48 heures à... Gaspé

En croisière dans la baie de Gaspé... (Collaboration spéciale, François Bourque)

Agrandir

En croisière dans la baie de Gaspé

Collaboration spéciale, François Bourque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

48 heures à...

Voyage

48 heures à...

Notre chroniqueur François Bourque vous fait découvrir les quatre coins du Québec en 48 heures. »

(Gaspé) Terre de nos aïeux

La route est longue, mais le plaisir est tout autant dans la route que dans la destination. À partir de Sainte-Félicité, peu après Matane, le relief se cambre et il me semble que c'est là que commence la Gaspésie, mais c'est une grande question existentielle à laquelle ma réponse vaut celle des autres.

Comme on n'est pas pressé, on prend le temps de sortir de la route principale (132) pour traverser les villages, Les Méchins, Sainte-Anne-des-Monts, Mont Saint-Louis où on arrête chez Atkins ramasser des poissons fumés qu'on mangera plus loin dans une halte routière où on respire la mer. On s'arrête pour une glace à la crèmerie de Grande Vallée à côté du ruisseau qui se jette à la mer.

Centre de services, Gaspé n'a pas la réputation d'être une jolie ville ni d'être très animée. On y passe souvent sans arrêter en sortant du parc Forillon, pressés de rejoindre la carte postale suivante, Percé. Mauvais calcul. Il faut s'arrêter aussi à Gaspé.

Terre de nos aïeux (Infographie Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

JOUR 1

  • 11h30: À la recherche du phare perdu (1)
On quitte la 132 pour suivre une route de terre de 4 km jusqu'au phare de pointe à la Renommée et l'ancienne station de télégraphie Marconi. Ce phare s'est égaré pendant 20 ans dans le port de Québec, près du quai de la traverse, avant d'être rapatrié en Gaspésie en 1997.

Marconi s'y était installée en 1904 parce qu'il n'y avait pas d'interférences. La station fut ensuite réquisitionnée pendant les deux guerres et fut démantelée en 1957. On visite la station et les bâtiments du phare, reconstruits à l'identique. Du haut du phare juché sur la falaise, la vue en plongée est vertigineuse. Des équipements d'époque ont été récupérés par le musée, mais on aimerait en voir davantage. La visite guidée gagnerait à être mieux structurée.

Le phare de pointe à la Renommée... (Collaboration spéciale, François Bourque) - image 3.0

Agrandir

Le phare de pointe à la Renommée

Collaboration spéciale, François Bourque

  • 17h: À la merci de la mer (2)
Lorsque la grande marée de l'hiver dernier a poussé les eaux de la mer jusque sur la route 132, par delà la digue de pierres, le Centre culturel de l'Anse à griffon s'en est tiré avec une vitre brisée, il a eu la frousse.

L'ancien entrepôt frigorifique de poisson (spectacles, réunions, expositions, boutique) avec café-resto est un morceau essentiel de la vie au village. 

Les citoyens ont fait une grande corvée pour nettoyer les dommages et un artiste en a tiré un joli tableau de cailloux et fragments de verre colorés exposé sur le comptoir d'accueil. 

De vieilles portes de bois rappellent l'usage ancien du bâtiment, aujourd'hui lieu de rencontre et fierté.

L'anse à Griffon... (Collaboration spéciale, François Bourque) - image 4.0

Agrandir

L'anse à Griffon

Collaboration spéciale, François Bourque

  • 20h: J'aurais voulu être un artiste (3)
Lieu de convergence de toutes les recommandations, de tous les guides et TripAdvisor, le Brise-bise, rue de la Reine, est fréquenté autant par les visiteurs que les locaux. Le café, resto et bar à spectacles est grouillant en ce soir de début d'été. Assez qu'on n'y prend pas de réservations le soir. Il faut être prêt à attendre sa place. Dommage que la terrasse donne sur un parking et le boulevard en bas plutôt que sur la baie.

Beau rapport qualité-prix: aiglefin avec explosion de légumes colorés; cocotte de fruits de mer, généreuse salade de crevette en entrée. J'ai résisté à la curiosité maison : la poutine aux crevettes! 

On étire le souper jusqu'au spectacle annoncé pour 22h, mais l'artiste se faisait toujours attendre une heure plus tard. 

Sur le trottoir, en face, ça jase à l'entrée du Bar la Voûte vers où descendent bruyamment de jeunes touristes anglophones venus du motel voisin. 

Un sax et une voix s'échappent par la porte ouverte de la salle de l'Hôtel des commandants. Une soirée-bénéfice pour la sauvegarde des trois rivières à saumon qui se jettent dans la baie de Gaspé. Des hommes sont sortis fumer dans les marches. Je m'arrête un instant avec eux. Ainsi vont les nuits de Gaspé.

JOUR 2

  • 10h45: Quand le glas sonne (4)
Les cloches de la cathédrale de Gaspé appellent à la messe de ce dimanche. Le prêtre s'avance dans l'allée pour accueillir chaque nouvel arrivant. Des jeunes, des plus âgés, des visiteurs peut-être. Assez pour remplir honorablement l'église.

Près de 50 ans après sa construction, le bâtiment reste une curiosité pour son audace architecturale. Une cathédrale toute en bois, ça ne s'était pas vu encore. Angles et formes épurées, vitraux non figuratifs, confessionnaux art moderne, rouges avec des hublots carrés.

L'ancienne cathédrale, incendiée en 1929, devait être reconstruite en 1934 pour les 400 ans de l'arrivée de Jacques Cartier, mais la crise y a coupé court. Le projet a abouti en 1969. 

Le bâtiment commence à montrer des signes de l'usure du temps.

La cathédrale de Gaspé... (Collaboration spéciale, François Bourque) - image 5.0

Agrandir

La cathédrale de Gaspé

Collaboration spéciale, François Bourque

  • 11h: Ô Canada, terre de nos aïeux (5)

L'appétit sauvage des années 70 pour la modernité avait dépouillé Gaspé de son vieux quartier et de son quai, démolis pour faire passer la route 132 menant à Forillon. La Pointe O'Hara vient d'être réaménagée et rebaptisée le «Berceau du Canada». 

Un vieux magasin général, une taverne, une boutique, etc. Le décor de théâtre ne dupera personne, mais l'objectif était aussi de redonner à Gaspé un espace public de rassemblement et un pôle d'ancrage pour le tourisme.

La croix de pierre rappelant «l'atterrissage» de Cartier y a été déménagée, même si le débat reste ouvert sur l'emplacement précis où le navigateur a touché terre. 

Depuis là, on suit la passerelle de bois de 1 km qui longe la baie à flanc de coteau vers le Musée, à l'abri des bruits de la route.

Le Berceau du Canada... (Collaboration spéciale, François Bourque) - image 6.0

Agrandir

Le Berceau du Canada

Collaboration spéciale, François Bourque

  • 12h: Salé, séché, boucané (6)  
Suspendu au plafond du hall d'entrée, le «plus gros chandail des Canadiens au monde» est en proportion de la passion locale pour le hockey. Et de sa déception de 2016 peut-être. 

L'expo Nos glorieux Gaspésiens est à l'affiche jusqu'à l'automne au Musée de la Gaspésie. Artefacts de chambre de joueur «salés», photos des héros de la LNH, souvenirs de pee-wee et de ligues de garage. 

La salle voisine nous amène dans les cuisines locales, entre galettes de morues, maquereaux, pâtés au saumon et autres poissons salés, séchés, boucanés. Aussi, voyage en Gaspésie inédite : robe de spectacle de la Bolduc, courtepointe géante créée par 58 cercles de fermières de la Gaspésie, etc.

  • 13h30: La Cantina argentina (7) 
Juan Sebastian Larobina a connu sa femme Mylène Cotton au Mexique et ne l'a plus laissée. Il est débarqué à Gaspé en gougounes en avril 1997, seul latino en ville et ne disant pas un mot de français autre que «oui», «merci» et «voulez-vous coucher avec moi ce soir?» s'amuse-t-il. 

Musicien, il joue dans les bars locaux. Manu Chao, Buena Vista social club, Gypsy King, la Bolduc en espagnol! Le succès d'un premier disque le mène à Montréal, où on le voit à la télé. 

Lorsque Gaspé a cherché un opérateur pour le casse-croûte de la Plage Haldimand, il a obtenu le contrat et est née la Cantina argentina-gaspésienne. 

Menu métissé de tacos, guedilles épicées aux crevettes et vrais espressos. Sous le soleil d'été et les 30 degrés de cette fin juin, on est transporté dans le Sud. 

Plage avec tous les services. Sable blanc, peu de vagues. L'eau grimpe parfois à plus de 20 degrés, mais la qualité de l'eau est à surveiller. 

La Cantina souhaite renouveler le contrat et ajouter un bar-terrasse pour les mojitos et des gardiennes pour l'aire de jeu des enfants. Je seconde.

La Cantina argentina... (Collaboration spéciale, François Bourque) - image 7.0

Agrandir

La Cantina argentina

Collaboration spéciale, François Bourque

  • 16h: Boom Defense (8)  
Des vestiges des installations militaires de la Deuxième Guerre mondiale sont encore visibles sur la plage de Boom Defense, une langue de sable qui s'avance jusque loin dans la baie de Gaspé. On y accède par la rue Alexander, sur la route menant à la Plage Haldimand. Le lieu a conservé un caractère sauvage. La plage apparaît toujours sur les listes des naturistes, bien que je n'y ai vu lors de mon passage que des sujets vêtus.

Des vestiges militaires à Boom Defense... (Collaboration spéciale, François Bourque) - image 8.0

Agrandir

Des vestiges militaires à Boom Defense

Collaboration spéciale, François Bourque

  • 17h: Bouche baie (9)    
Avant de s'embarquer pour la croisière du soir, nous roulons vers le fond de la baie jusqu'au pont de la rivière York. Le retour par le versant Sud donne de beaux points de vue sur la ville et les collines derrière. 

Simon Fortin et Mike Tapp (Croisières Gaspé sur mer) attendent leurs voyageurs sur le quai de la marina, derrière la gare intermodale où est allé mourir le train Chaleur de Via Rail. Simon est fils de pêcheur. Mike, homme à tout faire, plongeur, homme-araignée sur les éoliennes, marin sur des traversiers, musicien à ses heures.  

Ils racontent avec mille détails l'histoire de la baie et de la vie à Gaspé. Géographie, économie, politique, vie maritime, urbanisation. Un regard amoureux et sans complaisance. Nos guides savent également se taire, ce qui est précieux aussi. 

Envol de cormorans sur la pointe de Boom Defense; phoques se séchant sur les pierres de Penouille; soleil couchant sur la baie. On rentre alors que s'allument les lumières de la nuit.

On peut apporter à bord son rosé, sa bière ou son lunch. En saison, le capitaine offre des croisières soupers au homard. Bateau confortable. Le temps de relaxer. Un must.

JOUR 3 

  • 8h: Montrer ses défenses (10)
À deux pas de Penouille et du parc Forillon, on prend le petit-déjeuner au gîte Au meilleur des deux mondes. Délicieux et plein d'imagination. 

On est ici face à Boom Defense, de l'autre côté de la baie. Pendant la guerre, on tendait un filet métallique pour empêcher les sous-marins allemands de se rendre au port détruire les navires de ravitaillement destinés à l'Europe. 

Un canon, toujours visible sur la falaise entre les arbres, complétait le système de défense. 

À écouter le propriétaire Laurent Juneau (sa conjointe est Danielle Campeau), le danger pour Gaspé ne vient plus guère du large, mais de l'intérieur : du pétrole qu'on veut extraire en Gaspésie, du ciment polluant à Port Daniel, de l'abolition des Conférences régionales des Élus (CRE), etc.

  • 10h: le mécanicien du chou (11)  
Au sortir de Gaspé, un dernier arrêt à Douglastown. La ferme des Produits Tapp n'est pas ouverte aux visiteurs. J'avais cependant la curiosité de voir cette improbable entreprise de choucroute biologique qui exporte 90 % de sa production dans l'Ouest canadien, bien que son patron, Sylvain Tapp, dit ne pas parler anglais. 

Mécanicien de formation, sa passion fut toujours l'agriculture. Celle du chou s'accommode bien du climat de la Gaspésie, dit-il. Il le mélange à d'autres légumes et fait fermenter. Quand il a épuisé ses champs, il achète de producteurs voisins. L'entreprise emploie 10 personnes, dont son fils Julien. Pas mal pour une petite ferme perdue au bout d'un rang à 3 km du village. Gaspé ne finit pas de surprendre.

Sylvain Tapp... (Collaboration spéciale, François Bourque) - image 9.0

Agrandir

Sylvain Tapp

Collaboration spéciale, François Bourque

Carte de visite

Population

16 000

Coucher 

1. Auberge sous les arbres. Bien située sur la rue principale. On oublie vite les marches. Accueil, cachet et confort exceptionnels. La déco respecte l'esprit de la Maison Carter. Cour lumineuse avec meubles colorés. 

2. Gîte Le meilleur des deux mondes. Chambres chaleureuses à l'écart du centre-ville, près de l'entrée du parc Forillon. Accès à une plage. 

Aurait aimé voir ou revoir

  • Parc Forillon et 
  • excursion en kayak de mer
Mon coup de coeur 

  • Croisière dans la baie au soleil couchant

La série 48 heures à...

Percé 30 juillet

Carleton 6 août

Rivière-du-Loup  13 août

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer