L'aménagement doit refléter l'image de marque

L'environnement de travail de l'agence Hatem + D... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'environnement de travail de l'agence Hatem + D dans le quartier Saint-Roch

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Espace de travail
ZONE Espace de travail

L'espace de travail change. L'environnement, le mobilier, la lumière, tout est considéré lorsque vient le temps d'aménager l'espace de travail, comme l'ont expliqué quelques spécialistes consultés par Le Soleil. »

Laurie Richard
Laurie Richard

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) L'aménagement des espaces de travail fait aujourd'hui partie de l'ADN des entreprises et des organisations. En plus de se soucier de l'ergonomie et d'attirer les travailleurs, les dirigeants doivent s'assurer que leurs bureaux reflètent l'essence même de leur marque.

«Aujourd'hui, l'entreprise va souvent utiliser le réaménagement des espaces de travail pour changer l'image corporative de l'entreprise. On veut attirer des nouveaux talents» indique Martin Chenette, directeur du design industriel chez Teknion Roy & Breton, à Lévis. «Les jeunes professionnels ne veulent pas de bureaux fermés.» Ce mouvement, amorcé il y a cinq ans, est de plus en plus lourd, affirme-t-il. 

Même son de cloche dans les bureaux de l'agence Hatem + D établie dans le quartier Saint-Roch, à Québec. L'agence de créativité intégrée, qui emploie designers graphiques et architectes, se spécialise dans l'image de marque. 

«On construit des marques, on traduit les valeurs de l'entreprise», explique l'architecte Étienne Bernier, vice-président de Hatem + D. Leurs propres bureaux, aménagés dans un ancien garage d'autobus, expriment leur philosophie. Lumineux, à aire ouverte et au mobilier flexible, leur espace favorise la collaboration à 360 degrés. 

«On a une demande pour de beaux environnements. De l'efficacité. On veut aussi attirer des gens de talent, la crème de la crème. Surtout en informatique», ajoute l'architecte Catherine Parent de chez Hatem + D. «Ça contribue au sentiment d'appartenance», renchérit M. Bernier.

«Certaines professions sont plus classiques dans leur aménagement», indique toutefois Vadim Siegel, architecte associé chez ABCP architecture. Un bureau d'architectes ne ressemble pas à celui d'un cabinet d'avocats. Les premiers ont besoin de grandes surfaces de travail pour leurs plans et de pouvoir travailler en groupe : l'aire ouverte est de mise. Mais les avocats, qui gèrent des dossiers confidentiels, ne peuvent pas partager leur bureau. 

Quelques concepts sont cependant universels. Le confort des occupants, notamment, grâce à la lumière naturelle, la qualité thermique du bâtiment et l'ergonomie des postes de travail, explique M. Siegel. 

Après s'être imposé comme tendance au cours de la dernière décennie, le développement durable se rapproche de la norme en aménagement de bureau. Les entreprises requièrent des bureaux plus écolos. «Il n'y a quasiment pas de surcoût» pour les matériaux de construction sains, note M. Siegel.

Démocratiser la lumière 

Dans les bureaux de la firme ABCP, dans l'ancien centre de tri postal de Québec les employés ont été placés en périphérie, question de «démocratiser» la lumière. Une idée qui se répand dans plusieurs milieux de travail. Les bureaux des associés de la firme d'architecture sont situés au milieu, mais leurs cloisons sont en verre, pour plus d'ouverture. «En plus, les patrons ne sont pas souvent dans leurs bureaux; ils sont souvent en réunion. Moi, j'y suis 25 % du temps», indique l'architecte Vadim Siegel.

On réserve aussi maintenant les meilleurs espaces pour les partager. Fini le prestige des bureaux de coin! Dans les coins des salles, comme chez ABCP notamment, on trouve souvent des aires communes pour se reposer ou discuter en groupe.

Le look industriel de communication MADE... (Photo fournie par Hatem + D) - image 2.0

Agrandir

Le look industriel de communication MADE

Photo fournie par Hatem + D

Surprises industrielles

Hatem + D architecture a réalisé en 2012 les bureaux de l'agence de communication MADE, dans le quartier Saint-Sacrement, à Québec. Il s'agissait de transformer un ancien bureau administratif avec un budget modeste, explique l'architecte Étienne Bernier. On leur a offert «un look industriel basé sur des surprises, trouvées au fur et à mesure de la démolition». L'espace architectural existant a été peu touché. Les surfaces en béton ont été dénudées : on a appliqué une résine époxy sur le plancher. «On aurait voulu recréer ce look et ça aurait pu coûter super cher!» lance M. Bernier, en expliquant que son équipe a joué avec les textures. Les concepteurs ont porté un intérêt particulier aux ouvertures et à la circulation pour créer des aires de travail ouvertes maximales. Le mobilier angulaire utilisé parfait le look dynamique à l'image de l'entreprise qui occupe les bureaux.

Les bureaux d'ABCP architecture ... - image 3.0

Agrandir

Les bureaux d'ABCP architecture 

Transformation d'ABCP primée

La firme ABCP architecture, en collaboration avec Atelier Guy architecte, a redonné une nouvelle vie à l'ancien centre de tri postal de Québec. Le 300, rue Saint-Paul, devenu l'édifice TELUS, un immeuble de bureaux lumineux, a remporté en 2014 le Mérite d'architecture de la Ville de Québec dans la catégorie Recyclage.

En plus des bureaux d'ABCP et de TELUS, on trouve aujourd'hui, dans le bâtiment certifié LEED Or, ceux de Cossette, ainsi que des restaurants et une garderie.

Vadim Siegel, architecte associé chez ABCP, réitère qu'une bonne luminosité est primordiale. En fait, les concepteurs ont agrandi les petites fenêtres de l'ancien bâtiment et relevé les planchers pour que l'on puisse profiter des rayons. Toute la mécanique du bâtiment se cache dans les planchers. Les tuiles étant amovibles, il est possible de déplacer les bouches d'aération si on doit réaménager les aires de travail.

Les employés d'ABCP bossent autour d'îlots carrés, en petites cellules de travail : les paravents sont presque inexistants.

Le siège social de la Caisse Desjardins de... (Stéphane Groleau) - image 4.0

Agrandir

Le siège social de la Caisse Desjardins de Lévis, vu de l'extérieur 

Stéphane Groleau

Ouvrir pour densifier

«Il y a 10 ans, les entreprises réduisaient l'espace de travail pour gagner du plancher» raconte Martin Chenette, directeur du design industriel chez Teknion Roy et Breton. «Les aires ouvertes, ça a commencé un peu comme ça, pour sauver de l'espace locatif», qui se transforme en économies pour l'entreprise.

Mais on s'est aussi rendu compte du côté pratique de la chose. La collaboration est facilitée, il est ainsi plus aisé de travailler en équipe. Les structures très hiérarchiques s'effacent au profit de la fonctionnalité. 

ABCP architecture a conçu avec Anne Carrier Architecte le nouveau siège social de la Caisse Desjardins de Lévis dans cet esprit. Les planificateurs financiers qui bénéficiaient auparavant de bureaux fermés travaillent maintenant en aire ouverte. Dans ce cas, «les patrons ont bien expliqué à leurs employés que ce n'était pas pour couper des pieds carrés dans leurs bureaux, que c'était pour les leur redonner en espaces communs», explique Vadim Siegel, associé chez ABCP architecture.

Les employés peuvent toutefois utiliser des salles de rencontre pour les clients qui sont dispersées dans tout le bâtiment. «Dans un bureau personnalisé, le client ne se sent pas chez lui. Une salle de rencontre est aussi plus neutre.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer