Médecins spécialistes

Dr François Cabana, chirurgien orthopédiste à Sherbooke: la médecine après plusieurs détours

Le Dr François Cabana a entrepris ses études... (La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Le Dr François Cabana a entrepris ses études de médecine à l'âge de 27 ans.

La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Médecins spécialistes

Actualité

ZONE Médecins spécialistes

ZONE Médecins spécialistes description »

<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(Sherbrooke) Son curriculum vitae est déjà impressionnant. Mais il prend une dimension de plus quand on sait que le Dr François Cabana a entrepris ses études de médecine à l'âge de 27 ans.

«Ma conjointe d'alors a eu un cancer et à force de côtoyer l'hôpital, j'ai réalisé que ça pouvait m'être possible de devenir médecin», raconte celui qui était nouveau bachelier se destinant à la recherche. «Pour passer de mon bac en physiologie cellulaire à la médecine, il n'y avait pas un si grand pas. En allant en médecine, j'allais pouvoir étudier sur le cancer et faire ma contribution.»

Certains ont essayé de le décourager en lui rappelant que la capacité d'apprentissage diminue à partir de 25 ans, mais bon. Non content de faire médecine, il a plutôt enfilé cinq années supplémentaires pour devenir chirurgien orthopédiste - «parce que finalement, j'avais réalisé que j'étais davantage manuel et que je pourrais probablement y être plus utile» - puis il s'est rendu pendant un an et demi en France pour se surspécialiser en chirurgie du rachis (colonne vertébrale).

«J'avais déjà un intérêt marqué pour le rachis et un poste dans ce domaine s'était ouvert au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke à la fin de ma formation en orthopédie. Devenir universitaire représentait également un beau défi à relever», dit ce Sherbrookois de naissance, qui allait ainsi rentrer à la maison après toutes ces années d'études à Québec.

En parallèle à son travail de clinicien, le Dr Cabana s'est beaucoup impliqué dans le développement de la recherche en orthopédie. En plus d'avoir intégré un plan de recherche dans le programme d'enseignement des résidents en chirurgie orthopédique et d'avoir permis le développement d'un laboratoire en recherche fondamentale, il s'est investi dans plusieurs projets spécifiques.

C'est le cas du laboratoire d'études en conduite automobile sur simulateur mis sur pied avec une équipe multidisciplinaire du Centre de recherche sur le vieillissement et du CHUS et dont l'expertise a migré dans l'actuel Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Estrie-CHUS. «Au départ, on voulait répondre à la question : docteur, est-ce que je peux conduire avec un plâtre?» relate-t-il. Sept ans plus tard, une étude de grande envergure sur des patients avec des fractures au pied ou à la cheville et plusieurs projets connexes avec des cas de fractures du poignet sont en cours.

C'est le cas aussi d'un projet de prise en charge des patients avec des fractures de fragilité (causées par l'ostéoporose) et d'un autre sur l'assistance en physiothérapie à domicile via Internet en collaboration avec la chaire de téléréadaptation, qui partent de ce même souci de répondre à des questions terre à terre et de mieux soigner les gens, explique ce fils de plombier, qui aura marché dans plusieurs sentiers pour tracer sa voie.

«Quand on est en recherche, c'est parce qu'on a une curiosité, et la curiosité, ça ne s'arrête jamais.

«Le service d'orthopédie est actuellement un des plus prolifiques au niveau des publications dans le Département de chirurgie», constate fièrement celui qui, après avoir occupé le poste de directeur de la recherche du service d'orthopédie, puis de directeur de recherche du département, est directeur du service d'orthopédie depuis 2014.

En Haïti et au Mali

Inspiré par le Dr Vincent Échavé, un éminent chirurgien sherbrookois étroitement impliqué dans Médecins sans frontières, le Dr Cabana a fait partie d'une mission pour prêter secours aux Haïtiens au lendemain du tremblement de terre de 2010. 

«J'ai toujours eu ce sentiment-là d'altruisme, mais je n'avais jamais osé», dit-il, jusqu'à ce que le Dr Échavé l'approche pour cette mission.

«On a opéré des 10-12 heures par jour pendant trois semaines. On a fait beaucoup de bien. C'est assez effarant de voir la souffrance et la pauvreté de ce peuple. Ce qui m'a le plus impressionné, c'est la noblesse qu'il dégage et sa résignation face à la vie et à la mort.»

À deux reprises depuis, il s'est envolé au Mali pour former des enseignants aux principes de base en chirurgie. «Au retour d'Haïti, j'ai voulu m'impliquer davantage dans ce type d'action. La deuxième fois, le climat était devenu assez tendu et, en plus d'Al-Qaida qui commençait à rôder autour, il y a eu un coup d'État le lendemain de notre départ... Ça change les perspectives.»

Et à part la médecine?

Quand il n'est pas dans une salle d'opération, dans un laboratoire ou dans une classe, le Dr François Cabana se pose des défis physiques. Il y a eu le Défi Pierre Lavoie à deux reprises, la Boucle, et il participe maintenant à des circuits de vélo de plus de 100 km, comme les Gran Fondo. Il réfléchit également à l'idée de se mesurer à l'Acotango en Bolivie en 2017 dans une expédition au profit de la Fondation du CHUS.

«Comme chacun, je sais que pour être en santé, il faut faire de l'exercice au moins trois fois par semaine, mais étant pas mal occupé, j'ai un peu de difficulté avec cette discipline régulière. M'inscrire à ces défis, ça m'oblige à bouger.»

À quelques reprises par ailleurs, il a endossé un rôle dans la production que la troupe de théâtre des employés du CHUS monte chaque année pour amasser des dons pour la même Fondation du CHUS. «J'ai un petit côté artiste. J'ai joué de la musique quand j'étais jeune. Mais je manque de temps pour m'investir totalement. Alors je demande d'avoir juste un petit rôle. Parce que j'aime ça et aussi parce que je pense que c'est bon pour la promotion de l'événement qu'il y ait un médecin dans la troupe et nous ne sommes pas nombreux à le faire.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer