La poussée «fulgurante» de PetalMD

François-Pierre Bouchard, directeur de la recherche et développement... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

François-Pierre Bouchard, directeur de la recherche et développement de PetalMD, et Patrice Gilbert, fondateur et pdg de l'entreprise dans leurs nouveaux locaux.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Tout a commencé, en 2009, par une poignée de médecins qui ont eu le coup de foudre pour PetalMD et sa plateforme technologique de gestion des horaires. Aujourd'hui, ils sont plus de 16 000 à ne jurer que par cet outil qui leur permet d'alléger les aspects administratifs de leur pratique - des obligations pouvant gruger le quart de leur temps - et d'être ainsi plus disponibles auprès de leurs patients.

«Nous connaissons une croissance fulgurante», indique le fondateur et pdg de PetalMD, Patrice Gilbert. «Nous avons visé dans le mille avec nos stratégies pour atteindre les communautés de médecins au Québec et à l'extérieur de la province. L'an dernier, à cette période, nous étions présents dans deux provinces. Aujourd'hui, PetalMD compte des clients dans sept provinces. D'un océan à l'autre. De la Colombie-Britannique à Terre-Neuve.»

À l'origine, la façon de faire de l'entreprise gérée par des anciens de Taleo - Louis Têtu est le président du conseil du PetalMD qui compte aussi sur Charles Sirois parmi ses administrateurs - n'avait rien de bien sorcier. Il s'agissait, tout d'abord, d'intéresser des groupes de médecins spécialistes oeuvrant dans les grands hôpitaux. Ce fut le cas, entre autres, avec la quarantaine de cardiologues de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. Rapidement, le bouche-à-oreille a fait son oeuvre. «Aujourd'hui, les hôpitaux nous appellent pour connaître nos services en ligne.» PetalMD dessert actuellement une vingtaine d'hôpitaux. «Bientôt, nous ferons des annonces importantes concernant des grands hôpitaux de Québec et de Montréal», indique M. Gilbert sans en dire davantage.

PetalMD a mis au point un outil qui permet à la personne qui gère les emplois du temps d'une armée de médecins de concevoir en une seule journée un horaire de travail pour une période de trois mois. Non seulement la plateforme planifie des horaires, elle gère aussi les absences, elle tient compte des préférences des médecins de travailler, par exemple, le jour, le soir ou la nuit. En tout temps, les médecins peuvent consulter leurs horaires sur leur téléphone mobile ou leur tablette. Ils peuvent même y apporter des changements.

De plus, la plateforme technologique agit comme une espèce de bibliothèque centrale en permettant l'échange de documents entre les médecins, l'accès à la formation médicale continue offerte par les universités et par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec et la gestion de l'abondante documentation acheminée à ces professionnels de la santé. Elle assure également la gestion de la messagerie sécurisée entre les médecins.

L'accès au service de base offert par PetalMD est gratuit. L'entreprise tire ses revenus principalement par la vente de services avancés aux médecins et aux hôpitaux.

États-Unis et Europe

En novembre, PetalMD participait à la mission économique pilotée par le maire de Québec, Régis Labeaume, en Californie. Les États-Unis et l'Europe sont deux marchés qui sont dans la mire de PetalMD. Des lignes ont été tendues. Des stratégies pour déployer la plateforme technologique sur ces deux territoires sont pratiquement prêtes.

«Nous voulons d'abord poursuivre notre développement au Canada, tempère Patrice Gilbert. Notre objectif est de regrouper entre 75 % et 80 % des 75 000 médecins au Canada au sein de la communauté Petal et nous nous accordons entre 18 et 24 mois pour l'atteindre.»

Cette croissance «fulgurante» n'est pas sans causer quelques cheveux gris aux dirigeants de la jeune entreprise. Pour accompagner les médecins et pour développer constamment de nouvelles fonctionnalités, ça prend évidemment des cerveaux.

«On a vraiment besoin d'aide», insiste M. Gilbert. L'organisation qui compte actuellement près d'une quarantaine d'employés pourrait en compter le double à la fin de 2015. PetalMD est principalement à la recherche de développeurs Web.

PetalMD se décrit comme une entreprise évoluant dans le meilleur des deux mondes. «On y retrouve l'énergie et la passion que procure l'environnement d'une start-up et un niveau professionnaliste que l'on pouvait retrouver à l'époque où nous étions chez Taleo», souligne François-Pierre Bouchard, directeur de la recherche et du développement, un ancien de Copernic et de Taleo, une compagnie née à Québec qui a été vendue à Oracle pour la somme de 1,9 milliard $US en février 2012.

Faciliter la prise de rendez-vous avec les médecins

En plus d'aider les médecins à être plus efficaces afin qu'ils puissent consacrer plus de temps à leurs patients, PetalMD lève la main pour contribuer à la mise en place d'un système centralisé de prise de rendez-vous à l'échelle du Québec.

«Nous avons une solution à offrir au gouvernement», lance Patrice Gilbert, le fondateur et pdg de PetalMD. La jeune pousse de Québec a récemment répondu à un appel d'intérêt lancé par la Régie de l'assurance-maladie du Québec (RAMQ) qui veut recueillir de l'information en vue de vérifier la faisabilité de la mise en place d'une solution qui faciliterait la prise de rendez-vous auprès d'un médecin de famille, soit par l'entremise d'un service en ligne ou d'un système de réponse vocale interactive.

«Nous avons rencontré des gens de la RAMQ et du ministère de la Santé et des Services sociaux pour leur expliquer comment notre plateforme technologique pourrait aider les citoyens à obtenir un rendez-vous auprès d'un spécialiste de la santé», explique M. Gilbert en signalant que la communauté PetalMD regroupait déjà plus de 75 % des médecins au Québec. «Nous attendons un retour d'appel des autorités gouvernementales.»

Une douzaine de fournisseurs ont répondu à l'appel d'intérêt de la RAMQ. «L'analyse des divers scénarios proposés est présentement en cours», laisse savoir l'une des porte-parole du Ministère, Marie-Claude Lacasse.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, s'est engagé à mettre sur pied un système centralisé de rendez-vous avant la fin du mandat actuel du gouvernement de Philippe Couillard.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer