Alan Lake: une collaboration essentielle

Alan Lake, qui ouvrira la saison de La... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Alan Lake, qui ouvrira la saison de La Rotonde dès le 11 octobre, montre l'affiche de son précédent spectacle, Ravages, présenté en mai 2015.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE 20 ans La Rotonde

Actualité

ZONE 20 ans La Rotonde

ZONE 20 ans La Rotonde description »

28 novembre 2013Bloc photo Raphaelle Plante - Infographie (Focus1 / Jocelyn Bernier)
Raphaelle Plante

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Peu de temps après sa sortie de l'École de danse de Québec en 2007, l'interprète, chorégraphe, réalisateur et artiste en arts visuels Alan Lake planche sur la création de Chaudières, déplacements et paysages, son premier spectacle qui sera présenté par La Rotonde, en 2009.

«La Rotonde, je les appelle un peu mes mécènes artistiques. Ils accueillent l'artiste et le laissent aller [dans sa création]», décrit M. Lake, qui qualifie la collaboration avec le diffuseur d'essentielle pour aller à la rencontre du public. «Créer, on fait ça d'abord pour nous, mais c'est aussi pour pouvoir le partager avec les gens», souligne l'artiste pluridisciplinaire, qui combine à la danse les arts visuels et la vidéo.

Le chorégraphe, aussi interprète pour Le fils d'Adrien danse d'Harold Rhéaume, indique que La Rotonde a appuyé sa compagnie Alan Lake Factori(e) Land à chaque cycle de création. «J'apprécie d'aller présenter mes oeuvres à l'extérieur aussi, mais d'avoir Harold, La Rotonde, la Factori(e), l'amour pour Québec... tout ça aide à rester.»

M. Lake s'enthousiasme pour l'ouverture de la Maison pour la danse, prévue à l'hiver ou au printemps 2017, laquelle lui permettra d'avoir accès à de nouveaux studios pour créer. «Faire de la recherche fondamentale, tester, c'est important», signale-t-il.

La dernière création d'Alan Lake, Les caveaux, ouvrira la saison 2016-2017 de La Rotonde à compter du 11 octobre. Et, fait inusité, elle sera présentée dans un «lieu mystère». «On recrée un théâtre dans un endroit insolite [...] On amène les spectateurs dans le lieu de création, qu'on habite, mes danseurs et moi, plusieurs semaines avant les représentations pour s'imprégner de l'environnement», explique le chorégraphe.

Si la démarche n'est pas nouvelle pour M. Lake, qui a pris l'habitude «d'habiter un lieu» quelques semaines avec ses danseurs pour en tirer une vidéo présentée lors des spectacles en salle, c'est toutefois la première fois qu'il pousse l'expérience aussi loin, en amenant le public hors des sentiers battus.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer