L'entrée à l'école: affronter la vie... sans ses parents!

L'entrée à l'école peut être angoissante pour les... (Photo: François Roy, La Presse)

Agrandir

L'entrée à l'école peut être angoissante pour les parents, qui ont l'impression de perdre le contrôle sur les facteurs qui touchent au développement de leur enfant. Mais les parents doivent accepter que leur enfant soit influencé par des enfants et encadré par d'autres adultes.

Photo: François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dre Nadia Gagnier
Le Soleil

(Québec) Mélanie et Jean sont des parents très soucieux du bien-être de leur enfant, Zachary, cinq ans. Ils sont très encadrants et protecteurs envers lui. À titre d'exemple, ils ont décidé de faire une entrée tardive et progressive à la garderie : il a commencé à fréquenter la garderie à l'âge de trois ans et à temps partiel, en augmentant progressivement le nombre de jours par semaine jusqu'à ce qu'il y soit à temps plein.

Ils veulent demeurer l'influence principale de leur enfant. Mais voilà que leur grand garçon de cinq ans s'apprête à affronter plus sérieusement le monde extérieur : la grande école! Cette étape génère un peu d'angoisse chez ses parents, qui ont l'impression de perdre le contrôle sur les facteurs qui influenceront leur cher Zachary... «Et s'il rencontrait des amis qui ont une mauvaise influence sur lui? Et si nous n'étions pas d'accord avec les méthodes d'enseignement et d'encadrement de l'enseignante ou de la direction?»

Ils s'aperçoivent que nous utilisons tous l'expression «MON enfant», mais en réalité, l'enfant s'appartient à lui-même et devra développer une certaine autonomie pour fonctionner sans ses parents durant des périodes de plus en plus longues. Il doit apprendre à faire face à la vie, avec une certaine confiance en lui.

Certains parents ont ce sentiment de perte de contrôle dès l'entrée de leur enfant à la garderie... plusieurs choses se passent dans une garderie sans que les parents puissent y faire quoi que ce soit. Le meilleur exemple est lorsque notre enfant est victime de l'agressivité d'un autre enfant : coup de pied, tape, coup de poing et même... morsures! Un autre exemple est lorsque l'éducatrice remet le premier petit compte rendu écrit aux parents : fiston ou fillette a à peine le nombril sec qu'on évalue déjà son comportement et ses apprentissages en le comparant aux autres. Quel drame!

Pourtant, toute sa vie sera parsemée d'expériences du même genre : en tant qu'adulte, pensez au nombre de fois où vous vivez des agressions, des conflits, l'obligation de vous plier à des règlements que vous jugez inutiles, des comparaisons avec d'autres...

Il faut bien que cela commence à un certain moment dans la vie, et la réalité est que cela se produit en très bas âge, malgré toutes les dispositions que certains parents peuvent prendre pour protéger leur enfant de ces adversités.

Les parents doivent tôt ou tard accepter que leur enfant devra faire son entrée à la maternelle, être influencé par d'autres enfants et encadrés par d'autres adultes. C'est la vie!

En fait, ces expériences lui servent de terrain d'apprentissage pour éventuellement être capable d'affronter des situations de plus en plus complexes, et ce, avec une aide de moins en moins grande des parents... jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge adulte. Ainsi, les premiers conflits à la garderie sont les premières occasions pour notre enfant d'apprendre à verbaliser ses émotions, à demander pardon, à se réconcilier. Les premières insatisfactions de notre enfant face à un professeur sont l'occasion pour lui d'apprendre éventuellement à gérer les différences d'opinions qu'il pourrait avoir avec un patron, lorsqu'il sera sur le marché du travail.

Est-ce que les parents sont complètement impuissants lorsque leur enfant affronte ainsi, pour les premières fois, la vie à l'extérieur de la famille? Oh que non! Ils peuvent écouter, soutenir, encourager, conseiller, parler de leurs propres expériences lorsqu'ils avaient le même âge et de l'apprentissage qu'ils en ont retiré...

C'est un rôle plus subtil, moins direct que les soins et la protection que l'on apporte à un nourrisson, mais tellement important. Lorsque les parents remplissent bien ce rôle, la maison familiale devient comme un port où l'enfant peut accoster son bateau pendant la tempête. Ses parents demeurent sa figure de sécurité et ses guides... et probablement l'influence la plus importante dans sa vie pendant encore plusieurs années, et ce, même si les influences autour de lui se multiplieront au fur et à mesure qu'il grandira.

Pour bien jouer ce rôle, les parents doivent à tout prix maintenir une bonne relation, empreinte de respect et de confiance avec leur enfant... et, surtout, accepter qu'une grande partie de son apprentissage se fasse par ses propres expériences, alors qu'il leur est impossible d'être à côté de lui 24 heures sur 24 et sept jours sur sept!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer