Les contribuables en ont déjà assez fait!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maurice Dumas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Je réaffiche mes couleurs afin d'éviter toute ambiguïté chez tous ceux ou celles qui ne voient qu'un côté de la médaille dans le dossier du nouvel amphithéâtre : je suis en faveur du retour des Nordiques à Québec et ils reviendront dans quelques années.

Ceci étant dit, il ne faut pas ambitionner sur le pain béni. Je trouve que les contribuables en ont déjà assez fait pour favoriser le retour de la Ligue nationale de hockey chez nous. Assez, c'est assez!

Sam Hamad, le ministre du Travail et responsable de la Capitale-Nationale, s'est mis un pied dans la bouche en évoquant la possibilité d'une aide sous forme de prêt garanti pour Québecor afin de l'appuyer dans son projet de ressusciter les Nordiques. Le premier ministre Philippe Couillard n'a pas vraiment corrigé le tir en parlant de l'utilisation des fonds publics si c'est rentable.

Coudonc, c'est devenu une habitude pour les ministres libéraux d'ouvrir la bouche avant de réfléchir! Il y en a toujours un ou une pour se mettre les pieds dans les plats.

Bon, revenons au retour des Nordiques. Les contribuables du Québec payeront la moitié du coût du nouvel amphithéâtre, la bâtisse qui les accueillera éventuellement. Les payeurs de taxes de Québec en assumeront presque toute l'autre moitié. Assez, c'est assez! 

La facture de l'installation d'une équipe de la Ligue nationale à Québec revient à Québecor et à personne d'autre. On ne commencera pas à jouer avec les mots pour les aider à relocaliser une équipe existante ou à débourser davantage dans le cadre d'une expansion.

Des politiciens comme Jean-Paul L'Allier et Jacques Parizeau s'opposaient à toute aide aux Nordiques, en 1995, en raison de la situation précaire des finances publiques. Sans être vraiment en meilleure position aujourd'hui, les contribuables ont déjà le fardeau de payer la bâtisse. Assez, c'est assez!

S'il est question d'un prêt garanti, serait-ce parce que la facture d'une équipe d'expansion s'annonce trop salée? Cette portion du projet du retour des Nordiques revient à Québecor et à Québecor seulement. Après tout, ce groupe n'est sûrement pas pris à la gorge par les conditions des ententes de gestion et d'identification du futur amphithéâtre.

Même le député péquiste Pierre Karl Péladeau, l'actionnaire de contrôle de Québecor, considère qu'aucun financement ou autre prise de participation avec des fonds publics n'est requis pour ramener les Nordiques.

Les gouvernements coupent partout. Le premier ministre du Québec parle continuellement d'austérité, du retour à l'équilibre budgétaire et d'assainissement des finances publiques.

La ville de Québec avait besoin d'un nouvel amphithéâtre et elle l'aura. Il faut s'en réjouir sans toutefois en exiger davantage des payeurs de taxes. Ils en ont déjà fait beaucoup.

Et je ne crois pas penser petit en demandant à nos dirigeants de leur ficher la paix!

Mauvaise idée

Même si le Canadien de Montréal a triomphé de l'Avalanche du Colorado, vendredi dernier, au Colisée, l'alignement du Tricolore pour cette rencontre à Québec n'était pas digne de la Ligue nationale de hockey.

Le Canadien a déçu certains de ses partisans et perdu une belle occasion de s'en faire d'autres. L'absence de presque tous les réguliers du Canadien a donné un argument de plus à tous ceux et celles qui ne se rangeront jamais derrière cette équipe.

Les amateurs de hockey de la région de Québec méritaient plus de considération. Les billets n'étaient pas donnés non plus. Non, ce n'était pas une bonne idée pour le Canadien de s'en remettre  seulement à David Desharnais, le seul vrai régulier, les meilleurs espoirs de l'organisation et quelques marginaux.

Moins de stéroïdes

Les observateurs s'interrogent devant la dégringolade des statistiques offensives dans le baseball majeur. Les moyennes au bâton baissent et les circuits diminuent.

Le phénomène s'explique sans doute de plusieurs façons, mais il ne faudrait pas minimiser l'effet des stéroïdes. Il y en a moins qu'à une certaine époque. Il y en a moins, mais je ne dis pas que ce fléau a été complètement enrayé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer