Un objet nommé désir

Banc en forme de luge des designers Claudia... (Photo Six point un)

Agrandir

Banc en forme de luge des designers Claudia Després et Jérémy Couture.

Photo Six point un

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un soir d'été 1998, Saint-Cézaire-sur-Siagne, en Provence. Reçue chez des amis, j'ai partagé une pissaladière avec le petit-fils de l'inventeur du classeur. C'est ainsi que mes hôtes m'ont présenté ce voisin, dont j'oublie malheureusement le nom. Le gentil monsieur trônait au bout de la table, fier descendant de celui qui a organisé nos bureaux avec ce meuble à tiroirs en métal devenu si courant.
Pourquoi je vous raconte ça? C'est le souvenir qui m'est venu à l'esprit quand j'ai lu le dossier de ma collègue Michèle LaFerrière sur le design industriel.

Tous les jours, nous utilisons des choses qui ont été pensées, réfléchies, perfectionnées par des (ré)inventeurs anonymes. Quand je prends ma manette de télé, quand je tourne mon essoreuse à salade, quand je m'assois sur mon canapé, je me dis que quelqu'un, quelque part, a peut-être passé des nuits blanches à les peaufiner.

La mission du designer industriel est d'imaginer des objets novateurs, fonctionnels, fabricables en série et, idéalement, beaux, plaisants, agréables à regarder, à toucher, à manipuler. Sur ce dernier point, il y a peut-être encore un peu de travail à faire au rayon des classeurs.

Mais comment partir du point A pour arriver au point B? Comment sortir de l'ordinaire pour offrir des idées fraîches? Qui sont ces créateurs?

Prenons Michel Dallaire, le moins anonyme de nos designers québécois. L'un des plus primés, aussi. Il vient d'une famille d'artistes. Son père, Jean Dallaire, était peintre et professeur. Dallaire fils a ainsi passé une partie de son enfance dans les caves du Musée national des beaux-arts du Québec. Il dit avoir été élevé dans «l'odeur du vin rouge et de la térébenthine».

Tout jeune, il avait l'habitude de défaire ce qu'il pouvait, cadrans, horloges, pour ensuite essayer de les remonter. Une curiosité naturelle, «une qualité essentielle à tout designer», lance-t-il au bout du fil.

Michel Dallaire a fait ses études en design à l'Institut des arts appliqués de Montréal et à la Konstfackskolan de Stockholm. Avant de pousser plus loin ses connaissances en gestion et en transformation des matériaux.

Fier papa de «quatre magnifiques filles», dixit son CV, le designer industriel a reçu moult prix, disions-nous, pour des projets allant de fauteuils d'amphithéâtre à des ustensiles pour barbecue. Sans oublier son célèbre moniteur de sons et détecteur de mouvements pour bébé Angelcare.

Côté création, est-il du genre à se lever un matin avec une idée de génie?

«Ça peut arriver, les eurêka.» Mais la réalité est plus sérieuse. «On fait l'analyse de la valeur fonctionnelle, matérielle, technique des produits existants de manière à comprendre comment les optimiser et les dépasser.»

Au tableau, dans ses notes, Michel Dallaire va écrire des mots qui vont le guider. «J'essaie toujours de trouver un vocabulaire visuel signifiant.»

Les vélos BIXI à Montréal, c'est lui. La première image qui lui est venue est celle d'un boomerang. Le vélo, libre-service, devait revenir lui aussi. Il avait son thème de départ. Il a insisté sur la forme V du boomerang peinte en gris métallique. Tout le reste est noir.

Pour Michel Dallaire, le design, «c'est écrire une toune». «Nous, on est les compositeurs, on écrit la partition. Beethoven, quand il a composé sa 5e symphonie, dans son cerveau, il entendait : "TATATATÂMMM, TATATATÂMMM". On a tous besoin d'une étincelle pour partir.»   

-----

Deux dollars quatre-vingt-dix-neuf sous. C'est le prix de l'arrosoir PS Vållö d'IKEA. Et aussi l'étincelle de sa créatrice, Monika Mulder.

Pour le géant suédois, elle designe avant tout un prix, disait-elle en entrevue en 2008 (www.polaine.com). Une autre facette du design industriel.

Traditionnellement, un arrosoir est formé d'un réservoir, d'un goulot, d'une pomme d'arrosage et d'une hanse, souvent circulaire qui recouvre l'objet. Dans une boîte, difficile à empiler, chacun est isolé de son côté.

Or, chez IKEA, on ne transporte pas de l'air. Parce que transporter de l'air coûte cher et fait monter les prix.

Monika Mulder a donc réinventé l'arrosoir pour qu'il puisse s'emboîter par dizaine, voire par centaine.

La forme conique s'est imposée, l'anse au-dessus du réservoir s'est rabattue sur le côté. Plus facile à stocker, à transporter et, au bout du compte, plus abordable.

Mais ultimement, l'objet ne devait pas être laid pour autant. Dans son atelier, la designer révèle avoir travaillé sur cinq modèles différents avant d'être satisfaite.

Résultat, j'ai vu les arrosoirs Vållö de Mulder exposés dans la section Arts décoratifs et design au Musée des beaux-arts de Montréal. Preuve que des produits bon marché peuvent être bien dessinés. Et qu'une contrainte économique peut finalement être créatrice.

Chez moi, je garde un Vållö bleu pour mes pots extérieurs, un rouge pour mes plantes intérieures et un blanc pour rincer les cheveux des enfants dans le bain. Vu aussi des amis le transformer en pichet à jus.

Quand 2,99 $ font beaucoup, beaucoup de petits.

-----

Je pourrais encore écrire sur deux jeunes designers industriels de Québec qui font leur marque. Claudia Després et Jérémy Couture, de Six point un, misent sur un design identitaire québécois avec leur banc en forme de luge, vu notamment à l'hôtel La Ferme. Dommage que leur site ne soit qu'en anglais, mais il vaut le détour (sixpointun.ca).

Dans le genre complètement éclaté, je pense au designer industriel Raffaele Iannello, dont le porte-couteaux Voodoo est une silhouette plusieurs fois poignardée.

-----

À travers tout ce flot créatif, gadgets côtoient objets plus déterminants. Certains s'élèvent au rang de classiques. J'imagine que c'est le but ultime d'un designer de laisser sa marque dans le temps, de créer un objet nommé désir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer