À chaque génération son bureau

Si l'image du bureau en coin fermé à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Si l'image du bureau en coin fermé à la Mad Men a longtemps été un idéal pour toute une génération de professionnels, l'arrivée des Y sur le marché du travail a complètement changé la manière d'approcher l'aménagement de l'espace de travail.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jean-Michel Poirier</p>
Jean-Michel Poirier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Il existe plus d'une façon d'aménager un espace de travail. Il s'agit d'une erreur de systématiser la manière de concevoir un bureau, il faut être en mesure de donner du choix.

C'est en tout cas ce qu'estime Martin Chenette, directeur du design industriel chez Teknion Roy et Breton, sur la Rive-Sud de Québec. Si l'image du bureau en coin fermé à la Mad Men a longtemps été un idéal pour toute une génération de professionnels, l'arrivée des Y sur le marché du travail a complètement changé la manière d'approcher l'aménagement de l'espace de travail.

«Aujourd'hui, on travaille avec trois générations différentes : les baby-boomers (nés entre 1946 et 1964), la génération X (nés entre la fin des années 60 et la fin des années 70) et la génération Y (née entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990), et les trois ne recherchent pas la même chose. Ça change complètement la donne» dans la manière d'aménager des espaces de travail, indique M. Chenette.

«Pour les baby-boomers comme moi, le bureau fermé est un idéal professionnel, c'est un symbole associé au prestige», explique M. Chenette. Or, l'idée de travailler en se retirant complètement du milieu de travail n'est plus vraiment à la mode chez la nouvelle génération.

«Les jeunes qui arrivent sur le marché du travail, ils ne veulent surtout pas se retrouver dans un bureau. Ils aiment le travail collaboratif; ils respirent la technologie, estime M. Chenette. Moi-même, je n'arrive pas à travailler dans le bruit. Quand je dois me concentrer, je m'isole dans un espace où je peux focaliser, alors qu'au bureau, il y a un jeune employé qui n'a qu'à mettre ses écouteurs s'il a besoin de s'isoler. Pour quelqu'un comme moi, travailler avec de la musique, c'est impensable», raconte-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer