CPA: pour faire la différence

Daniel McMahon, président et chef de la direction... (Photo fournie par l'Ordre des comptables professionnels agréés)

Agrandir

Daniel McMahon, président et chef de la direction de l'Ordre des comptables professionnels agréés du Québec

Photo fournie par l'Ordre des comptables professionnels agréés

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Profession: comptable
ZONE Profession: comptable

La profession de comptable s'adapte aux changements et aux réalités d'aujourd'hui. Le Soleil s'intéresse à l'état de cette profession, à ses perspectives d'avenir et aux défis qu'elle a à relever. »

<p>Gabrielle Thibault-Delorme</p>
Gabrielle Thibault-Delorme

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) CA, CGA, CMA... difficile pour le public de se démêler dans les divers titres professionnels de la profession comptable. Bonne nouvelle, il n'aura plus besoin de le faire. Désormais, ils sont tous regroupés sous le terme CPA. Et tous les nouveaux membres de l'Ordre des comptables professionnels agréés (CPA) passent maintenant par le même examen d'entrée.

«Dans quelques semaines, on va fêter notre troisième anniversaire», depuis l'adoption d'une loi pour l'unification en 2012, explique le président et chef de la direction de l'Ordre des CPA du Québec, Daniel McMahon. Le Québec a été la figure de proue du mouvement au pays.

Les organisations se sont regroupées pour gagner de l'influence à l'international et présenter une voix unifiée. «C'était de plus en plus injustifié de maintenir cette organisation-là.» Cette loi prévoyait cependant que pour une période de 10 ans, tous les comptables conservent leur titre d'origine, d'où la raison pour laquelle on remarque souvent des «CPA, CA (CGA ou CMA)» indiqués sur les cartes professionnelles.

Ce ne sera pas le cas cependant des nouveaux comptables qui suivent la nouvelle formation professionnelle, dispensée depuis l'automne; formation qui suit le baccalauréat et qui s'accompagne d'heures de pratique avec un mentor, explique Hélène Racine, vice-présidente et responsable de l'accès à la profession au sein de l'Ordre. Un cheminement qui s'avère payant, car «pour les membres professionnels, le taux d'emploi est de presque 100 %», précise M. McMahon.

Encore faut-il pouvoir les attirer vers la profession. La lutte est féroce pour se distinguer des autres ordres. «Notre réel défi, c'est de "voler" les candidats qui pensent aller en médecine, en droit, en génie», mentionne M. McMahon, qui croit que l'unification des organisations devient un argument de poids.

Pourquoi choisir la profession comptable? «Quelqu'un qui veut faire une différence, quand il regarde la profession, il s'aperçoit que quand on pense décision d'affaires, décision d'organisation et diversité, on est partout», constate M. McMahon. «Nomme n'importe quel type d'entreprises, on va retrouver des CPA. Quelqu'un qui est le moindrement ambitieux et qui veut faire sa place, il va trouver une brochette d'opportunités.» Et des taux de placement excellents, précise-t-il.

Une profession féminine

La profession comptable se féminise à grands pas, une situation que remarquent tous les comptables interrogés. Actuellement, l'Ordre des comptables professionnels agréés du Québec compte 37000 membres, dont 44,7 % sont des hommes et 55,3 % des femmes. Chez les membres de moins de 29 ans, elles forment la majorité. La raison? Elles sont plus nombreuses à terminer leur parcours universitaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer