Cinq sortes d'infidélité

À l'époque des réceptions de Noël organisées dans les milieux de travail, le... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yves Dalpé
Yves Dalpé
Le Soleil

(Québec) À l'époque des réceptions de Noël organisées dans les milieux de travail, le sujet de l'infidélité est particulièrement pertinent. Je vous propose donc la typologie des relations extraconjugales d'Emily Brown que je trouve très éclairante. Cette grille d'analyse m'aide à évaluer les couples qui me consultent à la suite de la découverte d'une infidélité et à poser des pronostics sur la résolution de leur crise conjugale.

Les couples trop gentils

Il s'agit habituellement de jeunes couples qui manquent d'affirmation l'un envers l'autre. Même s'ils sont en colère, ils restent gentils, contournent les conflits et ne se disputent jamais. Résultat : la frustration s'accumule et le plus frustré des deux peut verser dans l'infidélité en guise de protestation. D'habitude, son infidélité est brève - et il s'y implique peu amoureusement - tout en s'en sentant très coupable. Comme ces conjoints «trop gentils» tiennent généralement beaucoup l'un à l'autre malgré leurs frustrations, le pronostic conjugal est très favorable et la probabilité de divorce est faible si le couple traite correctement l'infidélité vécue par l'un des deux conjoints.

Les couples chicaniers

À l'inverse des couples trop gentils, ces personnes s'affirment trop et leurs querelles intenses servent souvent le but inconscient de créer de la distance entre eux. L'infidélité leur sert à créer de la distance et à exprimer leur colère. Contrairement à ce qu'on pourrait penser à première vue, le pronostic peut être très favorable s'ils consultent, tout simplement parce que ces conjoints s'aiment vraiment malgré tout. Leur infidélité est brève avec peu d'implication sentimentale.

Les accros de la sexualité

Dans ce cas, les chances de changement chez le conjoint concerné sont minimes. Mais d'habitude, le couple ne se sépare pas pour autant. Cette sorte de comportement extraconjugal ayant pour fondement une sexualité débridée regroupe surtout des hommes (mais 10 % sont des femmes) qui ont toujours été infidèles. Ils vont d'un partenaire sexuel à l'autre sans s'attacher. La quantité d'activités sexuelles peut être considérable, ainsi que le nombre de partenaires sexuels. Ces hommes-là sont habituellement habités par un sentiment de vide et cherchent fébrilement à combler ce vide par la séduction, les émotions fortes et les idées de grandeur. Ce sont souvent des carencés affectifs. Bien que ces hommes soient peu motivés à s'introspecter et à changer leur comportement, il m'arrive d'avoir de réels succès en thérapie.

Le mariage vide

Cette sorte d'infidélité est l'apanage d'individus qui se sont désinvestis depuis longtemps de leur mariage, mais qui restent quand même au foyer. Ce sont surtout des hommes matures, disons entre 40 et 60 ans, quoiqu'on trouve de plus en plus de femmes dans la trentaine qui vivent cette situation. Le couple fait souvent chambre à part, et les relations sexuelles sont peu fréquentes quand elles n'ont pas cessé. La communication est troublée, sinon inexistante. Le mariage est pratiquement mort. Il ne se passe plus rien dans cette structure conjugale vide. D'où le nom de «mariage vide». Très souvent, les deux conjoints sont d'ailleurs déprimés.

La sortie de secours

Ce type d'infidélité ne présente aucun espoir pour la survie du couple, puisque l'infidèle recourt à la relation extraconjugale précisément pour mettre fin à son mariage. La personne trompée découvre subitement l'infidélité de son conjoint et du coup, elle se retrouve dans l'impuissance de garder ce conjoint, sans rien y comprendre. Elle s'accroche alors à quelqu'un qui veut se décrocher d'elle sans qu'il le dise clairement. Il choisit de fuir par la porte d'en arrière sans donner d'explication. C'est la pire façon de terminer une relation conjugale, car elle suscite énormément d'animosité. De plus, comme les vraies raisons de la séparation n'auront jamais été exprimées, la personne trompée s'imagine à tort que la raison de la rupture est l'infidélité.

En somme, une infidélité ne se produit pas par hasard et il est essentiel pour le couple d'en découvrir le sens. Son avenir en dépend.

Références :

E. Brown.Patterns of Infidelity and theirTreatment, New York, Brunner/Mazel, 1991.

Y. Dalpé. L'infidélité n'est pas banale, Montréal, Les éditions Québecor, 2012.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer