Brigadière générale Jennie Carignan

Un MBA pour ses nouvelles fonctions

La brigadière générale Jennie Carignan, lors d'un souper... (Photo, Kurt Visser, Directorate of Army Public Affairs)

Agrandir

La brigadière générale Jennie Carignan, lors d'un souper d'apparat au Cartier Square Drill Hall à Ottawa, en septembre 2016.

Photo, Kurt Visser, Directorate of Army Public Affairs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Diplômés

Actualité

Diplômés

L'Université Laval est engagée depuis mai 2016 dans une ambitieuse campagne de financement. Sous le thème «Laisser une empreinte durable, 350 ans d'excellence», la Fondation tend la main à ses diplômés et mise sur leur fierté et leur sentiment d'appartenance. De beaux succès se cachent parmi les milliers de diplômés de l'Université. Nous vous présenterons 10 histoires inspirantes, au fil des mois qui viennent. »

(Québec) Alors qu'elle montait les échelons dans sa carrière militaire, la brigadière générale Jennie Carignan des Forces armées canadiennes a senti le besoin d'avoir une nouvelle corde à son arc pour la gestion des affaires et des ressources humaines.

Lorsqu'elle devient majore en 1999, au moment où elle est en poste à la base militaire de Valcartier, elle décide d'entreprendre un MBA à l'Université Laval. «J'avais besoin de l'apport des sciences humaines pour les nouvelles fonctions que je devais assumer», souligne-t-elle. «L'éducation et la formation dans un autre domaine pouvaient me permettre d'aborder des problèmes auxquels les solutions ne sont pas évidentes.»

Dans l'armée, il y a l'entrainement de base et les procédures tactiques à pratiquer pour exécuter des tâches de manière quasi instinctive, mais la formation du MBA lui a permis d'être plus à l'aise avec des problèmes d'une autre nature. «Cela m'a permis d'accélérer mon processus de décision», confie-t-elle. «En plus de ma formation en science et en génie, il me fallait quelque chose de plus pour enlever certaines barrières.»

Sa formation à l'Université Laval, notamment une spécialisation en communication organisationnelle lui permettait d'élaborer de nouvelle stratégie pour résoudre des problèmes. «Je pouvais m'assurer que le message se rendait aux bonnes personnes et qu'il était compris. Ainsi, les tâches pouvaient être exécutées selon la demande.»

Lorsqu'elle arrive en poste à Valcartier au sein du 5e Groupe brigade avec de nouvelles fonctions, notamment du côté de la gestion de la construction avec des budgets importants et de nombreuses personnes sous ses ordres, elle voit la nécessité d'une formation générale additionnelle.

Elle a donc passé deux années à plein temps sur les bancs de l'université tout en conciliant études et famille avec trois jeunes enfants, dont un bébé naissant qui a vu le jour entre ses deux années de formation.

Mme Carignan se souvient d'avoir choisi la carrière militaire lorsqu'elle était au cégep à Sherbrooke. «Je m'ennuyais, raconte-t-elle. Je cherchais de nouveaux défis, des choses plus difficiles à accomplir. C'est comme cela que je me suis retrouvée au Collège militaire royal du Canada à Kingston pour faire un baccalauréat en génie.»

L'apprentissage du leadership et le bilinguisme l'attiraient aussi dans son choix. Elle s'est familiarisée avec la carrière militaire, car elle n'avait aucun exemple dans la famille ou dans son entourage immédiat.

La femme la plus haut gradée au pays

Mme Jennie Carignan a gravi les échelons dans sa carrière militaire pour devenir en juin 2016 brigadière générale. Elle accédait au poste de chef d'état-major des opérations de l'armée de terre canadienne, devenant la première femme à accéder à ce niveau de responsabilité au Canada et la femme la plus haut gradée «au sein des armes de combat», indiquent les documents des Forces armées canadiennes.

Mme Carignan compte 30 années de service dans l'armée. Selon les notes de sa biographie, elle a été déployée en Bosnie-Herzégovine, sur le plateau du Golan ainsi qu'en Afghanistan, en qualité de commandante du Régiment de génie de la Force opérationnelle de Kandahar.

Après les missions internationales, elle a été nommée chef d'état-major pour l'ensemble des Forces militaires de l'Ontario, avant de prendre le commandement du Collège militaire royal de Saint-Jean en 2013.

Outre sa maîtrise en administration des affaires, elle détient un diplôme en génie du carburant et des matériaux et une maîtrise en arts et en sciences militaires (United States Army School Of Advanced Military Studies du Kansas).

En mai 2016, Mme Carignan a reçu la médaille de la Gloire de l'Escolle, qui récompense les diplômés de l'Université Laval qui se sont distingués sur le plan professionnel et au service de leur communauté.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer