La fée des grèves

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jean Soulard, le nouveau porte-parole de l'événement, causera des liens entre les artisans du terroir et les chefs.</p>
Jean Soulard

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Elle est rentrée dans la Vieille École de Saint-André, les mains remplies de ces produits marins qu'elle avait ramassés. Elle s'est retournée en me voyant avec le grand sourire qui la caractérise et des yeux rieurs remplis de malice. Claudie Gagné déborde d'énergie. Elle a ce visage rempli de soleil que tous les marins ou les gens qui travaillent sur le bord de la mer ont.

Derrière le ramassage et la transformation des plantes... (Collaboration spéciale Jean Soulard) - image 1.0

Agrandir

Derrière le ramassage et la transformation des plantes marines, pour Claudie Gagné, il y a une prise de conscience sociale. La protection du fleuve est une de ses valeurs premières.

Collaboration spéciale Jean Soulard

«Deux petites secondes», me lance-t-elle tout en rangeant sa récolte dans le réfrigérateur.

Curieux et sympathique endroit que la Vieille École qui, promise à une transformation radicale à la fin du siècle dernier, a trouvé une vocation artistique et musicale pour les jeunes familles de la région.

Au rez-de-chaussée, Claudie y a installé son petit café : les jardins de la mer. C'est l'occasion pour les visiteurs d'accoster un instant, tout en dégustant des produits issus des récoltes de plantes marines, mais aussi une tisane sauvage, un thé glacé aux fleurs, un jus d'églantier ou simplement un café avec un muffin ou un gâteau au chocolat qui vous préparera sans problème pour une longue cueillette.

J'ai baigné pendant toute mon enfance dans ce monde des bords de mer. Entre les marais salants et les pêches à marée basse de coquillages, les algues et les plantes marines étaient omniprésentes. Tout plateau de fruits de mer servi aussi bien dans les restaurants ou consommé à la maison reposait sur du varech. L'odeur de ces algues, leur fraîcheur, faisait en sorte que tout ce qu'on déposait dessus était sublimé.

  «Je suis une coureuse des grèves et je considère le garde-manger marin plus important que toutes les autres économies mondiales», me lance d'emblée Claudie. 

Derrière le ramassage et la transformation des plantes marines, pour elle, il y a une prise de conscience sociale. 

La protection du fleuve est une de ses valeurs premières.

Le fondateur des Jardins Sauvages, François Brouillard, fut son mentor sur la connaissance des plantes marines.

«François venait cueillir ici, j'avais alors 17 ans. Je l'ai regardé faire toute une journée. Je me cherchais une vocation. Le soir de cette belle journée, j'avais le feeling que c'était le début de quelque chose. J'ai découvert que ce qui m'entourait m'ouvrait de grandes portes, puis on pouvait le manger et c'était bon. Il suffisait de le ramasser, de le respecter, de le protéger et aussi de le faire connaître.» 

Nous sommes partis dans sa vieille voiture qui connaissait tous les chemins de traverse de la région de Kamouraska. J'ai compris rapidement que certains endroits où Claudie ramasse avec beaucoup de précautions sa récolte marine sont des passages privés.

 «Oui, me dit-elle, les gens à qui appartiennent certaines de ces battures me connaissent, je suis un enfant du village. Ils savent que c'est la petite Gagné qui vient ramasser ses affaires. Disons que j'ai ce privilège!»

Au bout d'un chemin cahoteux, nous sommes arrivés en plein milieu des battures, à quelques centaines de mètres de l'immensité du fleuve.

«Tu veux des bottes», me lance-t-elle en retirant ses chaussures et en relevant ses bas de pantalon jusqu'aux mollets.

«Je crois que je peux aussi marcher pieds nus», lui répondis-je, me disant que si elle est capable, je suis capable aussi. Ah la fierté masculine!

Armés alors de ciseaux et de sacs qui passent leur vie dans le coffre arrière de la voiture, nous sommes partis. 

Ce fut une magnifique matinée, le soleil était chaud et les pieds dans le sol marécageux me faisaient l'effet d'un superbe massage. Elle m'explique alors comment couper la salicorne, à quelle hauteur elle est la plus tendre, me parle d'épinards de mer, de livèche (persil de mer), de mesclun de mer, de chou poivré des dunes, de plantain maritime et... de son chum Marc qui travaille sur les îles en face. 

Elle a éclaté de rire lorsque je me suis aventuré dans un endroit où je me suis retrouvé enfoncé dans la vase jusqu'au genou. Je l'ai vue alors autour de moi, avec l'agilité d'un félin, sauter sur les branchages. Elle, elle ne calait pas. J'étais un urbain en rase campagne. Nous sommes ressortis après une heure, j'avais les jarrets noirs. 

Nous nous sommes alors dirigés vers son centre de tri. Dans un vieil autobus transformé, elle trie et fait sécher une partie des récoltes. Celles qui sont séchées permettent à Claudie de produire des assaisonnements, des épices qui rehaussent le quotidien des salades, des vinaigrettes et des sauces.

Les plantes marines fraîches sont vendues à des restaurateurs de la région, mais aussi à ceux de Québec et de Montréal. Accoté au bus, le réfrigérateur et le congélateur permettent de conserver le tout. 

«Et l'hiver, Claudie?»

«L'hiver, je voyage pour mes connaissances. Je suis allée en Bretagne au Centre d'études des algues. Au Portugal, je me suis intéressée à des recherches sur la salicorne dans les salines. Maintenant avec la transformation, je suis plus occupée pendant les saisons froides», me répond-elle.

Tout en manipulant sa récolte, ses yeux brillaient en inspectant les plantes marines. J'ai laissé la coureuse des grèves dans son Kamouraska natal, amoureuse de son fleuve et de son chum. 

«Bonjour à Marc, Claudie!» lui ai-je lancé en partant, par la fenêtre de ma voiture.

***

Les Jardins de la Mer, Claudie Gagné, 143, rue principale, Saint-André-de-Kamouraska, Tél. : 418 493-2408

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer