Étudier en génie, un bon investissement?

Optimiste, Richard Buteau, directeur du Service de placement... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Optimiste, Richard Buteau, directeur du Service de placement de l'Université Laval, croit que le creux de la vague en génie civil est derrière lui. Avec les grands chantiers, il croit que les occasions seront présentes, notamment dans le secteur public.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Profession: ingénieur
ZONE Profession: ingénieur

L'Ordre et le Réseau des ingénieurs cherchent à rebâtir la confiance du public envers cette profession malmenée par la Commission Charbonneau. Comment ? Et le point sur la formation des ingénieurs et les défis de l'avenir. »

(Québec) «Ç'a toujours été un emploi de choix être ingénieur», indique Richard Buteau, directeur du Service de placement de l'Université Laval. «Les finissants réussissent à trouver des carrières stimulantes», ajoute-t-il.

Les jeunes «veulent faire la différence dans le monde, créer des projets d'envergure, inventer des produits révolutionnaires, améliorer le monde qui les entoure», explique Catherine Ménard, conseillère en communication pour le Réseau des ingénieurs du Québec. 

Génie civil, électrique, du logiciel... les choix ne manquent pas, mais lesquels sont plus particulièrement recherchés par les employeurs. 

En génie informatique et en génie du logiciel, les étudiants seront particulièrement convoités par les employeurs en raison d'une pénurie de main-d'oeuvre généralisée. «Microsoft et Apple viennent recruter des finissants ici», indique Allan Doyle, responsable du service de stage et de placement à Polytechnique. L'éclatement de la bulle technologique en 2001 avait diminué l'enthousiasme des étudiants pour ces métiers, mais, depuis, les cohortes sont plus petites et ne suffisent plus à la demande. Un bon moment pour négocier d'excellentes conditions de travail. 

Que les temps soient durs ou faciles, le génie industriel est également une valeur sûre. «Quand ça va bien, c'est pour investir et quand ça va mal, c'est pour sauver des coûts et pour réparer. Ils s'en sortent toujours assez bien», explique M. Doyle. 

Temps plus difficiles

Tout n'est pas rose cependant, en génie civil, les temps se font plus difficiles. «Toutes les universités ont augmenté leurs effectifs en génie civil [l'École de technologie supérieure (ÉTS) est passée d'environ 100 étudiants à 450], mais la conjoncture depuis deux ans n'est pas très favorable», explique Pierre Rivest, directeur de l'enseignement corporatif à l'ÉTS. Un effet Charbonneau? Pas seulement cela, dit-il, les villes et les gouvernements ayant diminué le nombre de contrats publics. 

Optimiste, il croit cependant que le creux de la vague en génie civil est derrière lui. Avec les grands chantiers, il croit que les occasions seront présentes, notamment dans le secteur public. Du côté de l'Université Laval, on observe aussi ce mouvement en génie civil, bien que le secteur privé demeure le plus gros employeur, le secteur public emploie de plus en plus.  

Du côté du génie chimique et mécanique, les étudiants risquent également d'avoir plus de difficulté à trouver un emploi s'ils demeurent dans les secteurs plus traditionnels de la pétrochimie et de l'aéronautique. 

«Toute la pétrochimie a fondu, mais ils peuvent se replacer dans l'agroalimentaire et le biomédical», explique M. Doyle à propos des étudiants en génie chimique. De même pour l'aéronautique, «depuis un an, les grandes compagnies québécoises sont en difficulté, alors on engage un peu moins», dit M. Rivest, «mais dans le secteur manufacturier, ils réussissent à bien se placer». Étudier en génie serait-il un investissement plus risqué que l'on croit? Pas du tout, disent nos interlocuteurs. Selon Allan Doyle, dans l'ensemble, 98 % des étudiants se trouveront un emploi d'ici un an après leurs études.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer