Réjean Turgeon photographe de la nature

C'est le printemps, la saison des amours pour... (Photo fournie par Réjean Turgeon)

Agrandir

C'est le printemps, la saison des amours pour les oiseaux.

Photo fournie par Réjean Turgeon

Partager

Sur le même thème

Jacques Samson
Le Soleil

(Québec) D'abord, il les a peints, ensuite, il les a sculptés et aujourd'hui, c'est en photos qu'il immortalise les oiseaux et tout ça, avec un immense talent et avec une très grande modestie.

Réjean Turgeon s'intéresse depuis peu à la photo,... - image 1.0

Agrandir

Réjean Turgeon s'intéresse depuis peu à la photo, mais il manifeste déjà son immense talent.

Réjean Turgeon expose depuis le 28 février jusqu'au 12 mai, au Centre culturel Marie-Fitzbach de Saint-Georges de Beauce, 25 photos d'oiseaux qu'il a prises au cours de sa jeune carrière de photographe.

Policier de la Sûreté du Québec à la retraite, il s'est découvert une récente passion pour la photographie d'oiseaux. J'ai assisté à son vernissage et malgré les

136 kilomètres entre Saint-Michel-de-Bellechasse et Saint-Georges de Beauce, moitié dans la tempête et moitié dans le beau temps pour l'aller et toujours 136 kilomètres au retour, cette fois, moitié dans le beau temps et la dernière moitié dans la tempête, le déplacement en valait vraiment la peine.

Toutes les photos qu'il propose aux visiteurs de son exposition sont des photos à l'état brut. Pas une seule n'a été travaillée avec quelque logiciel que ce soit et il n'y en a que quelques-unes seulement qui ont été légèrement recadrées.

Les clichés pour la plupart ont été réalisés sur le petit coin de terre qu'il habite en Beauce. Les autres, surtout celles des oiseaux aquatiques, ont été faits dans un marais à quelques pas de chez lui. Et quand on s'arrête devant chaque pièce, on ne peut qu'admirer l'immense talent de ce néophyte de la photo et on imagine ce qu'il pourra réaliser quand il maîtrisera encore plus sont art.

Quand il parle de sa passion, il dit qu'il lui reste beaucoup à apprendre et ce qui semble être son plus grand regret, c'est de ne pas s'être adonné à la photographie plus tôt.

Cet amant de la nature veut, avec cette exposition qui s'intitule Portraits d'oiseaux de chez nous, faire connaître aux autres notre faune aillée et transmettre sa passion aux générations qui suivent.

Ça vaut vraiment la peine de faire la route jusqu'à Saint-Georges pour admirer les petits chefs-d'oeuvre de Réjean Turgeon.

L'exposition se déroule au Centre culturel Marie-Fitzbach, 250, 18e Rue, Saint-Georges de Beauce. Heures d'ouverture : mercredi, jeudi et vendredi de 13h à 20h30 et samedi et dimanche de 12h30 à 17h.

Un petit clin d'oeil

Dans le couple Turgeon, il n'y a pas que le mari qui a un grand talent, il y aussi sa femme, Gisèle Bolduc. C'est une dame aux doigts de fée qui fabrique à la main de magnifiques tabliers aux motifs divers. Il y en a avec un imprimé d'oiseaux tout à fait splendide.

Elle m'en a offert un que j'ai hâte d'enfiler quand je popoterai. Eh oui, je l'avoue, j'ai accepté ce pot-de-vin sans le moindre remords. Je n'ai tout simplement pas pu résister. Et si un jour, je me retrouve devant la commission Charbonneau, je dirai bien candidement que je ne m'en souviens pas.

En vous rendant à l'exposition de Réjean Turgeon, arrêtez-vous à la boutique du centre culturel, vous pourrez y admirer les petits bijoux de tablier de Gisèle Bolduc.

*****

En vous rendant à la conférence du COQ,... (Collaboration spéciale Jacques Samson) - image 2.0

Agrandir

En vous rendant à la conférence du COQ, vous saurez tout ce que vous avez besoin de savoir sur les nichoirs.

Collaboration spéciale Jacques Samson

>> Conférence du Club des ornithologues du Québec

Le Club des ornithologues de Québec (COQ) poursuit sa série de conférences en offrant, le 15 mars, à 19h30, au Domaine de Maizerets, à Québec. Le thème abordé sera Nid et nichoir, une question existentielle!

Dans un courriel le COQ précise ceci : «Depuis toujours, l'homme a été à la fois un prédateur et un protecteur pour les oiseaux. Ces derniers ont toujours utilisé différents types de nids et l'homme de son côté leur a fabriqué des nids artificiels : des nichoirs. Est-ce vraiment utile? Quelles sont les populations qui en bénéficient? Il y aura démonstration de plusieurs types de nichoirs conçus par le conférencier, plus des exemples de travaux d'installation réalisés dans la région et des impacts qui en ont découlé. On répondra aussi à cette question : si vous désirez participer à une expérience d'installation de nichoirs, quels sont les critères que vous devez respecter, quelles sont les alternatives qui s'offrent à vous?»

Le conférencier est Jacques Anctil, ornithologue amateur, membre du COQ. Il est également fournisseur de nichoirs pour le club. Pour assister à la conférence, il en coûte 3 $ pour les membres et 5 $ pour les non-membres. C'est gratuit pour les 12 ans et moins.

>> Un sérieux problème

Marie-Thérèse Beaudet et son conjoint vivent un sérieux problème dans leur érablière de 10 000 entailles à Saint-Henri. Cette année, ils ont une prolifération de trous dans la tubulure qui amène l'eau d'érable vers la cabane.

Les trous ont un quart de pouce de diamètre et ils sont nombreux. Sur une distance de 25 pieds, en une seule journée, ils ont dû colmater 13 trous. Ce sont 150 trous qui ont été réparés seulement cette année. Résultat, avec tous ces trous, la pression tombe dans la tubulure et l'eau ne circule plus.

Ce genre de problème est fréquent dans les érablières, et l'ennemi est généralement l'écureuil. Il gruge la tubulure et fait des dégâts considérables. D'ailleurs, plusieurs acériculteurs offrent des primes à des chasseurs pour tuer les écureuils et ainsi les éliminer de leur territoire.

Mais là, chez Marie-Thérèse Beaudet, l'ennemi est différent. Les écureuils n'y sont pour rien, ce sont les pics qui causent les dommages. Jusqu'à cette année, les pics se concentraient plutôt sur les arbres morts dans l'érablière, mais cet hiver, c'est à la tubulure qu'ils s'attaquent.

Ces dégâts coûtent temps et argent à ces producteurs de sirop d'érable. Mme Beaudet parle de 1 $ pour chaque trou qu'on prend une dizaine de minutes à colmater. À ça, il faut ajouter le temps de recherche.

Alors, c'est un appel à tous que je fais, si quelqu'un connaît un moyen efficace de régler ce problème, faite-le-moi savoir et je le transmettrai à Mme Beaudet.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer