• Le Soleil > 
  • ZONE 
  • > Électrification des transports: au-delà de la simple voiture 

Électrification des transports: au-delà de la simple voiture

Autobus Lion, de Saint-Jérôme, construit un véhicule pouvant... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Autobus Lion, de Saint-Jérôme, construit un véhicule pouvant transporter 72 écoliers, ayant une autonomie de plus de 120 km. Le constructeur retient les services d'un moteur conçu et fabriqué au Québec par TM4. Régulièrement, Autobus Lion annonce qu'un transporteur scolaire achète un ou plusieurs autobus eLion.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La voiture électrique est souvent le premier objet qui nous vient à l'esprit en évoquant l'électrification des transports. Mais il y a bien plus avec le plan quinquennal mis en place par Québec (2015-2020), l'avancement de la recherche, les innovations, etc. Les journaux du Groupe Capitales Médias abordent ce sujet.

Hormis les voitures rechargeables, l'électrification dans les transports touche aussi les transports en commun.

Le plan d'action du ministère des Transports du Québec a comme objectif d'augmenter jusqu'à 100 000 le nombre de véhicules rechargeables immatriculés sur le territoire québécois d'ici 2020. Selon Sylvain Juteau, fondateur du site Roulez électrique, il y a plus de 10 000 véhicules rechargeables sur un parc automobile total de plus de 4,5 millions d'unités.

S'il est accepté, le projet de loi 104 - ou loi zéro émission - devrait contribuer à augmenter le nombre de véhicules rechargeables sur les routes du Québec (lire l'autre texte). À tout le moins, il devrait aider à bonifier l'offre de modèles électrifiés déjà vendus aux États-Unis.

Trois grands projets

Toutefois, si on sort du domaine du transport individuel, le Québec peut compter sur trois grands projets visant à électrifier le transport en commun au Québec. 

«D'abord, Nova Bus, avec le consortium In-Dev, travaille sur un projet d'autobus électrique à recharge rapide», affirme Stéphane Pascalon, coordonnateur de projet à l'Institut du véhicule innovant (IVI). «Un démonstrateur devrait être dévoilé d'ici la fin de 2016 ou en 2017.»

En plus de Nova Bus, le consortium In-Dev inclut les firmes TM4 - filiale d'Hydro-Québec -, Blue Solutions Canada - filiale du Groupe Bolloré -, René Matériaux Composites, GIRO et Précicad.

«Ensuite, on n'a qu'à penser à Téo Taxi, qui a établi un modèle d'affaires différent pour le transport en taxi», ajoute M. Pascalon. Alexandre Taillefer, fondateur de Téo Taxi, a annoncé, il y a quelques mois, que son service, déjà lancé à Mont­réal, fera son apparition bientôt à Québec.

«Enfin, le constructeur d'autobus scolaires Autobus Lion, basé à Saint-Jérôme, propose l'eLion», enchaîne le coordonnateur de l'IVI. Autobus Lion construit un véhicule pouvant transporter 72 écoliers, ayant une autonomie de plus de 120 km. Le constructeur retient les services d'un moteur conçu et fabriqué au Québec par TM4. Régulièrement, Autobus Lion annonce qu'un transporteur scolaire achète un ou plusieurs autobus eLion.

Expertise

En parallèle, une expertise se forge au Québec, avec différentes entreprises qui proposent des solutions et des produits liés à l'électrification des transports.

Dans le secteur des bornes de recharge, AddÉnergie de Québec fabrique les bornes de recharge publiques du Circuit électrique d'Hydro-Québec et celles du RéseauVER. Une annonce de cette firme est prévue lors du 29e Symposium international du véhicule électrique (EVS29), qui se tiendra à Montréal, de dimanche à jeudi, pour une nouvelle offre de bornes de recharge domestiques.

Dans ce marché, la firme Elmec, de Shawinigan, fabrique déjà les bornes EVDuty, pouvant être installées à la maison ou dans de petites et moyennes entreprises.

«Ces deux entreprises ont développé un excellent savoir-faire et fabriquent des bornes fonctionnant très bien en hiver dans les rigueurs de notre climat», commente M. Pascalon.

Toujours selon lui, Verbom, située à Valcourt, fabrique des composantes pour le constructeur Tesla. Finalement, Nordresa s'affaire à proposer des solutions de conversion de véhicules commerciaux.

Pourquoi ne pas s'attaquer au marché de la conversion de véhicules de particuliers? «Cela reviendrait presque aussi cher que d'acheter une voiture électrique neuve. Alors pourquoi payer autant pour un véhicule qui n'est pas neuf?» répond M. Pascalon.

À terme, Nordresa veut proposer un concept de voiture électrique, partagée et autonome.

Matières premières

Il ne faut pas oublier que le Québec regorge de trois matières premières importantes dans l'électrification des transports, soit l'électricité, le lithium et l'aluminium, selon M. Pascalon. 

«Dans le premier cas, on peut valoriser nos surplus en électricité et on peut se donner plus de chance de la revendre. Ensuite, le lithium entre dans la composition des batteries et le Québec compte des gisements de ce métal.

«Enfin, l'aluminium est un incontournable dans la construction de véhicules plus légers», conclut-il.

Le projet de loi zéro émission

Présenté le 2 juin, le projet de loi visant l'augmentation du nombre de véhicules automobiles zéro émission au Québec afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et autres polluants - c'est le nom officiel - devrait être un incitatif majeur afin que les constructeurs automobiles proposent davantage de modèles rechargeables.

Mieux connu sous le nom de «loi zéro émission», le projet de loi 104 est en quelque sorte copié sur ce qui se fait dans 10 États américains, explique Stéphane Pascalon, coordonnateur de projet à l'Institut du véhicule innovant (IVI).

«Chaque constructeur aura des crédits pour chaque véhicule zéro émission vendu. Il devra atteindre un pourcentage de ses ventes. Si ce ratio ne dépasse pas le seuil défini, le constructeur sera pénalisé. En Californie, c'est 5000 $US par crédit», ajoute-t-il. «Ceux qui dépassent leur seuil pourront revendre des crédits aux autres constructeurs.»

L'année-modèle 2018 sera la première à laquelle les constructeurs seront crédités. Cependant, ceux qui vendent déjà des véhicules rechargeables auront des crédits pour les années-modèles 2016 et 2017.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer