En quelques lignes...

Les Îles-de-la-Madeleine comptent 325 bateaux de pêche au... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les Îles-de-la-Madeleine comptent 325 bateaux de pêche au homard.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Pêcheries
ZONE Pêcheries

Sans faire de bruit, une partie du secteur des pêcheries québécoises, principalement les ressources comme le crabe, le homard et la crevette, a relevé la tête depuis quelques années. Débarquements records, exportation massive à travers le monde, présence remarquée des communautés autochtones marquent ce domaine qui procure de l'emploi à quelques milliers de travailleurs dans l'Est-du-Québec et sur la Côte-Nord. Le Soleil fait le point. »

<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Percé) - Le Québec maritime compte plus de 1000 entreprises de pêche commerciale actives, c'est-à-dire des pêcheurs possédant un bateau. On dénombre un peu plus de 4000 pêcheurs et aide-pêcheurs.

- Les Îles-de-la-Madeleine comptent 325 bateaux de pêche au homard. Environ 1000 personnes travaillent sur ces bateaux. Autour de 70 % des prises québécoises de homard viennent de l'archipel.

- Les permis de capture sont délivrés par le ministère fédéral des Pêches et des Océans. C'est le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation qui délivre les permis de transformation pour les usines. L'Agence canadienne d'inspection des aliments fait des vérifications dans les usines qui exportent, et elles exportent pratiquement toutes.

- Il a longtemps été question de combler la réduction de certaines biomasses marines par la mariculture, l'élevage en mer ou en bassins d'eau salée de diverses espèces. À ce titre, le Québec stagne depuis près de 30 ans. Toutefois, au cours des deux dernières années, les revenus des mariculteurs québécois, peu nombreux, et situés en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord, sont passés de 1,1 million à 1,7 million $. C'est peu, mais les 1,7 million constitueraient un record. Les pétoncles et les huîtres sont en croissance. L'élevage en eau salée a toutefois besoin d'un grand élan pour supplanter l'aquaculture en eau douce au Québec, domaine dans lequel 80 détenteurs de permis ont vendu pour 11 millions $ de poissons en 2013, en employant 160 personnes.

- Le travail dans les usines est difficile. Les gens sont souvent debout, sur un plancher de béton, dans l'humidité. La rémunération est légèrement supérieure au salaire minimum pour les postes de manoeuvre. Les salaires sont significativement meilleurs pour les postes requérant des qualifications. Dans la période la plus intense de débarquement de crabe, il est courant que des ouvriers cumulent entre 60 et 80 heures par semaine, parfois un peu plus.

- Les pêcheurs commerciaux québécois peuvent-ils faire mieux en 2016 qu'en 2015? Le prix du crabe des neiges au débarquement a augmenté de 35 à 40 % cette année, avec un petit coup de pouce d'un dollar canadien dévalorisé par rapport à la devise américaine. Le prix de la crevette atteint un sommet historique, en raison d'une baisse de l'offre mondiale de crevettes d'eau chaude. Quant au homard, son prix est en hausse par rapport à 2015. Si les quantités sont similaires pour ces espèces, un autre record est atteignable.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer