Vers une ville plus dense

Gilles Lehouillier... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Gilles Lehouillier

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Lévis
ZONE Lévis

Un palmarès dévoilé plus tôt cet été place Lévis au huitième rang des villes canadiennes où il fait bon vivre, tout juste avant Québec. En quoi Lévis se distingue-t-elle pour offrir une qualité de vie exceptionnelle à ses quelque 145 000 citoyens? Le Soleil vous présente l'avis d'une famille qui a choisi d'y vivre, ainsi que de son maire qui aspire à ce que la ville fasse toujours mieux. Les principaux aspects où Lévis excelle sont aussi passés sous la loupe. »

Simon Lambert

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) En forte croissance depuis plusieurs années, la ville de Lévis poursuit sur sa lancée. Le maire Gilles Lehouillier brosse un portrait des chantiers lévisiens pour 2015.

La richesse foncière de la Ville (somme des valeurs taxables) a connu un bond de 10,3 % entre 2012 et 2013, une tendance que devraient confirmer les prochains chiffres, selon le maire Lehouillier. Sa ville obtient ainsi le premier rang québécois devant Sherbrooke, qui pointe à 7,9 %. Québec est au huitième rang, à 5,9 %. Chiffrée à un peu plus de 15 milliards $, elle était de 4,7 milliards $ en 2002, sur le territoire de l'actuelle ville.

L'année dernière a marqué un record pour la ville en matière de développement commercial : 128 millions $ de permis ont été alloués dans le seul secteur commercial. «C'est un développement assez fulgurant, souligne le maire. Et pour 2015, pour montrer comment notre potentiel de développement est énorme, on a 62 projets de développement en cours : résidentiel, commercial et industriel. On prévoit cette année 19 projets résidentiels, et 1455 unités d'habitation, relativement à 961 pour 2014.»

Pôles de développement

Sur la liste des chantiers en cours figure la consolidation des deux grands pôles de développement, dont le pôle Desjardins, avec entre autres les travaux de revitalisation et d'aménagement du secteur de la Traverse, qui seront achevés «d'ici décembre 2015», et qui ouvrent pour l'avenir à de nouvelles possibilités. «On n'a pas encore annoncé notre stratégie là-dessus, parce qu'on n'a pas complété notre étude; mais on est en train d'étudier l'utilisation du quai Paquet pour des croisières fluviales [...] à l'horizon de 2017-2018.»

Cent nouvelles chambres s'ajouteront à l'hôtel Four Point Sheraton en août, 200 unités de logement s'ajouteront dans le quartier Miscéo, et les plans et devis du futur centre de cancérologie de l'Hôtel-Dieu de Lévis sont en préparation. Les appels d'offres devraient suivre dans l'année à venir. «On va être rendu à quasiment 500 millions $ d'investissements pour remettre à niveau cet hôpital-là.»

Le pôle Chaudière, qui a connu une forte concentration de l'activité commerciale autour du Carrefour Saint-Romuald, appelle maintenant à un fort développement résidentiel, avec notamment les développements Roc Pointe, où 1100 unités sont à prévoir dans les trois prochaines années, et Immostar, sur les terrains de l'ancien ciné-parc de la Colline, où se prépare pour l'été la première phase d'un projet de plus de 500 unités en milieu de gamme.

«Dans les deux ou trois prochaines années, autour [du pôle Chaudière], c'est sûr qu'on va densifier. Il faut que les gens s'attendent à voir des édifices en hauteur qui vont monter là, au niveau de l'habitation. Parce qu'actuellement, on a une pénurie de logements, surtout dans le domaine locatif, alors il faut qu'on densifie.»

Cette densification, par ailleurs, s'inscrit dans une volonté de «rentabiliser, entre guillemets, les nouvelles infrastructures de SRB [Service rapide par bus] qu'on va développer. Il faut qu'on densifie, de plus en plus.»

À l'extérieur de ces pôles, le maire de la huitième ville la plus populeuse du Québec envoie toutefois un autre son de cloche. «Ce qu'on veut faire, c'est diversifier notre offre en termes d'habitation. Plus on s'approche des pôles, plus la densité d'habitation sera haute, et élevée. Plus on s'en éloigne, plus elle sera faible.»

Un pendant à l'économie

Soucieux de «conserver l'harmonie entre développement et qualité de vie», M. Lehouillier insiste, en marge des développements industriels et commerciaux majeurs des dernières années, sur une nécessaire «remise à niveau» de ses installations, notamment de ses équipements sportifs. «On va déposer bientôt au conseil municipal un plan d'interconnexion des réseaux cyclables entre toutes les ex-villes de Lévis.» Un projet de 8 à 10 millions $.

C'est sans compter, près de la Traverse, l'«intégration d'un lien mécanique entre le bas et le haut de la falaise», une verrière mécanique qui, contrairement au funiculaire de Québec, pourra accueillir les cyclistes.

La constuction d'un aréna de deux glaces est également prévue dans l'arrondissement du centre, ce qui portera le nombre de glaces lévisiennes à neuf, de quoi répondre à la demande. Dans le secteur Saint-Nicolas, on prépare également le complexe aquatique dont il est question depuis plusieurs années, et dont les fonds restent toujours à confirmer : «On procède à la démolition dès cet été. On attend seulement que les deux gouvernements signent l'entente sur le [Nouveau] Fonds Chantiers Canada. Dès que l'entente est signée, nous, on va passer à l'action.»

Pour être attractif, il faut développer le pendant "qualité de vie", résume le maire. Et là, on avait du rattrapage à faire.»

À savoir si ces chantiers permettent de consolider la nouvelle ville de Lévis, près de 10 ans après les fusions de 2006, le maire se montre plein d'assurance. «En ce qui concerne les gens qui font le développement, à Lévis, je pense qu'on a atteint une très grande maturité dans le milieu, maintenant. Également, je pense qu'on peut dire que le sentiment d'appartenance est de plus en plus là; les gens sont fiers de leur ville.»

Le maire Lehouillier sur...

La tête des ponts

«Il faut que les gens s'attendent à voir des édifices en hauteur qui vont monter là, au niveau de l'habitation»

«[...] actuellement, on a une pénurie de logements, surtout dans le domaine locatif, alors il faut qu'on densifie»

Le développement de la ville

«Pour être attractif, il faut développer le pendant "qualité de vie". Et là, on avait du rattrapage à faire»

L'offre en habitation

«On est chanceux, on a une ville qui est très diversifiée, et on veut offrir toutes les possibilités aux clients»

10,3 %
Augmentation de la richesse foncière de la ville (2012 à 2013)
400 M$
Investissements dans le Carrefour Saint-Romuald pour 2015-2017
1455
Nouvelles unités d'habitation prévues pour 2015

Vers l'avenir

Lévis en 2020, selon Gilles Lehouillier

«En 2020, si on réalise notre plan de match actuel, précise le maire Gilles Lehouillier, je pense que Lévis et Québec ensemble, on va être l'un des grands pôles les plus attractifs dans tout le Québec.» L'essor commercial et industriel de Lévis se poursuivra, pour sûr. «Mais maintenant, tous ces revenus qu'on génère avec le développement économique nous amèneront une qualité de vie exceptionnelle à Lévis, avec des équipements à la fine pointe. Et ça, ça va être très attractif.» M. Lehouillier souhaite faire de Lévis une ville reconnue pour sa qualité de vie, et pour offrir à sa population des équipements de qualité. «Pour 2020, je vois ma ville comme une ville en parfaite harmonie. Et une ville qui deviendra vraiment une terre d'accueil pour les familles, ça, c'est sûr et certain.»

Incontournable SRB

«Avec le transport conjoint qu'on développe avec la Ville de Québec, avance Gilles Lehouillier, on va révolutionner le transport collectif de Lévis.» Le Service rapide par bus, qui fera office de «colonne vertébrale» entre les deux villes, constituera une pièce maîtresse du développement de Lévis, avec à terme, sur les axes principaux, «un service aux deux minutes, aux heures de pointe». «Et ça, c'est extrêmement important, parce que le transport collectif de Lévis va passer de l'âge de pierre à l'âge moderne.» Le maire espère d'ailleurs que les premiers aménagements puissent se faire le plus rapidement possible. «Parce qu'on n'est pas dans le tramway, ce qu'on va demander au gouvernement du Québec, c'est d'accélérer le processus. Donc, on ne se contentera pas des délais proposés dans le rapport; nous, on aimerait que quelque part en 2017-2018, les travaux commencent pour l'implantation du SRB.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer