Rendre l'autre «méchant»

En psychothérapie conjugale, il se produit des moments... (Photo Shutterstock, wavebreakmedia)

Agrandir

En psychothérapie conjugale, il se produit des moments de grâce où des conjoints découvrent ce qu'ils induisent chez l'autre. Ce fut le cas d'un couple en crise qui s'est présenté au cabinet de l'auteur de ces lignes.

Photo Shutterstock, wavebreakmedia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yves Dalpé
Yves Dalpé
Le Soleil

(Québec) Quand nous sommes mal avec certaines émotions, nous pouvons les attribuer (inconsciemment) à une autre personne en induisant chez celle-ci une réaction qui nous confirmera notre perception erronée de cette personne. Et nous nous ferons inconsciemment la preuve que nous sommes victimes de l'attitude de cette autre personne. Nous faisons alors de l'identification projective. Ce concept n'est pas facile à comprendre au premier abord. Mais l'effort de le maîtriser en vaut la peine, car il est extrêmement utile dans nos rapports interpersonnels.

Votre ami arrive en retard et s'en culpabilise au point d'être en colère contre lui-même. Mais il se défend inconsciemment contre ce sentiment hostile en vous l'attribuant. Il vous dira: "Tu es en colère contre moi parce que je suis en retard." Vous rétorquez que non, et c'est la vérité. Mais son insistance vous exaspère et il vous lancera alors: "Ah! Ah! Tu vois bien que tu es en colère!" Il aura induit en vous son propre malaise inacceptable pour l'extraire de lui-même.

Un couple en crise se présente à mon cabinet à son rendez-vous hebdomadaire. Les deux conjoints sont furieux l'un contre l'autre et ne s'adressent plus la parole depuis quelques jours. Comment cette tension a-t-elle commencé? Voici l'histoire. Le mari rentre du travail et trouve sa conjointe en plein conflit avec leur fils de six ans qui ne veut pas faire ses devoirs. Pris de compassion pour son fils en larmes, le père l'amène dans sa chambre et règle la crise en demandant calmement au fils de faire ses devoirs comme sa mère le réclame. Le fils obéit au père de bonne grâce, mais la mère se sent humiliée et démolie. Depuis cet épisode, rien ne va plus dans ce couple.

Rabaissée et dominée

Quand chacun me raconte l'histoire, il me semble avoir raison de son point de vue. Voyant l'épouse en colère, le mari a opté pour le sauvetage du fils en détresse, victime du «mauvais caractère» de sa femme. Mais ce faisant, il a miné la crédibilité de la mère aux yeux du fils. La mère a donc eu raison de se sentir rabaissée et dominée. Le père l'a admis devant moi, mais s'est dit exaspéré par le mauvais caractère de sa femme.

Mais d'où venait ce «mauvais caractère? Il faut savoir que la conjointe est moins scolarisée que son mari et qu'elle est mal avec cela sans trop comprendre. De plus, elle a honte de ses origines familiales parce que ses parents étaient très inadéquats affectivement. Elle porte donc en elle le fardeau d'un héritage identitaire émotionnel négatif qui la rabaisse à ses propres yeux. Elle s'interroge sur sa valeur et sur ses capacités maternelles. Par surcroît, elle a honte de ses colères qu'elle ne comprend pas.

En somme, cette femme se sent inférieure à son mari sans le réaliser consciemment et se sent mal avec cette émotion inadmissible à ses propres yeux. Elle projette donc ses sentiments négatifs sur son mari en assumant qu'il la dévalorise (au lieu que ce soit elle-même qui se déprécie). En conséquence, elle est en colère contre lui pour son mépris. Quand il rentre à la maison et qu'il la surprend en plein conflit avec leur fils, elle assume qu'il la juge sévèrement comme une mauvaise mère. C'est pourquoi elle l'agresse et le provoque au lieu d'accueillir son intervention. Il ne reste plus au mari qu'à protéger leur fils contre cette «mauvaise mère agressive». Elle se fait ainsi la preuve qu'elle a raison de se sentir dévalorisée par son mari «dominateur» et qu'elle doit s'en défendre. Pourtant, c'est elle qui porte en elle la graine de ces conflits répétitifs et douloureux.

En psychothérapie conjugale, il se produit des moments de grâce où des conjoints découvrent ce qu'ils induisent chez l'autre. Tel fut le cas avec ce couple. «Mon Dieu, s'exclama la conjointe en comprenant bien l'origine du conflit actuel, je fais cela constamment! Je ne veux plus faire cela!»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer