Une barge unit les deux rives

Pour la sixième année, les Grands Feux sont... (Photo Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Pour la sixième année, les Grands Feux sont lancés à partir du fleuve comme ont pouvait le voir du quai Paquet à Lévis, l'an dernier.

Photo Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Grands Feux
ZONE Grands Feux

Les Grands feux Loto-Québec sont en quelque sorte le troisième lien entre Québec et Lévis. Les peintres du ciel en mettront plein la vue lors de six représentations pyromusicales accompagnées de spectacles de danse au quai Paquet et à la Place des canotiers. »

(Québec) Pour la sixième année, les feux d'artifice seront lancés d'une barge au beau milieu du Saint-Laurent. Question de se rapprocher du public et de donner un spectacle haut en couleur pour les gens de Québec et ceux de Lévis. Les Grands feux Loto-Québec sont en quelque sorte le troisième lien entre Québec et Lévis.

Pour arriver à créer une ambiance festive, les artificiers peuvent compter sur l'équipe expérimentée de Groupe Océan avec leurs remorqueurs pour positionner la barge dans le bon axe, malgré le courant fort du fleuve, les vagues, le vent et les marées. 

Côté sécurité, le Groupe Océan ne lésine pas : les normes internationales et nationales doivent être respectées à la lettre.

Lors des quatre premières années sur le fleuve, la barge supportant les mortiers était ancrée au fond du Saint-Laurent, en dehors du chenal de navigation. Depuis l'an dernier, l'embarcation est retenue par deux remorqueurs dans la voie de navigation, en face du quai Paquet et du Terminal des croisières.

Impossible d'ancrer la plateforme de 150 pieds sur 35 dans le chenal. Les forts courants, la marée et les vents qui feraient dévier tout le système. Le seul moyen de stabiliser la rampe de lancement, c'est de la retenir par des amarres reliées à deux remorqueurs. Le point de rupture des amarres est de 118 000 livres, c'est plus que suffisant pour éviter tout problème. Les capitaines des remorqueurs sont en contact constant pour maintenir la bonne pression sur les amarres et garder la barge à sa place. 

Jasmin Lajeunesse, chargé de projet pour le Groupe Océan explique toutes les règles à suivre. Le travail commence au moins trois jours avant la présentation. La barge est à quai et les mesures de sécurité sont déjà imposées pour protéger le quai, les travailleurs et les artificiers dans la mise en place des mortiers. Des remorqueurs sont autour pendant qu'une douzaine de personnes sont à l'oeuvre pour les préparatifs et assurer la coordination des activités.

L'accès est sous haute surveillance. Aucune entrée n'est autorisée pour les badauds. Les agents de sécurité sont toujours présents du début de montage jusqu'au démontage.

Une demie heure avant la présentation, la barge va vers sont point d'arrêt. La circulation maritime est arrêtée entre la pointe de l'île d'Orléans et le pont Pierre-Laporte, là où les navires peuvent s'ancrer temporairement. Les remorqueurs s'installent à 30 mètres de la barge, dans la zone de sécurité, la proue en direction de la barge.

 Les plaisanciers, navires de croisières et frêles esquifs, ont quatre zones d'ancrage à une distance sécuritaire pour éviter tout risque d'accident. La Garde côtière, la Sûreté du Québec, la GRC et l'agence privée de sécurité patrouillent avant, pendant et après le spectacle. Personne ne peut franchir la ligne de sécurité au risque de se faire évacuer.

«Près de 80 %, du travail consiste à mettre en place les mesures de sécurité, expose M. Lajeunesse. Ce sera l'installation de la signalisation, la mise en place des extincteurs, des pompes à incendie autonome, la tour d'éclairage, les bouées de sauvetage et les échelles d'embarquement. Rien ne peut être laissé au hasard.»

Lors de la prestation, trois artificiers seront sur la barge dans un conteneur d'acier munie d'une vitre de sécurité afin de voir tout ce qui se passe. Ils attendront 30 minutes après le feu d'artifice, le temps que les mortiers refroidissent pour compléter le déminage avant de revenir au quai.

Depuis qu'ils sont lancés à partir du fleuve,... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 2.0

Agrandir

Depuis qu'ils sont lancés à partir du fleuve, les gens de Québec et Lévis peuvent admirer le spectacle de la rive.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Si jamais

Si jamais il y avait un incident à bord de la barge, un incendie par exemple, les artificiers peuvent déclencher les pompes à incendie autonome. Cependant, Jasmin Lajeunese souligne que les deux remorqueurs sont équipés de lances contre les incendies avec des jets si puissants qu'ils sont capables de vider la barge des tous les mortiers en quelques secondes.

La complexité de tenir les feux d'artifice sur le fleuve vient des conditions changeantes à cause des courants marins, des grandes marées qui auront lieu ces jours-ci, des vagues. Quoi qu'il en soit, il assure que les deux équipes peuvent réagir promptement pour garantir la sécurité sur le fleuve.

L'organisation des Grands Feux a aussi établi des mesures d'urgence sur la terre ferme.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer