Département de gastroentérologie à Trois-Rivières: la passion du métier, l'énergie du groupe

Jacynthe Larouche, Émilie Saint-Onge, Rachel Bourgault, Madeleine Bonneviot... (Le Nouvelliste, Stéphane Lessard)

Agrandir

Jacynthe Larouche, Émilie Saint-Onge, Rachel Bourgault, Madeleine Bonneviot sont le nouveau visage du service de gastroentérologie du CHAUR de Trois-Rivières.

Le Nouvelliste, Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Médecins spécialistes

Actualité

ZONE Médecins spécialistes

ZONE Médecins spécialistes description »

(Trois-Rivières) Les éclats de rire fusent de toutes parts dans le petit bureau du département de gastroentérologie du CHAUR de Trois-Rivières, là où l'entrevue a lieu. Quatre médecins, quatre collègues, quatre filles qui aiment la vie, ça transparaît tout de suite juste aux éclats de voix et à la bonne humeur qui se dégage du groupe.

À Trois-Rivières, le portrait des services en gastroentérologie a drôlement changé depuis les cinq dernières années. La chef de service en gastroentérologie, Jacynthe Larouche, partageait autrefois le travail avec seulement deux autres collègues, réussissant à peine à suffire à la lourde tâche. Mais depuis cinq ans, le recrutement de quatre nouveaux médecins et l'acquisition de nouveau matériel pour le service ont changé complètement le visage de cette équipe, à la fois dynamique et passionnée.

Parmi ces nouveaux visages, difficile de ne pas remarquer Madeleine Bonneviot, Rachel Bourgault et Émilie Saint-Onge. Les trois jeunes gastroentérologues sont arrivées coup sur coup, à un an d'écart, après leurs études pour se lancer dans cette carrière passionnante. À travers les dossiers, les suivis, les tours de garde et les nombreux patients, le quatuor a su aussi développer une belle amitié qui ne fait que transparaître dans l'efficacité de l'équipe.

«Je n'ai jamais voulu être chef exclusive du service. Je préfère de loin le partage des tâches, le sentiment d'appartenance. Nous prenons nos décisions en groupe», explique Jacynthe Larouche. «On jase beaucoup entre nous, des patients, des pathologies. On s'entraide. Nous pourrions être individualistes, mais ce serait moins intéressant tant pour l'équipe que pour les patients», convient Émilie Saint-Onge.

Bonne dynamique

Chacun des nouveaux médecins est arrivé à son tour au département, un à la fois, sans forcément connaître les autres. Bien que quelques ajustements soient toujours nécessaires dans chaque département, une bonne dynamique s'est rapidement installée, remarque Madeleine Bonneviot. «La communication, c'est super important. Et on a aussi mis notre effort dans l'organisation des activités sociales du département. Un bon esprit d'équipe, ça se construit», croit-elle.

À maintenant sept gastroentérologues à Trois-Rivières, l'offre de service du CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec est dorénavant très large, fait remarquer Jacynthe Larouche. «Les patients sont vus beaucoup plus rapidement qu'avant et on offre la majeure partie des examens et des suivis. On n'a plus besoin d'envoyer notre monde à Montréal ou à Québec», indique-t-elle.

Les collègues indiquent qu'avec l'agrandissement récent du bureau de la polyclinique trifluvienne, ils sont en mesure d'être en tout temps au moins trois gastroentérologues disponibles pour les suivis des patients.

«Il y a une synergie très intéressante dans le groupe. On se tient à jour, on participe à des congrès, on s'appelle pour discuter des cas plus problématiques. On s'enrichit les uns les autres et c'est franchement bénéfique pour tout le monde», ajoute Jacynthe Larouche.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer