C'est la fin

Le Flâneur se termine par un hommage aux... (Shutterstock, liveostockimages)

Agrandir

Le Flâneur se termine par un hommage aux photos de chats, qui n'ont pas perdu un iota d'intérêt et de pertinence sur le Web.

Shutterstock, liveostockimages

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Retour sur 2014
Retour sur 2014

L'année 2014 sous tous ses angles: en objets, en citations, en coups de coeur, en caricatures, en photos, en percées scientifiques et en quiz sportif. »

Matthieu Dugal
Matthieu Dugal

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Tout a une fin, même les films de Xavier Dolan. Avec beaucoup moins de virtuosité (et de précocité), le Flâneur arrive donc aujourd'hui au bout de sa «trail». Deux ans et demi et quelque 150 papiers plus tard, il est inscrit «game over insert coins» sur la machine.

Deux ans et des poussières dans le monde numérique, aussi bien dire 25 ans dans le monde réel. Des années qui auront vu l'accélération encore plus grande d'à peu près toutes les sphères du numérique. En trois mots: ça va vite. Comme chant du cygne (et ça chante mal un cygne), nous vous proposons donc aujourd'hui un superralenti de ces années où (roulement de tambours) tout a changé.

***

La surveillance généralisée

Il est aujourd'hui plutôt ironique de voir plusieurs personnes qui se sont félicitées (avec raison) de voir les dictatures communistes tomber à la fin des années 80 applaudir devant la généralisation de l'espionnage numérique par les États occidentaux de leurs propres citoyens, ce qui était jusque-là l'apanage de ces prisons à ciel ouvert comme l'ex-Allemagne de l'Est. Erich Honecker (le dernier président de la RDA) considérerait-il comme une victoire de voir que les États qui étaient prêts à noyer, par principe, son pays sous le feu nucléaire adoptent maintenant des mesures d'espionnage encore pires que celles élaborées par sa tristement célèbre police secrète, la fameuse Stasi?

Comme on le voit dans le génial documentaire Citizenfour de Laura Poitras, il aura fallu le courage d'un seul homme, Edward Snowden, pour mettre au jour le scandale des programmes d'écoute électronique de la NSA, un scandale bien pire que le fut le Watergate. Et pendant qu'au Canada (qui a lui aussi ses programmes d'écoute), c'est le silence radio le plus total de la part d'une classe politique qui semble complètement dépassée (ou tout simplement pas intéressée) par ce phénomène, aux États-Unis, au moins, on en discute. Saviez-vous qu'actuellement, une coalition très large d'activistes politiques, de politiciens de gauche, de droite ainsi que des environnementalistes sont unis pour forcer la NSA à fermer le plus gros centre de collecte de données au monde, à Bluffdale, dans l'Utah? À quand un débat du genre au Canada?

***

La cryptographie généralisée

La réponse à l'espionnage? La cryptographie. De Julian Assange à Jérémie Zimmerman, plusieurs activistes du droit à la vie privée sur le Web ne jurent que par ça. La cryptographie, ou le chiffrement si vous préférez, c'est la possibilité de rendre vos communications sur Internet complètement illisibles pour des tiers. Nous vous parlions d'ailleurs la semaine dernière du fameux service Peerio (un service de courriel de stockage de données) qui sera lancé en janvier 2015. Selon les observateurs du Net, la clé dans la réponse citoyenne par rapport à l'envahissement de notre vie privée par les agences de toutes sortes sera la généralisation des technologies de chiffrement faciles à utiliser. Le cryptage aussi facile à utiliser que Candy Crush? Ça s'en vient.

***

Le jeu vidéo, objet culturel

Les premiers jeux vidéo ont été créés au début des années soixante. Malgré tout, le jeu vidéo peine encore aujourd'hui à trouver une légitimité dans le grand public. À preuve, la seule émission de télévision qui s'y intéressait jusqu'ici (Monsieur Net à MusiquePlus) disparaîtra des ondes demain. Et pourtant, ce n'est pas parce que le Québec ne regorge pas de créateurs de grand talent. Chariot, un des jeux indépendants les plus popu­laires au monde actuellement, a même été créé en basse ville de Québec dans les studios de la compagnie Frima. Avec des compagnies comme Beenox, Ubisoft ou Warner bien implantées ici, le jeu vidéo, c'est le «Hollywood» des tapis rouges sur lesquels le Québec défile régulièrement. Faudrait peut-être que ce soit davantage su.

***

La curation web

On le sait, les algorithmes sont de plus en plus performants sur le Web, ils permettent sur Netflix de vous proposer des films en fonction de ce que vous avez regardé, ils permettent de vous orienter sur Amazon, de vous organiser votre fil Facebook. Mais au moment où ils n'ont jamais été aussi puissants, il est quand même assez paradoxal de constater qu'ils nous enferment de plus en plus dans une bulle qui a même un nom: la bulle des filtres. Une bulle qui se fie à ce que vous avez déjà aimé pour vous proposer du nouveau. Belle manière de faire du surplace quand il n'y a jamais eu autant de contenu disponible au bout des doigts. À côté de ces plateformes impersonnelles aux choix prévisibles et qui prennent de plus en plus de place, la recommandation d'un humain en chair et en os n'aura jamais eu autant d'importance. On salue donc ceux qui continuent de penser qu'ils ont plus de jugement qu'un algorithme.

***

Les photos de chats

Après toutes ces années, les photos de chats n'ont pas perdu un iota d'intérêt et de pertinence. Le Flâneur se termine donc par un hommage aux photos de chats, qui ont précédé et survivront au Web. FIN

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer