Cafection: une expérience émotive pour les pauses café

François Baron a fondé Cafection avec son père Yves... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

François Baron a fondé Cafection avec son père Yves en 1996.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) François Baron ne vend pas de simples machines à café. Non, il vend une expérience émotive pour les pauses café, une expérience qui passe par le goût, le toucher et l'odeur.

Depuis qu'il a fondé l'entreprise avec son père Yves Baron en 1996, le monde du café a bien changé. Et il se transforme encore.

Il y a 20 ans, la mode était au café dans un silex. Les machines à infusion de café n'avaient pas la cote et devaient se tailler une place. Au cours des dernières années, ce furent les portions individuelles dans de petits contenants en plastique pour une petite tasse de café. Encore là, Cafection n'a pas l'intention de demeurer dans le wagon de queue.

Si les cafetières à infusion de Cafection ont d'abord été vendues au Québec et sur le marché canadien, aujourd'hui, 96 % de la production va vers les États-Unis. Avec son directeur des ventes Mike Cochrane, François Baron arrivait d'une tournée en Allemagne et en Asie, où il espère faire une percée dans les prochaines années.

«La demande est intéressante, avouait-il en entrevue, mais nous ne voulons pas répondre à toutes les opportunités d'affaires. Nous croyons faire en sorte que 20 % de nos exportations se fassent hors des États-Unis d'ici deux à trois ans.» 

L'entreprise qu'il a reprise comme principal actionnaire, il y a trois ans, est en train de prendre un virage. De 45 employés, Cafection est passée à 82 membres du personnel. En août, une nouvelle division a été ouverte aux États-Unis pour être plus proche des revendeurs avec qui l'entreprise fait affaire. 

L'entreprise a lancé de nouveaux modèles d'appareils interactifs, connectés sur Internet, autant pour intéresser le consommateur de café, mais aussi régler des problèmes à distance sur les appareils, notamment changer les recettes de café pour répondre aux goûts des clients.

Une équipe de cinq programmeurs ont planché sur une solution informatique basée sur le logiciel libre pour contrôler différentes fonctions sur la cafetière et améliorer l'expérience du propriétaire de la machine comme des amateurs de café. 

«Avec notre développement de logiciel, nous pouvons régler actuellement 86 % des problèmes à distance. Ce que nous voulons ajouter, c'est un algorithme pour l'entretien de sorte que l'opérateur sera averti avant que les bacs de café soient vides, ou que les filtres viennent à manquer. Au lieu de réagir à un problème, nous pourrons prévenir.» Ainsi, le personnel d'entretien pourra organiser son circuit des visites pour prévenir au lieu de résoudre une panne.

La cafetière devient donc un objet connecté qui pourra aussi diffuser des messages personnalisés aux utilisateurs dans un proche avenir, ou encore des coupons avec les nouveaux appareils que Cafection veut proposer aux propriétaires de dépanneurs. 

La division de recherche a d'ailleurs mis au point un système d'infusion qui peut préparer un format de café de 24 onces en 40 secondes, le format le plus populaire aux États-Unis, de la mouture du grain frais jusqu'à l'écoulement du breuvage dans le contenant à emporter.

Cure de rajeunissement

Toutes les lignes de production de l'usine ont subi une cure de rajeunissement pour améliorer les postes de travail et la productivité. «Nous avons investi 700 000 $ dans la dernière année, poursuit-il. Ce qui nous permettra d'augmenter la production d'environ 30 % avec le personnel en place. Et nous avons d'autres travaux de rénovation à faire à court terme.»

Actuellement, la capacité moyenne de production est de 600 appareils par mois. Les modifications permettront d'atteindre une production de 1000 appareils sans ajouter de personnel ou devoir ajouter un quart de travail.

Contrairement à ce qui se vit au Québec, dans les entreprises, le café n'est pas vendu, mais offert gratuitement. Lorsqu'une machine est en panne, l'employé sortira trois ou quatre fois pour acheter un café au dépanneur ou au restaurant du coin. C'est vu comme une perte de temps pour l'entreprise. 

Cafection mise donc sur une approche marketing avec la qualité de ses produits, un café frais moulu qui a du goût, et toujours le même goût selon les exigences des clients. M. Baron insiste aussi sur le côté écologique des cafetières à infusion, car les restes des moutures du café sont compostables, comme les filtres. 

C'est plus écologique que les petits contenants individuels contenant une dose de café moulu il y a plusieurs mois, et avec un meilleur goût, car la recette peut être ajustée en fonction du nombre d'onces du contenant avec une quantité toujours exacte pour produire une tasse de café parfaite, soutient-il. Selon les goûts, la mouture donnera entre 1,5 gramme et 1,9 gramme de café moulu pour chaque once d'eau.

Il fait d'ailleurs affaire avec les deux plus gros revendeurs de cafetières pour les pauses café au monde, soit Aramak et Compass. Plus 80 000 cafetières de Cafection sont en service aux États-Unis.

Profil d'entreprise

  • Nom de l'entreprise : Cafection
  • Année de fondation : 1996
  • Président et directeur général : François Baron
  • Secteurs d'activités : fabricant de cafetières à infusion
  • Zones d'activités : Canada, États-Unis
  • Chiffre d'affaires en 2013 : 24 millions $
  • Croissance annuelle : 20 %
  • Nombre d'employés : 82
  • Ville : Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer