Ces jeunes ont choisi l'assurance

Alice Sonkeng... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Alice Sonkeng

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Assurance
ZONE Assurance

soleil affaires zone assurance »

<p>Jean-Michel Poirier</p>
Jean-Michel Poirier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Leurs noms : Alice, Matias, Alexandra et Pierre-Alexandre. Ils ont entre 19 et 24 ans et ont choisi le secteur de l'assurance pour faire carrière. Ils en parlent avec passion et envisagent l'avenir avec optimisme, bien conscients que le grand public ne saisit peut-être pas toujours bien l'importance de l'assurance. Le Soleil a réuni ces jeunes pour faire connaître la relève qui s'installe dans ce secteur en plein développement dans la région de Lévis et de Québec.

Alice Sonkeng

Âge : 21 ans

Programme d'études : DEC Conseil en assurance et en services financiers au Cégep de Lévis-Lauzon

Pourquoi avoir choisi le domaine : Originaire du Cameroun, Alice a acquis un baccalauréat en communication en Afrique. Pour la jeune femme, le milieu de l'assurance est une véritable passion. Elle peut d'ailleurs la vivre en ce moment, puisqu'elle est en stage chez Desjardins assurances générales. Si sa formation antérieure peut sembler aux antipodes de sa formation actuelle, elle considère malgré tout que l'assurance était le meilleur choix. «Le DEC est en droite ligne avec ma formation antérieure», estime-t-elle. La jeune femme considère qu'une police d'assurance, c'est un peu comme de l'épargne. «Le 20 $ que le client met à chaque mois sur son assurance, il pourra le récupérer au centuple en cas de dégât d'eau.»

Qu'est-ce que votre entourage pense de ce choix : «Souvent, les gens me disent : "Tu es une vendeuse." Oui! Je suis une vendeuse et j'aime ça. Le secteur est méconnu, et les gens ont une mauvaise perception du milieu. Les agents d'assurance se font même traiter de voleurs. Or, j'ai remarqué que la réaction était différente chez les gens qui ont été indemnisés après un sinistre.»

Et dans cinq ans : Grâce à sa formation universitaire de  premier cycle, Alice aimerait poursuivre ses études en gestion des risques, à la maîtrise. Mais d'abord, elle aimerait gérer sa propre équipe.

Matias D'Amico

Leurs noms : Alice, Matias, Alexandra et... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 4.0

Agrandir

Le Soleil, Patrice Laroche

Âge : 20 ans

Programme d'études : DEC Conseil en assurance et en services financiers au Cégep de Sainte-Foy

Pourquoi avoir choisi le domaine : «L'assurance, c'est un métier qui permet d'aider les gens.» Présentement en stage chez Industrielle Alliance. M. D'Amico apprécie particulièrement le contact quotidien avec les clients. «À tous les jours, je suis en contact avec les gens qui ont besoin d'aide», ajoute-t-il.

Qu'est-ce que votre entourage pense de ce choix : «Au début, mes parents n'ont pas approuvé mon choix. Ils ont dit non, car ils voyaient qu'une technique ne menait pas à l'université. Quand on est allés aux portes ouvertes, ils ont tout de suite accepté.»

Et dans cinq ans : Si Matias apprécie le domaine de l'assurance, il s'est aussi découvert une passion pour le domaine financier. Ainsi, sa formation collégiale, offerte en formule DEC-bac, lui permettra d'obtenir son diplôme en Administration des affaires à l'Université Laval en deux ans.

Pierre-Alexandre Breton
Pierre-Alexandre Breton

Leurs noms : Alice, Matias, Alexandra et... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 6.0

Agrandir

Le Soleil, Patrice Laroche

Âge : 24 ans

Programme d'études : Diplômé, DEC Conseil en assurances et en services financiers du Cégep de Sainte-Foy et baccalauréat en administration à l'Université du Québec à Rimouski

Pourquoi avoir choisi le domaine : «Ceux qui me connaissent savent que j'ai toujours été passionné par la finance, les maths et l'investissement. Je voulais devenir planificateur financier.» Dès l'âge de 17 ans, Pierre-Alexandre est devenu expert en sinistre. «C'était la meilleure façon pour moi de mettre un pied dans la porte.» Il est maintenant propriétaire d'une entreprise affiliée à La Capitale, qui se spécialise notamment en assurance de personnes, comme l'assurance vie et l'assurance invalidité.

Qu'est-ce que votre entourage pense de ce choix : Fils d'un biochimiste et d'une enseignante, le choix n'a pas été facile à faire accepter. «Au début, c'était difficile. Mes parents avaient peur que je devienne un "vendeux" d'assurances, qui fait du porte-à-porte avec sa mallette.»

Et dans cinq ans : «Je vais 'occuper de la croissance de mon entreprise. Le domaine de 'assurance ne va pas changer, c'est mon entreprise qui va continuer de croître, mais ce ne sera pas facile, en raison du manque de main-d'oeuvre. Je vais faire ça pour le restant de mes jours», termine-t-il.

Alexandra Morin-Arseneault

Leurs noms : Alice, Matias, Alexandra et... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 8.0

Agrandir

Le Soleil, Patrice Laroche

Âge : 19 ans

Programme d'études : Technique de comptabilité et de gestion au Cégep St-Lawrence

Pourquoi avoir choisi le domaine : Si Alexandra n'a pas choisi directement le milieu de  l'assurance, elle a eu l'occasion de le découvrir en suivant des cours de LOMA, un organisme qui offre une série de formations en assurances et en services financiers. Présentement en stage chez Desjardins Sécurité Financière, la jeune femme estime que l'assurance ne se limite pas qu'aux produits. «C'est un domaine qui offre beaucoup d'opportunités pour des gens ayant des profils différents, alors j'ai décidé de foncer.»

Qu'est-ce que votre entourage pense de ce choix : Comme plusieurs de ses collègues, Alexandra estime qu'il y a une grande méconnaissance du milieu, notamment chez les jeunes. «Quand on n'a pas besoin d'assurance, on n'en comprend pas l'importance. Il faut donc expliquer ce que ça fait.» Elle considère d'ailleurs que les maisons d'enseignement devraient offrir davantage de petites formations sur l'assurance, au moins pour lutter contre certains préjugés.

Et dans cinq ans : Alexandra compte poursuivre sa formation en administration à l'Université Laval à l'automne. Branchée davantage par la comptabilité que par la vente ou le service à la clientèle, elle pense continuer à travailler dans le domaine de l'assurance. «On ne sait jamais où ça va me mener», estime la jeune femme.

Partager

À lire aussi

  • L'assurance, un métier d'avenir

    ZONE Assurance

    L'assurance, un métier d'avenir

    Le secteur de l'assurance constitue un point fort de l'économie de la grande région métropolitaine de Québec avec ses sièges sociaux, ses nombreux... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer