Les vantards du temps des Fêtes

Durant la période des Fêtes, les multiples réceptions... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Durant la période des Fêtes, les multiples réceptions nous propulsent dans un brassage de rencontres interpersonnelles pas toujours souhaitées.

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Dalpé
Yves Dalpé
Le Soleil

(Québec) Durant la période des Fêtes, les multiples réceptions nous propulsent dans un brassage de rencontres interpersonnelles pas toujours souhaitées. Avec leurs vantardises et leurs monologues à l'emporte-pièce, les narcissiques irritent particulièrement les invités d'une réception. Si vous vous reconnaissez, je vous invite à mettre la pédale douce. Un peu d'introspection pourrait vous faire mieux paraître... Selon Russ et Shedler, il existe trois sortes de narcissiques. Vous reconnaîtrez-vous?

Le narcissique grandiose et malveillant

C'est la pire forme des personnalités narcissiques. Le côté grandiose est fondamental dans ce type de narcissisme et l'individu se perçoit comme nettement supérieur au genre humain. Il s'accorde donc une importance exagérée et s'attend à être traité en conséquence. Les règles de conduite conventionnelles ne s'appliquent pas à lui, selon sa conception des choses. Il dédaigne autrui et est arrogant. Il traite les autres comme une audience et cherche à être le centre d'attention. Il blâme tout le monde autour de lui pour ses problèmes sans se remettre en question et réagit durement quand il est critiqué. Évidemment, comme il manque d'empathie, n'espérez pas qu'il s'intéresse à vous durant la réception, à moins que votre statut social soit plus élevé que le sien. Il a plutôt tendance à manipuler les autres et à en abuser. D'ailleurs, il a tendance à abuser de l'alcool et des drogues. De plus, il est facilement agressif et sujet à d'intenses colères, et même à de la rage.

En réalité, ce narcissique ne serait pas en train de camoufler sa honte ou sa vulnérabilité, comme on l'a cru auparavant. C'est un réel «pense-bon » comme on dit en québécois. Si vous tombez dans cette catégorie, il y a peu de chances que vous vous reconnaissiez, car le narcissique grandiose et malveillant est très peu conscient de ses enjeux personnels sur le plan psychologique.

Le narcissique fragile

C'est lui qui fonctionne le plus mal au travail comme dans ses relations interpersonnelles. Il se sent à la fois grandiose et fragile en alternance. Son sentiment défensif de grandeur émerge quand il se sent menacé et cela l'aide à affronter ses sentiments de petitesse, d'anxiété et de solitude. Il a besoin de se sentir important et privilégié pour être bien. Quand cela échoue, il devient très misérable, il se sent inadéquat et ceci s'accompagne souvent de rage.

Le narcissique fragile est malheureux, déprimé, découragé. Il a peu de satisfaction dans ses activités quotidiennes. Il entretient des fantaisies de succès illimité, de pouvoir, de beauté, de talent et de brillance. Dans ses relations interpersonnelles, il est «critiqueux», colérique, hostile, opposant, «obstineux», rancunier, envieux et manque d'empathie. Il réagit aux autres seulement si leurs besoins et sentiments coïncident avec les siens. Il est facilement en conflit avec l'autorité. Il se sent incompris, mal traité, victime et impuissant.

Le narcissique exhibitionniste qui a du succès

On retrouve ici les attributs de tout narcissique : importance démesurée de sa personne, sentiment de «grandiosité», centré sur lui, compétitif, pense que tout lui est dû, envieux, hautain, arrogant, rejetant, etc. Avec la différence que ce narcissique réussit bien dans la vie et aime le montrer. Il exprime ses émotions de façon théâtrale. Et les invités d'une réception constituent un auditoire témoin de son importance, de sa brillance, de sa beauté, de ses succès.Toutefois, ses standards de succès sont élevés de façon irréaliste et il est très critique de lui-même et intolérant de ses défauts.

La grande différence avec les autres sortes de narcissisme, c'est l'ajout de caractéristiques saines. Le narcissique exhibitionniste est articulé, énergique, à l'aise dans ses relations interpersonnelles et orienté vers l'accomplissement. Il n'est pas exempt de pathologie, mais il se débrouille raisonnablement bien dans la vie.

C'est le narcissique grandiose et malveillant qui bénéficie le moins de psychothérapie. S'il va en thérapie, il peut la qualifier de totalement inefficace. Il cherche à manipuler le thérapeute et à se positionner en dominant face à celui-ci. Le narcissique fragile répond mieux à la thérapie. Il bénéficie des interventions du thérapeute, qui lui font voir les deux côtés de son conflit narcissique : son sentiment de «grandiosité» et sa vulnérabilité sous-jacente. Le clinicien peut l'aider à tolérer ses sentiments de vulnérabilité sans recourir à sa «grandiosité» ou à la dévaluation des autres. Quant au narcissique exhibitionniste qui a du succès, il apprécie plus que les autres la psychothérapie, qui l'amène à être plus conscient de ses manoeuvres narcissiques et à améliorer ses relations interpersonnelles.

Les vantards de vos réceptions sont peut-être plus fragiles que vous le pensiez...

Russ E. et Shedler, J. (2013). Defining Narcissistic Subtypes. Dans Ogrodniczuk, J.S. (Ed.), Understanding and Treating Pathological Narcissism. DC: American Psychological Association.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer