Un chien Mira pour mon enfant autiste

Depuis 2003, la Fondation Mira a jumelé 140... (Photo fournie par Mira)

Agrandir

Depuis 2003, la Fondation Mira a jumelé 140 chiens d'assistance à des enfants autistes comme Gabriel (photo) et Maëlle.

Photo fournie par Mira

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) La vie avec un enfant autiste, c'est comme un parcours à obstacles qu'on effectuerait en grande partie dans l'obscurité. Pour Catherine Kozminski, sa fille Maëlle et le reste de la famille, un être a fait la différence entre des nuits blanches et de plus longues périodes de sommeil. Entre des crises épouvantables et des accalmies plus que bienvenues. Cet être, c'est une chienne du nom de Labelle.

«Mon mari et moi n'avons pas dormi pendant quatre ans.» La jeune mère de trois enfants ne prend pas de détours quand elle parle du combat quotidien de sa famille. Sa fille aînée, Maëlle, diagnostiquée à l'âge de trois ans, est atteinte d'un trouble envahissant du développement (TED) apparenté à l'autisme. «Elle faisait des crises tellement intenses que ça me prenait 24 heures pour m'en remettre. Je me retrouvais à fixer le mur et à me dire : “Qu'est-ce qu'il faut faire?”» raconte-t-elle.

Après le choc de l'annonce du diagnostic, la maman a remué ciel et terre pour venir en aide à sa fille. «J'étais une boule d'énergie, d'inquiétude et de colère.» Elle a été catapultée dans les dédales du système de santé et s'est vite heurtée à des listes d'attente interminables pour accéder aux spécialistes qui possédaient l'expertise pour améliorer le sort de Maëlle. Excédés par les délais, les parents se sont tournés vers le privé.

Puisque l'autisme comporte une multitude de troubles associés, il faut souvent intervenir sur plusieurs fronts à la fois : physiatre, physiothérapeute, neurologue, neu­­ropédiatre, ergothérapeute, psychologue, orthophoniste, éducatrice spécialisée, nutritionniste, etc. En plus de la vie familiale avec deux autres enfants, «à un certain moment, j'avais 20 spécialistes à gérer toute seule. J'ai craqué. Je n'étais plus capable. J'étais au bord de la dépression».

Réconfort permanent

Au milieu de cette tempête, une amie a suggéré à Catherine d'appeler Mira. Elle y a trouvé une oreille attentive et un soutien qui lui faisait cruellement défaut. L'arrivée de Labelle dans la famille a eu un effet spectaculaire. C'est elle qui accompagne Maëlle dans son sommeil, qui calme ses crises, qui devient sa confidente, qui la fait sortir un peu de sa rigidité. «Maëlle est plus souriante. C'est un réel baume, un rayon de lumière», dit Catherine.

La présence du labernois a aussi bénéficié aux deux autres enfants, qui ont développé avec lui «une relation extraordinaire». Même la maman en profite. «C'est un réconfort permanent pour moi. Je vais marcher avec Labelle. Cela m'a forcé à me remettre en forme. C'est un gros toutou qui ne porte pas de jugement, qui nous prend comme on est.»

Labelle n'a pas sauvé Maëlle. «Elle complète le plan d'intervention. Elle amène un apport supplémentaire très bénéfique», nuance Catherine. «Ce n'est pas un chien magique! Il faut s'en occuper.» Mais elle est depuis deux ans un membre à part entière de la famille et personne ne songerait à s'en séparer.

Partager

À lire aussi

  • Autisme et chiens Mira: toutous antistress

    Famille

    Autisme et chiens Mira: toutous antistress

    La présence d'un chien d'assistance dans la famille d'un enfant atteint de trouble envahissant du développement (TED) peut réduire le stress de tout... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer