Médecins spécialistes

Dre Linda Milette, spécialiste en médecine préventive à Trois-Rivières: quand la prévention fait la différence

Bien impliquée dans de nombreux dossiers de santé... (Le Nouvelliste, Stéphane Lessard)

Agrandir

Bien impliquée dans de nombreux dossiers de santé publique, la Dre Linda Milette a aussi choisi de consacrer une partie de son temps de travail à la pratique clinique.

Le Nouvelliste, Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Médecins spécialistes

Actualité

ZONE Médecins spécialistes

ZONE Médecins spécialistes description »

(Trois-Rivières) Si les médias nous rapportent une recrudescence des cas de rougeole dans la région, ou encore une forte augmentation des cas de chlamydias chez les 15-24 ans, il y a fort à parier que la Dre Linda Milette sera déjà au travail pour traiter les personnes atteintes et tenter d'enrayer une possible éclosion, voire une épidémie.

La spécialiste en médecine préventive à la Direction de santé publique de la Mauricie et du Centre-du-Québec demeure réaliste : les succès, dans son domaine d'intervention, sont difficilement quantifiables. «Quand personne n'est malade, c'est que la Santé publique a bien joué son rôle», lance-t-elle en éclatant de rire. Loin de s'en formaliser, elle apprécie plutôt cet aspect de son travail, encore plus quand elle a la possibilité de travailler en équipe avec les différents services du réseau de la santé. 

«C'est vraiment ce qui m'a attirée vers cette spécialisation, le travail d'équipe. J'aime faire partie du processus pour aider les gens. On dit que seul, on va plus vite, mais moi, je dis qu'ensemble, on va plus loin», dit-elle.

C'est ainsi que, devant la recrudescence des cas de chlamydias par exemple, elle a contribué à des campagnes d'envergure pour la sensibilisation des jeunes au port du condom. «C'est un combat de tous les jours, car on ne voit pas les séquelles de l'infection dans l'immédiat. Il faut donc rapprocher les services de notre clientèle, rendre disponibles les condoms gratuitement, parler des conséquences, amener les cliniques de dépistage dans les cégeps, dans les bars. Il faut diminuer les barrières. Et par-dessus tout, il faut continuer d'investir dans la prévention au niveau de la santé publique», croit la Dre Milette.

Bien impliquée dans de nombreux dossiers de santé publique, Linda Milette a aussi choisi de consacrer une partie de son temps de travail à la pratique clinique, plus particulièrement auprès de la clientèle toxicomane en tenant une clinique de méthadone une fois par semaine à Trois-Rivières. Une pratique qui semble contraster nettement avec la personne délicate et douce qui se trouve devant nous. 

«Vous savez, c'est un privilège d'entendre leurs histoires. Et ces gens qui viennent nous voir et qui acceptent une certaine reprise en main, nous pouvons leur offrir une prise en charge globale, comme de mettre leur vaccination à jour. Une fois qu'ils sont entrés dans le système, on peut aller beaucoup plus loin avec eux. C'est une clientèle pas toujours facile, mais on en fait un succès d'équipe. Et moi, j'ai véritablement l'impression d'aider les gens, de faire quelque chose de concret pour eux», confie-t-elle.

Linda Milette se propose aussi d'amener ses patients à essayer une méthode qu'elle met elle-même en pratique dans sa vie de tous les jours : la méditation de pleine conscience. «C'est une pratique qui permet à la personne d'être plus présente à soi, de vivre dans le ici et maintenant. Parfois, nous sommes tellement pris dans nos pensées qu'on en oublie de vivre notre vie au moment où il faut la vivre. Ça aide à la gestion du stress, mais aussi à prévenir la rechute dans un contexte de dépendance», souligne-t-elle.

Et à part la médecine?

Dès que l'occasion se présente, Linda Milette aime bien s'adonner au sport, sans nécessairement se lancer dans un défi compétitif. Elle qui fait la promotion des saines habitudes de vie se fait un devoir de mettre en pratique ce qu'elle enseigne.

«J'essaie d'intégrer le sport à ma vie quotidienne. Tant qu'il n'y a pas de neige, je vais prendre mon vélo pour me rendre au travail. Si j'ai l'occasion d'aller marcher une petite demi-heure, je vais y aller. Il y a aussi plein d'endroits à Trois-Rivières où passer du temps dans la nature, alors j'essaie d'en profiter. Je cultive les plaisirs simples, c'est tout», explique-t-elle.

La maman de trois enfants consacre aussi beaucoup de ses temps libres à sa famille, dont ses parents, qui habitent la même ville. Au cours des dernières années, elle a aussi fait une grande place dans sa vie à la méditation de pleine conscience, ce qu'elle recommande à certains patients. «Je crois que le bonheur est dans le moins. J'essaie de relever le défi de vivre ma vie en direct», mentionne-t-elle.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer