Sur les traces de l'Église et de Champlain

À l'angle de la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, la galerie... (Photo collaboration spéciale François Bourque)

Agrandir

À l'angle de la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, la galerie d'Annie Lévesque, Ni Vu Ni Cornu, propose des oeuvres fortes d'artistes émergents.

Photo collaboration spéciale François Bourque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La côte de la Miche descend de Saint-Tite vers les «beaux prés» du fleuve, comme les avait décrits Samuel de Champlain.

Sur la route de la Nouvelle-France... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Sur la route de la Nouvelle-France

Infographie Le Soleil

D'ici, on embrasse d'un regard les 50 km de la Route de la Nouvelle-France vers le Vieux-Québec, dont on devine la silhouette dans la brume.

J'ai jonglé un moment avant de choisir cette route. La crainte du déjà-vu, je pense. Je m'étais trompé.

Rendez-vous avec l'histoire dans  la Réserve faunique de... (Photo collaboration spéciale François Bourque) - image 2.0

Agrandir

Rendez-vous avec l'histoire dans  la Réserve faunique de Cap-Tourmente : c'est dans ses premiers voyages que Cahmplain y fera ériger une ferme  (1626) et une habitation. 

Photo collaboration spéciale François Bourque

Cap-Tourmente

Comme vous, peut-être, je suis souvent allé aux oies de l'automne à Cap-Tourmente par les trottoirs de bois de la Réserve faunique. Je suis chaque fois passé à côté de l'Histoire. C'est pourtant ici que tout commence.

Dès ses premiers voyages, Champlain remarque l'abondance des fourrages sur les basses terres. Il y fera ériger une ferme (1626) et une habitation. La première route vers Québec sera une route agricole qui permet de nourrir la ville. Et les ambitions de Mgr de Laval, premier évêque de Québec et seigneur de la côte de Beaupré. Il y laissera partout ses traces sur le terrain et dans la toponymie.

Au bout des terres de Cap-Tourmente, l'église de Saint-Joachim, une des plus anciennes au Québec. Ce n'est pas tant l'église qui m'étonne que son trésor de vitraux, de tableaux et de sculptures dont plusieurs des frères Baillargé.

Plus étonné encore de la porte qui s'ouvre. On se croise les doigts qu'il n'arrive rien.

Dans le contrejour de l'église, le silence. Puis tout à coup, la musique solennelle de l'orgue lorsqu'on active le panneau de contrôle pour les commentaires. Ce seul instant vaut la visite.

Avenue Royale (Route 360)

Je suis passé mille fois tout droit devant l'avenue Royale. 

L'habitude nous mène sur la 138, plus large et plus rapide. On file alors devant la basilique et le fatras du boulevard Sainte-Anne avec la hâte d'en finir. Un mauvais moment à passer entre Québec et Charlevoix.

Je n'avais pas soupçonné tout ce que 200 mètres pouvaient changer.

Cette Route de la Nouvelle-France est le contraire de la 138. Un lent chemin, sinueux et plein d'ombre, à travers les champs agricoles. 

On suit l'escarpement, le grimpe un moment pour en redescendre à l'approche de la ville.

Un chemin de belles maisons ancestrales d'inspiration normande, de fermes, de granges et de caveaux à légumes. 

La route raconte le régime français, le saccage de Wolfe en route vers Québec et le régime anglais qui suivra.

Les clochers de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré dominant... (Photothèque Le Soleil, Sylvain Desmeules) - image 4.0

Agrandir

Les clochers de la basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré dominant le fleuve Saint-Laurent. 

Photothèque Le Soleil, Sylvain Desmeules

Sainte-Anne-de-Beaupré

Je connaissais la basilique, le Cyclorama, les boutiques et les extravagances des dévotions de juillet. Mais je n'étais jamais entré à Sainte-Anne par l'avenue Royale d'où s'élance l'escalier vers la Scala Santa. Les marches de Sainte-Anne-de-Beaupré à genoux, c'est là.

Le «saint escalier» date de 1891. On se prend à prier qu'il tienne le coup jusqu'à ce qu'on redescende.

Dans la chapelle, des photos, des cartes d'affaires et des intentions de prière à l'encre sur des bouts de papier : 

«Please Ste-Anne, pray that (uncle) Paul Fortune's knee will heal.» «Please Ste-Anne, give a child to my daughter and a wife to my sun.» Rien vu sur les espoirs des partisans des Nordiques.

Je suis redescendu, sur mes pieds, pour mieux remonter les stations du chemin de croix jusqu'à la mise au tombeau en haut du calvaire. La symbolique est, ma foi, assez réussie. J'aurai ainsi fait mon chemin de croix à Sainte-Anne jusqu'au bout.

À l'angle de la basilique, une façade rouge pétaradante. La galerie Ni Vu Ni Cornu a pris la place d'une boutique de souvenirs religieux et annonce la bonne nouvelle d'une transfiguration de Sainte-Anne-de-Beaupré.

La propriétaire, Annie Lévesque, a fait les Dragons l'an dernier. Diplômée d'arts visuels et de gestion du développement culturel, elle brasse la cage.

Sa galerie propose des oeuvres fortes d'artistes émergents. Le jour de mon passage, elle accueillait deux artistes en résidence à l'étage supérieur. Le profil d'une galerie de centre-ville.

Pourquoi à Sainte-Anne? Parce que le loyer est moins cher qu'en ville et qu'un million de touristes passent la porte chaque année, a-t-elle calculé. Sa galerie est en train de faire tache d'huile. Un café urbain-écolo a ouvert à la porte voisine. On y met en valeur les produits locaux, comme les vins de L'Ange-Gardien. Une belle boutique s'annonce chez un autre voisin et un nouvel immeuble à la porte d'en face.

Des marchands de médailles viennent cogner à la porte pour des conseils sur leur vitrine.

Le paysage fané de Sainte-Anne-de-Beaupré commence à changer. «Please Ste-Anne, pourvu que ça dure.»

Château-Richer

C'est à Château-Richer que l'avenue Royale ressemble le mieux à l'idée qu'on se fait du paysage de la Nouvelle-France.

Une harmonie de rythmes et de gabarits dans cette succession de jolies maisons avec le nom des familles d'origine sur des plaques de bois. On trouvera des «anachronismes» mais pas de monster house déplacées comme sur les hauteurs de Boischatel.

L'Auberge Baker (1935), une des plus vieilles adresses commerciales de la région, incarne cette mémoire du lieu. Qu'on y vienne davantage en autobus qu'à cheval ou en train, comme aux premiers temps, n'y a rien changé.

La véloroute passe aujourd'hui à la porte. Charles Cloutier, frère du proprio, voudrait bien que les cyclistes s'arrêtent davantage. 

Mais l'art du vélo de plaisance s'est lui aussi perdu. On roule aujourd'hui pour la performance dans des maillots serrés, ce qui laisse peu de temps pour flâner sur la route.

L'Ange-Gardien

Au détour des vénérables normandes, un étonnant manoir victorien aux toits verts, le «Château Richard», témoin de l'époque industrielle de la fin XIXe. Une désolation de le voir dans un tel état d'abandon et de délabrement.

Je les ai rejoints au fond des premières allées, au pied du coteau qui monte à d'autres vignes et au verger.

Des retraités, employés saisonniers au Domaine de l'Ange-Gardien. Sarclage en été; récolte et rabattage des vignes à l'automne. Pas vraiment un travail, me disent-ils. Une façon de se donner «du bon temps».

Au sommet du coteau, le pont de l'Île, des champs, le fleuve miroir et la rumeur lointaine du boulevard qu'on ne voit pas.

Montmorency

J'avais oublié le vertige de la chute. Ne comptez pas sur moi pour vous dire le téléphérique et la passerelle aérienne.

Mais je peux vous parler du Manoir et du Centre d'interprétation. De la bataille des troupes de Wolfe et Montcalm, chacune sur sa rive. 

De l'histoire des industries de la chute : le moulin à scie, la centrale hydroélectrique, la filature de coton de Dominion Textile démolie en 1985; aujourd'hui le tourisme de masse. 

Beaucoup à voir et apprendre. Dommage que les aménagements au pied de la chute ne soient pas à la hauteur de ceux qu'on trouve en haut.

Beauport

Dernier arrêt avant le centre-ville au Bourg du Farguy, rue du Couvent, pour la maison patrimoniale Girardin (début XIXe).

L'Angelus de l'église de la Nativité m'en a détourné.

Dépaysant d'y entrer autrement que pour des funérailles. Architecture néogothique spectaculaire et, sur le retable, une Dernière Cène insolite montant le siège vacant abandonné par Judas. Dans l'allée latérale, l'étrange berceau de la «Maria Santissima Bambina», que les guides Geneviève Morin et Sara Cossette-Blais vous expliqueront bien mieux que moi.

Place de l'Hôtel-de-Ville

Je grimpe à pied, à travers l'Îlot des Palais, les Nouvelles Casernes et la Redoute Dauphine, le dernier kilomètre de cette Route de la Nouvelle-France.

Elle me mène devant la basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec, lieu du premier marché public de la ville haute où aboutissait la route agricole. 

Et lieu du pouvoir. Celui d'hier comme celui d'aujourd'hui.

À deux pas, le Petit Séminaire, la crypte de Mgr François de Laval et quelque part sous la rue Buade, le tombeau de Champlain. Difficile de mieux boucler la boucle.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer