Le génie au quotidien

En avril 2016, le centre de tri géré... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

En avril 2016, le centre de tri géré par la Société VIA a procédé à la mise en opération de deux machines de tri optique pour séparer les sortes de plastiques.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Ingénierie

Actualité

ZONE Ingénierie

La profession d'ingénieur a bien changé au Québec, s'adaptant aux besoins du temps. Où en est la profession aujourd'hui? Quels sont ses défis? Le contexte économique a-t-il un impact sur le travail des ingénieurs? Prêts pour un éventuel programme fédéral des infrastructures? Pour vous, les journaux du Groupe Capitales Médias se penchent sur ces questions. »

(Québec) Le travail des ingénieurs est au coeur de la vie quotidienne. Certaines innovations sont si bien intégrées qu'on ne les voit tout simplement plus. À preuve, ces trois exemples, puisés au coeur
de la vie municipale.

Améliorer le tri, c'est payant

PROBLÈME : améliorer la qualité du triage des matières recyclables pour obtenir de meilleurs prix.

SOLUTION : installer des appareils développés par le génie industriel pour l'automatisation du tri en éliminant la contamination croisée.

Au centre de tri de la Ville de Québec, l'installation de deux stations de triage optique sur les chaînes des matières recyclées a permis d'augmenter la qualité de la récupération tout en diminuant les pertes à cause des impuretés.

En avril 2016, le centre de tri, géré par la Société VIA a procédé à la mise en opération de deux machines de tri optique pour séparer les sortes de plastiques. «Il s'agit d'un système avec spectromètre pour analyser les types de plastique selon les longueurs d'onde réfléchies par les différents produits. L'appareil prend une photo, identifie les produits, la grosseur des morceaux et décide en quelques millièmes de seconde le chemin à prendre pour les produits en envoyant des jets d'air. Tel type de plastique va vers le haut, tel autre au centre ou et tel autre vers le bas. La section du bas permet de faire manuellement un nouveau tri des éléments qui pourrait constituer une contamination croisée», explique l'ingénieur Yannick Lagacé, ingénieur et directeur de l'usine.

L'idée de faire appel à l'ingénierie industrielle a commencé à germer dans la tête des responsables de la Ville de Québec et des gestionnaires à la suite de la crise dans les matières recyclées en 2008. Elle a fait son chemin à partir de 2009 avec l'arrivée du nouveau gestionnaire, la Société VIA, raconte Mathieu Fournier, conseiller en environnement du Service des travaux publics de la Ville. 

«Il fallait améliorer la qualité du triage pour pouvoir vendre des matières récupérées de très haute qualité», précise le pdg de la Société VIA, Jean-Sébastien Daigle. «Avec les appareils de tri optique, on identifie plus de 10 produits à la seconde. Pour obtenir les mêmes résultats, il faudrait entre 12 et 14 trieurs qui seraient moins précis que la machine. Cette trieuse optique est précise au point de reconnaître un morceau à peine plus gros qu'un Q-Tip alors que le trieur humain pourrait passer à côté, car la chaîne de triage roule rapidement sans s'arrêter.»

La qualité de la récupération varie de 90 à 95 % avec les trieuses, mais une partie doit être effectuée manuellement pour éliminer le reste à cause de contamination croisée. C'est-à-dire de la matière qui pourrait être confondue par le tri optique parce que l'objet ou le contenant comporte des caractéristiques semblables au produit recherché tout en ayant des composantes qui l'envoie dans une autre zone de récupération.

Côté revenus, les pertes étaient évaluées à 750 000 $ il y a deux ans. En raison du niveau de qualité atteint maintenant, avec l'installation des appareils de tri optique pour le plastique et ceux à courant de Foucault pour les métaux, après neuf mois d'utilisation, les pertes ont été ramenées à 200 000 $. Sur une année complète, estime Mathieu Fournier, les pertes de revenu à cause de la qualité (matière de qualité supérieure comparée à la qualité moindre lors de la vente aux recycleurs) seraient d'environ 100 000 $.

M. Fournier et M. Daigle rappellent que le taux de recyclage à la maison se situe entre 91 et 92 %. À ceux qui doutent de l'efficacité et de l'importance du recyclage, ils donnent l'exemple du papier. Le journal du jour envoyé aux déchets au lieu du recyclage coûte 18 fois plus cher à traiter s'il va à l'incinérateur et à l'enfouissement que s'il va au recyclage qui lui donnera une nouvelle vie.

Les bons effets d'un triage de qualité

L'amélioration de la qualité des produits triés a un effet sur les revenus, certes, mais elle sert aussi à assurer la qualification du centre de tri auprès des acheteurs. S'il y avait une nouvelle crise comme celle de 2008 où les prix des matières a chuté dramatiquement, le Centre de tri de Québec demeurerait dans la liste des fournisseurs privilégiés.

Actuellement, le centre de tri traite environ 60 000 tonnes de matière recyclable par année au rythme de 37 tonnes à l'heure pendant un seul quart de travail de huit heures. Si le tonnage de matière récupérée était à la hausse, le rythme pourrait monter à 40 tonnes à l'heure ou ajouter un quart de travail.

Quant à la technologie du tri optique, elle est évolutive. «On peut apprendre à la machine à reconnaître de nouveaux matériaux», indique le directeur de l'usine, Yannick Lagacé. Plus encore, le centre de tri mettra en opération dans quelques semaines un nouvel appareil qui permettra l'implosion du verre de manière à le transformer en divers produits que ce soit pour la construction ou encore la fabrication de nouveaux contenants de verre.

«Le système fait éclater le verre en minuscule particule, presque comme du sable», ajoute M. Lagacé. Ce sera la Castafiore du centre de tri qui, comme la chanteuse d'opéra dans les aventures de Tintin, fera éclater plus que des verres de cristal avec sa voix.




À lire aussi

  • Diminuer la vitesse dans les rues

    ZONE Ingénieur

    Diminuer la vitesse dans les rues

    PROBLÈME : la circulation est trop rapide dans les rues des zones résidentielles et sur les routes.SOLUTION : revoir la construction des rues et des... »

  • Les tracasseries du vent

    ZONE Ingénieur

    Les tracasseries du vent

    PROBLÈME : les effets négatifs du vent sur les bâtiments et les piétons.SOLUTION : analyser les corridors des vents dominants, modifier les... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer