avez quelques dettes d'études, une... »

  • Placements: un risque calculé

    ZONE REER

    Placements: un risque calculé

    «Nous sommes dans un contexte où la tendance est à moins épargner, les taux d'intérêt encouragent à la consommation et à l'endettement au lieu de... »

  • Le RVER, un nouvel outil pour inciter à l'épargne

    ZONE REER

    Le RVER, un nouvel outil pour inciter à l'épargne

    Depuis quelques mois à peine, des entreprises québécoises qui n'offraient auparavant aucun régime de retraite à leurs employés ont commencé à leur... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer