Spectacles francophones 2014: tirer son épingle du jeu

Alors que l'austérité est sur toutes les lèvres en cette fin d'année, force est... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Retour sur 2014
Retour sur 2014

L'année 2014 sous tous ses angles: en objets, en citations, en coups de coeur, en caricatures, en photos, en percées scientifiques et en quiz sportif. »

(Québec) Alors que l'austérité est sur toutes les lèvres en cette fin d'année, force est d'admettre que les derniers mois n'ont pas été les plus fastes sur les scènes de la capitale. Avec des salles moins remplies et plusieurs annulations de spectacles (la vedette Carla Bruni et le phénomène du Retour de nos idoles, notamment, n'y ont pas échappé), les propositions francophones n'ont pas fait exception. Retour sur des concerts qui ont néanmoins fait courir les foules ou qui se sont illustrés par leur signature artistique.

Alors que l'austérité est sur toutes les lèvres... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.0

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

1. Louis-Jean Cormier

7 juillet, plaines d'Abraham

Louis-Jean Cormier a souvent démontré son envie de faire sortir les chansons du cadre, de les rhabiller au gré de ses humeurs ou des circonstances. Entre des spectacles avec son groupe, en duo ou en version symphonique, il n'a pas raté d'occasion de le faire cette année. Son plus grand défi est peut-être venu du Festival d'été du Québec (FEQ), qui lui a confié la grande scène pour un soir. Seule tête d'affiche francophone sur le site principal (outre l'hommage à Félix Leclerc...) parmi les Billy Joel, Lady Gaga et Cie, Cormier a saisi avec aplomb l'occasion de «célébrer les Plaines en français». Un concert grisant, authentique, sans compromis. Peut-être pas la plus grande foule du FEQ, mais une vraie proposition artistique et une sacrée bonne soirée de musique. 

2. Francis Cabrel

11 mars, Palais Montcalm

Pour ses retrouvailles avec le public québécois, Francis Cabrel a voyagé léger : aucun musicien, quelques guitares, un ukulélé et plus de 35 ans de chansons. Devant un parterre gagné d'avance - les billets pour les deux représentations s'étaient envolés en un rien de temps -, l'auteur-compositeur-interprète français s'est retrouvé entre amis. Et il a agi comme tel dans un tête-à-tête chaleureux, simple, drôle et parfois empreint d'une touche de vulnérabilité. Fidèle à ses habitudes, le chanteur ne s'est pas montré le plus bavard et a laissé parler ses plus grands succès sans artifices, tels qu'ils étaient lorsqu'il les a créés. Un retour généreusement ovationné... avec raison!

3. Paule-Andrée

Cassidy

19 septembre,

Théâtre Petit Champlain

Amoureuse de chanson française et de tango, Paule-Andrée Cassidy a ouvert les frontières musicales sur son dernier album, Libre échange. Le voyage entre Québec et Buenos Aires a pris vie de magnifique façon sur scène, avec les compagnons de route Vincent Gagnon (piano), Étienne Lafrance (contrebasse), Denis Plante (bandonéon) et Pierre Tanguay (batterie). Un «orchestre de rêve», selon la chanteuse de Québec, qui ne nous a pas menti. Interprète entière, elle a navigué dans les répertoires de Ferrer et Piazzolla, de Gilles Vigneault, de Barbara, de Nick Cave, de Richard Desjardins, de Georges Brassens, de Daniel Boucher ou de Boby Lapointe. Un parcours captivant entre l'intimiste et l'enflammé qui revivra le 14 mars à L'Anglicane. 

4. Fontarabie

4 octobre, Impérial

Piloté par le chanteur de Malajube, Julien Mineau, le projet parallèle Fontarabie se voulait déjà ambitieux sur disque : une création installée quelque part entre la musique classique et l'indie rock, entre des ambiances instrumentales cinématographiques et de la chanson franco. Mineau et son orchestre se sont installés pour un soir à l'Impérial, où le public s'est laissé bercer dans cette bulle un peu étrange, souvent planante, qui tient du trip de musiciens sans toutefois se révéler trop hermétique. Chapeau aussi à l'homme-orchestre Bernhari, qui a ouvert la soirée de fort convaincante manière en maniant la batterie d'un côté, le clavier de l'autre et le micro entre les deux. 

5. Soleil d'Espagne

3 octobre, Palais Montcalm

Laissant momentanément sa propre poésie de côté, Richard Desjardins s'est concentré sur celle de Federico García Lorca dans la création du rendez-vous Soleil d'Espagne, proposition hybride qui emprunte au concert, à la conférence et au récital poétique. Le projet initié par le violoniste Alexandre Da Costa et auquel participe aussi le guitariste Alexandre Éthier a réussi le pari d'instruire et d'émouvoir en mettant en relief un récit fascinant et des vers toujours pertinents. Une guitare subtilement omniprésente, un archet fougueux et un verbe incisif... L'oeuvre du poète espagnol au destin tragique ne méritait pas moins. 

6. Salomé Leclerc

2 octobre, Théâtre Petit Champlain

Elle a eu l'honneur d'ouvrir le Festival d'été sur la grande scène des Plaines, mais c'est dans l'intimité du Théâtre Petit Champlain que Salomé Leclerc a vraiment pu nous faire entrer dans l'univers de son deuxième album, 27 fois l'aurore. Une chanteuse charismatique, une évolution artistique certaine, une alchimie sonore complexe et bien livrée.

 7. Radio Radio

11 juillet, Impérial

Dans un théâtre Impérial gonflé à bloc (merci à Random Recipe pour l'électrisante première partie), les Acadiens dangereusement en forme ont fait honneur à leur réputation en offrant un concert explosif, accueilli avec joie par un public sautillant. De l'énergie à la tonne!

8. Grand Corps Malade

5 juillet, place D'Youville

Qu'on soit vendu ou non à la poésie de Grand Corps Malade, impossible de nier son immense pouvoir d'attraction. Le slameur français a été accueilli comme une rock star dans une place D'Youville débordant de toutes parts. Mais il a aussi suscité une écoute quasi religieuse pendant les segments plus intimistes. Presque un exploit pour un spectacle extérieur gratuit.

9. Gilles Vigneault

8 octobre,

Théâtre Petit Champlain

Gilles Vigneault a choisi le mot atelier pour décrire le rendez-vous qu'il a fixé avec le public de Québec. Entre les chansons choisies avec l'inspiration du moment (on souligne ici la grande flexibilité du pianiste Jean-François Groulx), le poète s'est prêté au jeu des questions du public. Des sujets qui vont dans tous les sens, mais une rencontre on ne peut plus authentique. De nouveaux échanges sont prévus en avril à L'Anglicane.

10. Thomas Fersen

1er mars, Grand Théâtre

Ce visiteur assidu est débarqué en ville avec des chansons truffées d'images, des monologues savoureux et une présence scénique sympathique. Il a fallu un petit moment avant que la chimie n'opère vraiment entre le chanteur français et son public de Québec. Mais une fois la glace brisée, la foule ne voulait plus le laisser repartir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer