Dr Mario Viens, chirurgien: prendre le temps, un patient à la fois

Humain, blagueur et empathique, le Dr Mario Viens,... (La Tribune, MAXIME PICARD)

Agrandir

Humain, blagueur et empathique, le Dr Mario Viens, chirurgien général au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, prend toujours le temps qu'il faut pour écouter ses patients et les rassurer dans les moments difficiles.

La Tribune, MAXIME PICARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Médecins spécialistes

Actualité

ZONE Médecins spécialistes

ZONE Médecins spécialistes description »

(Sherbrooke) Les médecins ont parfois la réputation de manquer d'amabilité ou de consacrer trop peu de temps à leurs patients. Mais si vous avez déjà croisé le Dr Mario Viens, chirurgien général au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, votre opinion des médecins spécialistes se situe probablement à des années-lumière de celle-ci.

Aux yeux du Dr Viens, les patients sont d'abord et avant tous des êtres humains, qui ont besoin d'être écoutés, compris, sécurisés, surtout lorsqu'ils font face à une mauvaise nouvelle. Et les mauvaises nouvelles font malheureusement partie du lot quotidien du chirurgien sherbrookois.

«Dans ma spécialité, on travaille beaucoup avec les deux cancers les plus fréquents, le cancer du sein et le cancer colorectal. Alors on a très souvent à apprendre aux gens qu'ils souffrent d'un de ces cancers», souligne le diplômé en médecine de l'Université de Sherbrooke.

«Une des premières choses qu'on leur dit, c'est qu'on va les suivre pendant les cinq ou dix prochaines années, poursuit-il. Juste le fait de leur dire ça, on dirait que ça les rassure. Heureusement, aujourd'hui, on arrive à sauver la majorité des gens. Lorsque ça arrive, ils sont toujours très reconnaissants. C'est une des choses que j'aime le plus de mon travail : son côté gratifiant.»

Afin de dédramatiser ces annonces qui bouleversent des vies, le Dr Mario Viens a souvent recours à l'humour, qu'il utilise évidemment avec tact et parcimonie.

«Tout le monde n'est pas abordable de la même façon, surtout dans ce genre de situations, et ça, ça se sent, constate-t-il. Mais avec la majorité des gens, l'humour va beaucoup aider.»

Pour celui qui travaille une journée par semaine à la Clinique de santé Jacques-Cartier, pas question de voir ses patients en vitesse: même si son horaire est bien chargé, le chirurgien consacre toujours une partie de son temps à connaître les individus qu'il suit.

«Ce côté "humain", je tiens ça de ma mère. Je pense qu'il faut prendre le temps avec le monde. Prendre le temps de s'asseoir avec eux et de parler de ce qu'ils vivent. Après tout, il y a beaucoup de la guérison qui se passe là-dedans», dit-il en pointant sa tête.

«J'aime aussi prendre le temps de créer des liens avec mes patients. Comme l'autre jour, je suis arrivé à la clinique, et je voyais une dame dans la salle d'attente en train de libre un livre sur une liseuse électronique. Alors je lui ai demandé si elle aimait ça lire là-dessus, et pendant dix minutes, on a parlé de lecture. Je fais souvent ça avec mes patients... Je finis tard, mais ça vaut la peine!» lance-t-il en rigolant.

Quand chaque geste est une question de vie ou de mort

Le Dr Mario Viens a toujours vu la médecine, puis la chirurgie, comme la voie évidente à emprunter, celle qui lui était destinée. En maternelle, il se représentait déjà dans ses dessins en pleine opération.

Mais en effectuant sa résidence, le Sherbrookois s'est mis à douter de sa capacité à gérer son stress et à mettre ses émotions de côté devant les situations pénibles dont les chirurgiens sont parfois témoins.

«Comme on s'occupe de la traumatologie, donc des accidentés de la route et tout ça, on doit apprendre à gérer notre stress, parce que dans ces opérations-là, le temps compte et ça arrive qu'on perde des gens, mentionne le Dr Viens. Il faut aussi savoir exclure le côté émotif que ça peut avoir, parce que c'est sûr qu'on travaille avec des êtres humains, donc c'est facile de laisser trop de place aux émotions.»

«Personnellement, au départ, je pensais que je trouverais ça difficile de ne pas ramener à la maison ce que je vis au travail, avoue-t-il. Je pense que beaucoup de gens ont de la misère à faire ça, et c'est peut-être ce qui explique le haut taux de dépression chez les médecins. Mais finalement, je gère très bien tout ça. C'est sûr qu'il reste toujours un petit stress, comme pour les artistes qui montent sur une scène toute leur vie et qui ont quand même un petit trac, mais je pense que chaque travail comporte son lot de stress. Il faut simplement apprendre à vivre avec.»

Et à part la médecine?

Lorsqu'on l'interroge sur ses passions à l'extérieur du travail, le Dr Mario Viens parle d'abord... du travail!

«C'est sûr qu'une de mes plus grandes passions, ça reste d'opérer, dit-il. Quand on est appelé à deux heures du matin, au mois de décembre, et qu'il fait moins 30 dehors, aller à l'hôpital, ça nous tente plus ou moins. Mais dès qu'on arrive au bloc opératoire, on oublie tout.»

Depuis vingt ans, le Dr Viens s'implique également dans l'Association québécoise de chirurgie, qu'il préside pour la cinquième année.

«C'est de l'administration que je trouve très intéressante, et avant, je ne connaissais pas ce côté-là de moi, le côté administrateur, note-t-il. Ça prend beaucoup de mon temps, je travaille souvent les soirs et ma conjointe me le reproche parfois, mais elle voit que j'aime ça! Je vais devoir quitter dans les prochaines années et je vais trouver ça dur.»

Malgré tout, le chirurgien trouve le temps de pratiquer quelques sports, principalement le ski en hiver et la planche à voile en été.

«J'ai commencé le ski à trois ou quatre ans, se souvient-il. J'ai arrêté pendant un petit bout de temps à cause de mes études, puis j'ai recommencé. Et quand mes enfants sont nés, ç'a été comme un second début! J'en ai fait beaucoup avec eux.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer