48 heures à... Carleton-sur-Mer

Au bout de l'avenue du Phare, près du... (Le Soleil, François Bourque)

Agrandir

Au bout de l'avenue du Phare, près du camping municipal, le Parc de la Pointe Tracadigash.

Le Soleil, François Bourque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

48 heures à...

Voyage

48 heures à...

Notre chroniqueur François Bourque vous fait découvrir les quatre coins du Québec en 48 heures. »

(Carleton-sur-Mer) Se raconter des histoires

Se raconter des histoires... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Je ne m'étais jamais attardé à la Baie-des-Chaleurs. J'y étais passé quelques fois, dont une ou deux de noirceur, je crois, sans m'arrêter. J'avais, à tort, gardé le souvenir d'un paysage de moindre intérêt comparé aux reliefs spectaculaires du versant nord de la Gaspésie. Mea culpa.

J'étais passé à côté d'un pays agité de montagnes, de rivières et de mer. Une région où la démographie et l'économie résistent mieux qu'au nord. On peut trouver que le prix à payer est lourd pour le paysage et l'environnement quand on pense à la cimenterie de Port-Daniel à 100 km à l'est. Mais ça n'enlève rien au reste. Nous voici donc à Carleton-sur-Mer, aux portes du Nouveau-Brunswick. Assez que même les cellulaires nous donnent par moment l'heure avancée des Maritimes.

Un plat à saveur marocaine au Marin d'eau... (Le Soleil, François Bourque) - image 2.0

Agrandir

Un plat à saveur marocaine au Marin d'eau douce

Le Soleil, François Bourque

JOUR 1

20h: le Maroc en Amérique

Sur le chemin du Quai, une vieille maison adossée à l'eau avec vue sur les montagnes. Celle du forgeron de l'époque. Un grand lobby décoré d'oeuvres d'art, de couleurs chaudes et meublé de fauteuils qui donnent l'impression d'entrer à l'auberge plutôt qu'au restaurant. Mustapha Benhamidou, ancien chef exécutif du Manoir Richelieu, y tient depuis 1999 Le Marin d'eau douce.

Son menu fait voyager. Pétoncles sur lentilles safranées, merguez sur coulis de tomate, saumon salé-sucré à l'amérindienne, etc. Tarte aux pommes et mousse au chocolat. La bande sonore d'Amélie Poulain nous enveloppe pendant que les lumières s'allument dans la baie.

JOUR 2

  • 9h: entre maire et montagne
Petit déjeuner avec le maire Denis Henry à la Mie véritable, la boulangerie du centre-ville. Pains, pâtisseries et produits locaux. À l'étage, un café pour les paninis et un balcon pour la vue. Carleton a souffert elle aussi de la tempête de 2010, rappelle le maire. La route du camping municipal sur la langue de sable qui ferme le barachois a été inondée.

Ce camping, c'est la ville dans la ville. Jusqu'à 1000 visiteurs à la fois et l'interdiction de tout dépanneur sur le camping pour forcer l'achat en ville. Pas bête.

Le quai, «patrimoine de Carleton», sera à refaire, car les bateaux de sel ne peuvent presque plus venir. «On ne laissera jamais le quai se fermer», prévient le maire, qui trouve plus difficile d'être entendu depuis que Bonaventure (ex-comté de Nathalie Normandeau) n'est plus au pouvoir. Son conseil aux visiteurs: ne pas rater la montagne derrière.

  • 10h: à couper le souffle
Je savais bien que je ne pouvais échapper au mont Saint-Joseph, joyau touristique et fierté de Carleton. Un must.

En arrivant au pied de la pente, j'ai vu les nuages faucher le sommet de la montagne. J'ai poussé un soupir de soulagement. J'avais un prétexte pour rebrousser chemin. Avec la brume, on ne verrait rien du spectacle annoncé de la baie des Chaleurs, des montagnes voisines et de la plongée sur Carleton, son barachois et ses flèches de sable.

La vérité est que grimper les 550 mètres me donnait le vertige. J'en avais le souffle coupé juste à y penser. J'ai vu plus tard des photos et compris à quoi j'avais échappé.

Mais vous qui avez le coeur plus solide, vous allez apprécier. Au sommet, une chapelle-oratoire vous mènera plus près du ciel encore.

On projette d'y ajouter un nouveau pavillon d'accueil avec animation numérique.

Un pêcheur de bar rayé près du camping... (Le Soleil, François Bourque) - image 5.0

Agrandir

Un pêcheur de bar rayé près du camping de Carleton-sur-Mer

Le Soleil, François Bourque

  • 11h: seul maître à bar
Sa silhouette se découpait dans la grisaille de l'eau et du ciel. Il était là depuis le matin, seul sur la pointe de cailloux comme un capitaine à la proue de son bateau.

L'homme a travaillé dans la peinture industrielle, le débosselage et à la SAQ avant d'être forcé à la retraite par le parkinson, ce qui ne l'empêche pas de lancer sa ligne avec autorité.

Il a installé sa roulotte pour l'été au camping de Carleton, bien qu'il habite Maria, le village voisin.

Il m'a expliqué l'abc de la pêche au bar rayé. Repérer d'abord le cormoran et remarquer où il plonge. C'est là qu'il faut lancer la ligne. S'il y a des petits poissons, il y a des chances que le bar y soit aussi.

Le parc de la Pointe-Taylor... (Le Soleil, François Bourque) - image 6.0

Agrandir

Le parc de la Pointe-Taylor

Le Soleil, François Bourque

  • 12h30: silence, on tourne
À l'ombre de la grande rivière à saumons Cascapédia, la Petite Cascapédia se jette en un complexe delta dans l'anse de New Richmond, à 30 km de Carleton.

On y trouve le parc de la Pointe-Taylor avec des sentiers de marche et de patins à roulettes, des jeux d'enfants, une piste d'hébertisme, des services et une aire de pique-nique. On y pêche et y loue des canots ou des kayaks. Mais ce qui m'a conquis, c'est le silence d'un paysage désolé avec des plages de sable jonchées de souches délavées et envahies par les herbes hautes. C'est la vue sur le clocher de l'église et les montagnes embuées.

Un bâtiment du Village Gaspésien de l'héritage britannique... (Le Soleil, François Bourque) - image 7.0

Agrandir

Un bâtiment du Village Gaspésien de l'héritage britannique

Le Soleil, François Bourque

  • 13h30: God save the Queen
L'homme avait profité de la nuit de ce 9 novembre 1941 pour gagner la plage depuis le sous-marin U -518. L'espion nazi devait ensuite prendre le train à New Carlisle pour Montréal en se faisant passer pour un vendeur de radios.

Un préposé d'hôtel s'est méfié et a dénoncé Werner von Janowski, qui fut intercepté dans le train à Bonaventure. Le sous-marin allemand n'a jamais été retrouvé, mais son espion est devenu agent double pour la GRC.

L'histoire et beaucoup d'autres mettant en scène des héros de guerre locaux sont racontées au Musée militaire Baie-des-Chaleur, à New Richmond.

Juste à côté, le Village gaspésien de l'héritage britannique, reconstitué à partir de vieilles maisons données par des familles loyalistes. Un antiquaire et une tisserande y tiennent boutique cet été.

  • 14h30: les déserteurs
En entrant au resto-bistro Le Bout D'Ligne de Maria, ces mots à la craie sur un tableau noir: «Le bistro des mangeux de morue». On aurait pu écrire aussi «fruits de mer», «bouillabaisse», etc.

Décor maritime, nappes à carreaux, larges fenêtres côté mer. Un drapeau acadien dans un coin, celui du Canada dans l'autre, puis celui du Québec. N'y manquait que le drapeau britannique. L'honneur du royaume fut sauvé par un fish and chips parmi les meilleurs que j'aie mangés, emballé dans du papier journal, preuve que les tablettes numériques ne sont pas la réponse à tout.

À la table près de l'entrée, des hommes étirent leur café pendant que le haut-parleur joue Le déserteur de Boris Vian.

  • 16h: «Lieu où se tiennent les artistes»   
La pluie nous pousse au Quai des arts, centre culturel de Carleton-sur-Mer (expositions, spectacles, etc.), puis quelques pas plus loin, à la boutique Le Serpent à Plumes, impossible à manquer avec ses murs tout bleus (jouets, art, ustensiles de cuisine, épices, vêtements).

Entre les deux, l'église Saint-Joseph, plus ancienne paroisse catholique de la Gaspésie, née de la déportation des Acadiens par la Couronne britannique en 1755. Chassés de leurs terres (Île-du-Prince-Édouard, Nouveau-Brunswick), les apatrides s'installent alors à Tracadièche, mot micmac signifiant «lieu où se tiennent les hérons». On lui donnera plus tard le nom de Carleton.

  • 18h30: piégé par les naufrageurs
La légende veut que les pirates de la baie des Chaleurs attiraient les navires sur les récifs avec une fausse signalisation pour piller ceux qui s'y échouaient. L'idée est restée.

À l'heure du 5 à 7, la place est pleine de visiteurs et de locaux venus s'échouer à la microbrasserie Le Naufrageur. Le temps est gris, mais la porte de garage est grande ouverte.

La table de babyfoot ne dérougit pas, et les plateaux de dégustation tournent sur les tables. On goûte du nord vers l'ouest, de la blanche à la brune forte.

Les bières portent des noms de navires échoués. On s'amuse à les noter pour choisir laquelle on recommandera. Si on préfère boire plus léger, le kombucha pomme-gingembre est excellent.

Au menu, de délicieux croûtons de hareng mariné, des produits bios locaux, des fruits de mer, etc. On finit par s'attarder beaucoup plus longtemps qu'on l'avait d'abord prévu.

  • 20h: histoires à ne pas dormir debout
«On a rasé se mouiller le fond de culotte sur les bûches», s'excuse le conteur, contraint de déplacer à l'intérieur le spectacle qu'il donne habituellement sur la grève du camping près du phare, autour d'un feu et d'un fanal.

Jeune homme d'affaires de Québec, Patrick Dubois rêvait d'être millionnaire à 30 ans, jusqu'à ce qu'il bifurque vers la simplicité volontaire.

Il est débarqué dans la Baie-des-Chaleurs en 2012. Y a appris à chasser, à pêcher, à cultiver les tomates et à raconter des histoires. Cinq soirs par semaine, il distribue les guimauves et vous entraîne pour un petit 5 $ dans ses histoires de Gaspésie et d'ancien temps. Ses récits sont chargés d'humour, de poésie, de tendresse et de délicieuses allusions à l'actualité.

Souper en sortant au restaurant Le Héron, ouvert jusque tard en soirée, ce qui est souvent rare dans les petites localités. Cuisine familiale et locale sans prétention. L'établissement a plus de 50 ans, ce qui en fait une institution.

JOUR 3

  • 9h15: aux objets perdus  
S'enfermer dans un musée de fossiles peut sembler rébarbatif pour un matin de vacances. Laissez-vous surprendre par celui du Parc national de Miguasha, reconnu site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

On y voyage dans une époque d'avant les dinosaures, le Dévonien, période où des poissons sont devenus vertébrés. Les guides ajustent la durée de leur présentation au temps dont on dispose.

Nouvelle vedette du musée, «le roi Elpi» est un spécimen unique par sa taille et sa qualité de conservation. Il a traîné aux objets perdus pendant 380 millions d'années, coincé dans la pierre, avant d'être mis au jour.

Un premier fragment avait été découvert en 1937 sans qu'on en mesure d'abord l'importance. D'autres morceaux ont été dégagés en 2010 jusqu'à ce que le puzzle de l'Elpistostege watsoni soit reconstitué, puis salué par la communauté scientifique.

Si on n'est pas pressé, il vaut la peine, pour les points de vue, de faire le tour de la pointe de Miguasha avant d'entrer au parc ou d'en sortir.

  • 11h: quand la vie se fait passer un savon
Gestionnaire d'entreprise à Vaudreuil, près de Montréal, Danielle Vallée en a eu un jour assez de sa vie d'essoufflée. Avec son mari et ses deux filles, elle a acheté une petite ferme de chèvres alpines à Escuminac, à une trentaine de kilomètres de Carleton-sur-Mer.

Après un an et demi à chercher en vain un emploi, elle a décidé de le créer. Ainsi est née La Savonnerie du Village, fabrique artisanale de savon au lait de chèvre.

Son conjoint, Serge Bourdage, l'a soutenue en lui créant des outils improbables, transformant par exemple des gouttières en moules. La fabrique s'est depuis enrichie d'un économusée où l'artisane raconte avec passion sa trajectoire de vie et sa recette de savon, depuis la première traite des chèvres jusqu'à la mise en marché dans Internet.

Carte de visite

  • Population: 4000
  • Coucher: Manoir Belle Plage. Toutes les commodités d'un hôtel moderne avec, en prime, la vue sur l'eau
  • J'aurais aimé voir ou revoir: l'observatoire du mont Saint-Joseph et les sentiers de montagne derrière; baignade à la plage; sortie en canot sur la Bonaventure
  • Mon coup de coeur: le conteur de la plage du camping municipal

À venir

  • Rivière-du-Loup: 13 août

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer