La morue reviendra-t-elle?

Les biologistes de Pêches et Océans Canada voient... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les biologistes de Pêches et Océans Canada voient de légers signes de recouvrement des stocks de morues dans le nord du golfe.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Pêcheries
ZONE Pêcheries

Sans faire de bruit, une partie du secteur des pêcheries québécoises, principalement les ressources comme le crabe, le homard et la crevette, a relevé la tête depuis quelques années. Débarquements records, exportation massive à travers le monde, présence remarquée des communautés autochtones marquent ce domaine qui procure de l'emploi à quelques milliers de travailleurs dans l'Est-du-Québec et sur la Côte-Nord. Le Soleil fait le point. »

<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) La morue a été soumise à trois moratoires depuis 1993. Le sébaste, ou «poisson rouge», a été pratiquement invisible pendant 20 ans dans les eaux du golfe Saint-Laurent. Reverra-t-on ces deux espèces de poisson de fond en abondance un jour? Les biologistes de Pêches et Océans Canada voient de légers signes de recouvrement des stocks dans le nord du golfe, mais c'est moins encourageant dans la partie sud.

Le morutier Réginald Cotton, de Rivière-au-Renard, qui est détenteur de permis de crevette, voit de plus en plus de morue. Depuis plusieurs années, il affirme que «si on ferme des sous-zones de crevette parce qu'il y a trop de prises accidentelles de morue, c'est qu'elle revient». Il croit en outre que l'ancien gouvernement conservateur a espacé l'évaluation des stocks de morue afin d'ouvrir le golfe à l'exploration pétrolière et gazière.

Jean-Paul Gagné, de l'Association québécoise de l'industrie de la pêche, croit aussi que «la morue et le sébaste s'en viennent. Ça s'annonce prometteur.»

Depuis quelques années, deux autres espèces de poisson de fond, le flétan du Groenland, aussi appelé turbot, et le flétan atlantique, un poisson massif, font de belles percées. Les débarquements de turbot ont totalité 9,6 millions $ en valeur en 2015, comparativement à 4,6 millions $ pour le flétan atlantique. Ce sont deux espèces qui génèrent aussi beaucoup de travail en usine.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer