Les Bois de plancher PG: à défaut du PEPS, le Japon!

La directrice de l'exportation, Lise Côté, et le... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La directrice de l'exportation, Lise Côté, et le vice-président aux ventes et au marketing, Martin Emery, de l'entreprise Les Bois de plancher PG qui vend du bois de plancher pour des gymnases, notamment au Japon et en Corée.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) «Le PEPS, c'était dans notre cour», tentent de se consoler Lise Côté et Martin Emery. «C'est tellement choquant!»

L'un des plus importants fabricants de planchers de bois franc au Canada, Les Bois de plancher PG, vend du bois de plancher pour des gymnases, notamment au Japon et en Corée. Il n'a cependant pu se qualifier pour décrocher le contrat pour le projet d'agrandissement de l'amphithéâtre-gymnase du Pavillon d'éducation physique et des sports (PEPS) de l'Université Laval. Une réalisation qui aurait assurément fait la fierté de l'entreprise familiale de Saint-Édouard-de-Lotibinière et de ses 150 travailleurs.

Tout ça en raison d'une bête question de certification, explique le vice-président aux ventes et au marketing de la compagnie, Martin Emery.

Au Canada, les architectes s'inspirent généralement d'une norme protectionniste américaine quand vient le temps de préparer les plans pour la construction d'un nouveau gymnase. Le plancher doit correspondre à des normes strictes, par exemple en matière de grade du bois ou de variation des couleurs. «Notre entreprise ne peut obtenir la certification, car nous sommes un manufacturier canadien. Par habitude, les architectes d'ici ont recours aux normes américaines sans savoir qu'il y a des entreprises québécoises et canadiennes qui pourraient faire le travail aussi bien sinon mieux que nos concurrents du sud de la frontière. À notre avis, il y aurait un sérieux travail d'éducation à faire auprès de ces professionnels», suggère-t-il.

Nul n'étant prophète en son pays - ou dans les gymnases de son pays! -, Les Bois de plancher PG continue donc à faire sa marque en Asie dans ce marché spécialisé.

«Nous livrons actuellement 40 000 pieds de bois au Japon pour la construction de deux grands gymnases et de différents plateaux sportifs qui serviront à l'entraînement des athlètes qui participeront aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020», indique Lise Côté, la directrice de l'exportation.

Il y a déjà plus d'une vingtaine d'années que l'entreprise a réalisé sa percée au pays du Soleil levant. Et c'est un peu par hasard que le premier contact s'est fait.

Le président de la compagnie, Claude Garneau, participait alors à une foire commerciale à Paris quand il a été approché par un constructeur japonais qui cherchait désespérément un fabricant de bois de plancher en érable pour ses gymnases. L'érable, semble-t-il, n'a pas son pareil pour cette utilité.

«L'industriel a demandé à M. Garneau d'aller le rencontrer chez lui au Japon. De retour au Québec, le patron avait en poche une commande ferme. Les experts en commerce extérieur n'en croyaient pas leurs oreilles, car il faut normalement beaucoup de temps, en affaires, pour tisser un lien de confiance avec les Japonais et s'armer de patience avant de décrocher les premiers contrats», commente Lise Côté.

Avec le temps, Les Bois de plancher PG a réussi à percer de nouveaux marchés que les gymnases au Japon. Elle vend notamment du bois de plancher traditionnel - en chêne ou en érable - à une société japonaise qui fait construire des maisons usinées en Ontario.

«Au Japon, la principale source d'approvisionnement pour le bois de construction a toujours été la Chine», explique Martin Emery. «Les tensions politiques actuelles entre les deux pays ont bouleversé l'ordre des choses. Le Japon est à la recherche d'autres partenaires. Aujourd'hui, les manufacturiers nord-américains ont optimisé leur processus de fabrication, ce qui leur permet d'être compétitifs sur les marchés asiatiques.»

Et il y a aussi l'effet «feuille d'érable». Les produits canadiens dans l'industrie de l'habitation en général ont la cote au Japon et partout dans le monde.

Ailleurs dans le monde

Le Japon n'est qu'un des nombreux pays qui achètent les produits de l'entreprise de la région de Lotbinière. Cette dernière fabrique des lamelles de plancher de bois franc massif prêtes à vernir de même que des lamelles vernies en usine vendues sous la marque de commerce Model. Elle compte des clients aux États-Unis, en Europe et au Moyen-Orient. Cette partie du monde, notamment en Arabie Saoudite et dans les Émirats arabes, constitue d'ailleurs son principal marché d'exportation à l'extérieur de l'Amérique du Nord.

Avec la reprise de l'activité économique aux États-Unis, ce marché accapare maintenant plus de la moitié du chiffre d'affaires de l'entreprise qui roule à plein rendement - deux quarts de travail par jour - depuis 18 mois.Pour en arriver à tirer son épingle du jeu, Les Bois de plancher PG a investi près de 5 millions $ au cours des dernières années pour moderniser ses lignes de production.

«Nous évoluons dans un environnement hautement concurrentiel dans lequel il est de plus en plus difficile de se différencier. Les produits se ressemblent. Pour nous démarquer, nous misons sur la recherche constante de l'amélioration de notre performance. Nous parvenons, de cette façon, à protéger nos marges tout en demeurant compétitifs.»

L'entreprise a aussi réussi à trouver sa niche en offrant des produits que les Européens - les champions incontestés de l'industrie mondiale du plancher de bois franc - n'offrent pas. «Nous ne cherchons pas à rivaliser contre eux, mais plutôt à trouver des marchés pour lesquels ils ne manifestent pas d'intérêt.»

Les Bois de plancher PG a été fondée en 1979 par Julien Paré et Richard Garneau. Les enfants de ce dernier, Claude, Hélène et Julie, sont aujourd'hui les propriétaires de l'entreprise en compagnie de Jean-François Dion qui est aussi président des Scieries Dion et fils.

Le Fonds de solidarité FTQ a investi 2 millions $ dans l'entreprise en 2012.

=> Profil d'entreprise

  • Nom de l'entreprise : Les Bois de plancher PG
  • Année de fondation : 1979
  • Président : Claude Garneau
  • Secteur d'activités : fabrication de planchers de bois franc
  • Zone d'activités : Amérique du Nord, Europe et Asie
  • Chiffre d'affaires : non divulgué
  • Nombre d'employés : 150
  • Siège social : Saint-Édouard-de-Lotninière
  • Site Internet : pgmodel.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer