Edmonton: l'autre amphithéâtre

La place Rogers hébergera les Oilers d'Edmonton à... (Photo fournie par le Groupe Canam)

Agrandir

La place Rogers hébergera les Oilers d'Edmonton à compter de l'automne 2016.

Photo fournie par le Groupe Canam

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Mais Québec n'est pas la seule ville canadienne où un tel projet est en développement. La construction de la place Rogers, qui hébergera les Oilers à compter de l'automne 2016, a débuté en mars dernier à Edmonton.

La construction de cet amphithéâtre s'inscrit dans un projet beaucoup plus large, le Edmonton Arena District (EAD), qui vise à redynamiser un secteur négligé du centre-ville de la capitale albertaine. Les détails de ce plan ont été dévoilés le 29 août par le promoteur et propriétaire des Oilers, Daryl Katz.

Selon lui, ce projet est le plus important du genre au Canada, et devrait entraîner près de 2,5 milliards $ d'investissements pour la première phase seulement.

Il a été conçu avec l'aide de la firme Anschutz Entertainment Group (AEG), propriétaire des Kings de Los Angeles, entre autres.

Le secteur devrait abriter ce qui sera l'édifice le plus haut de la ville, pour le siège social de la compagnie Stantec. Il s'agira d'une tour de 62 étages, dont la hauteur atteindra 224 mètres. L'édifice devrait recevoir plus de 1700 employés de Stantec, sur 26 étages, en plus de 320 suites résidentielles. La construction, qui débute cet automne, devrait durer jusqu'en 2018.La construction de l'amphithéâtre multifonctionnel bat son plein. La semaine dernière, lors du sommet Vision Culture 2025, on s'est interrogé sur l'impact qu'aura l'ouverture de l'amphithéâtre sur les autres salles de la ville. Est-ce que ce projet va stimuler le développement de ce secteur de la basse-ville?

Sept questions sur la place Rogers et le centre-ville d'Edmonton

Q : Combien coûtera la construction de la place Rogers?

R : Le budget maximum prévu est de 480 millions $. Le propriétaire des Oilers, Daryl Katz, assume 130 millions $, dont 18 millions $ seront payés comptant, le reste étant remboursé, principal et intérêts, par un loyer étalé sur une période de 35 ans. La Ville d'Edmonton assumera en outre 200 millions $ par l'intermédiaire de ses taxes foncières, et 125 millions $ proviendront d'une taxe spéciale sur la vente de billets. Le reste des coûts devrait être assumé par un programme d'aide provincial. En incluant tous les volets du projet, corridor piétonnier, jardin d'hiver, etc., l'enveloppe totale dépasse les 600 millions $.

Q : Quelle sera la capacité du nouvel édifice?

R : La capacité prévue pour l'amphithéâtre est de 18 641 pour les matchs de hockey, et de 20 734 pour les spectacles. La place Rogers remplacera l'édifice qui abrite actuellement les Oilers, la place Rexall, un des plus anciens amphithéâtres de la LNH, inauguré en 1974. Celui-ci est toutefois moins vieux que notre Colisée, qui a ouvert ses portes en décembre 1949.

Q : Quel sera l'impact de la construction de la place Rogers sur la ville?

R : La place Rogers est construite dans le centre-ville d'Edmonton. M. Katz entend faire de ce projet le coeur d'un complexe immobilier, le Edmonton Arena District (EAD), avec d'autres investisseurs. Le projet, dont les détails ont été annoncés voilà tout juste un mois, se décline en trois phases. La première, amorcée en mars, prévoit, outre l'amphithéâtre, le «jardin d'hiver», décrit comme une immense place publique couverte capable de loger 4000 personnes, et une tour à bureaux dont la construction à elle seule représente un investissement de 500 millions $. La Ville prévoit aussi construire un édifice évalué à 280 millions $.

On prévoit également construire dans les phases subséquentes un casino, un cinéma, un hôtel de luxe et une tour à condos de 35 étages.

Q : Y a-t-il eu des tensions entre le promoteur et la Ville autour de la conception du projet?

R : Oui, les tensions entre la Ville et M. Katz ont été au plus mal lorsque l'homme d'affaires a demandé d'augmenter le budget initial de 30 millions $. Rappelons-nous qu'à l'époque, en 2012, le propriétaire ainsi que son président des opérations pour le hockey, Kevin Lowe, s'étaient rendus à Seattle, laissant croire qu'ils envisageaient de déménager la franchise de la LNH, pour mettre de la pression sur le conseil municipal. La réaction des partisans a été si forte que Daryl Katz a dû acheter une pleine page dans un quotidien pour s'excuser.

Par la suite, les négociations ont encore failli avorter quand la province a refusé de fournir les 100 millions $ que la Ville demandait. La municipalité a seulement été autorisée à rediriger une subvention de 45 millions $ prévue pour le programme d'immobilisations, et les 55 millions $ manquants devraient être assumés à parts égales par la Ville et M. Katz.

Q : Comment entrevoit-on la suite des choses, dans les années à venir?

R : La place Rogers se situe dans une zone que la municipalité avait ciblée pour du développement. Le secteur compte plusieurs stationnements et terrains vacants. Edmonton mise sur le partenariat avec les investisseurs privés pour réaliser une douzaine de projets immobiliers d'envergure grâce auxquels on veut ramener dans ce secteur non seulement des visiteurs pour les parties de hockey et les spectacles, mais aussi des travailleurs et des résidents.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer