• Le Soleil > 
  • Voyages 
  • > Le bien-être à bord: entre confort et rentabilité 

Le bien-être à bord: entre confort et rentabilité

Boeing 787. Airbus 330. Les avions se perfectionnent. Certains peuvent, en... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Boeing 787. Airbus 330. Les avions se perfectionnent. Certains peuvent, en partie, diminuer les désagréments liés au voyage grâce à un système d'éclairage, des hublots plus grands et un meilleur maintien de la pression. Mais le confort reste une option pour les compagnies aériennes qui veulent avant tout maximiser leurs opérations. Monter à bord d'un appareil moderne n'est pas nécessairement le gage d'un vol parfait.

Un peu à l'image des voitures, pour jouir du confort et des gadgets, il faut y mettre le prix, car tout n'est pas compris dans le prix de base. «Chaque transporteur va acheter un modèle qui sera conçu avec la même ingénierie, la même ligne, les mêmes courbes de performance. Mais pour la partie intérieure, il y a des options», explique Guillaume Blum, professeur adjoint à l'École de design de l'Université Laval.

Avec l'aide de designers spécialisés dans le domaine, les compagnies aériennes choisiront le nombre de sièges. Le calcul est simple: moins il y a de places assises, plus il y a de l'espace pour les passagers. Ce scénario est rarement choisi par les compagnies qui veulent voler avec le plus grand nombre de voyageurs possible. «Il y a une espèce de conflit entre le confort et la rentabilité de l'appareil», souligne M. Blum. Il en va de même pour les matériaux utilisés pour concevoir le mobilier.

Chaque entreprise fait ses choix. Par exemple, l'Airbus 330 d'Air Transat n'offre pas nécessairement la même expérience que sur les ailes d'autres transporteurs qui possèdent le même avion. Transat a en effet rénové sa flotte d'Airbus A330 en 2012 pour maximiser le confort de ses passagers sur ses vols longs-courriers.

Décalage horaire

Et lorsqu'elles décident de mettre le paquet sur de nouveaux appareils, les compagnies aériennes n'hésitent pas à affirmer que ceux-ci possèdent tous les atouts nécessaires pour vaincre le décalage horaire. Mais ces avions, aussi modernes soient-ils avec leur hublot de plus grande dimension et leur éclairage modulable, parviennent-ils vraiment à contrer les désagréments du voyage et à aider les passagers à se sentir frais et dispos une fois rendus à destination? Guillaume Blum émet quelques réserves.

S'il admet que toutes ces technologies ne peuvent évidemment pas nuire, le professeur rappelle toutefois que c'est plutôt la préparation avant le vol qui aide l'organisme (repos, repas légers...). Michel Archambault, professeur émérite en tourisme, fondateur de la Chaire de tourisme Transat de l'ESG UQAM, partage cet avis. «Le décalage, c'est une gestion que tu dois faire personnellement en lien avec tes besoins physiologiques, dit-il. Le confort de l'avion va t'aider à mieux gérer ça, mais ce n'est pas le facteur numéro 1.»

En dehors de la pressurisation et de tous ces concepts qui peuvent apparaître bien techniques, Guillaume Blum insiste sur un point bien important à ses yeux: les écrans. «Dans les plus vieux appareils, on retrouve quelques écrans sur lesquels on diffuse un film grand public qui ne plaît à personne. [Maintenant, on retrouve] un service de divertissement personnalisé, situé sur le siège, qui occupe l'esprit pour ne pas penser au fait qu'on a mal au dos pendant le vol.»

Confort en vol

Avis aux passagers qui souhaitent maximiser leur confort: certaines compagnies aériennes qui font des liaisons entre Montréal et plusieurs régions du monde ont rénové leur flotte ou ont fait l'acquisition de nouveaux appareils. En voici trois que les transporteurs estiment parmi les plus confortables.

Boeing 787 (Dreamliner) : Air France et Air Canada

La réputation de cet appareil n'est plus à faire. Des trois avions, c'est le plus récent. Ses hublots, qui sont 30 % plus grands que le modèle standard, et ses gradateurs électroniques, qui permettent aux passagers de régler leur exposition à la lumière, sont considérés comme de véritables révolutions. En classe économique, le confort des sièges, un plus grand espace pour les voyageurs et une connexion internet en vol comptent également parmi ses atouts. Dans le cas d'Air Canada, la classe affaires internationale comprend 20 loges munies de fauteuils-lits complètement inclinables. Chaque passager bénéficie évidemment d'un système de divertissement individuel «à la fine pointe de la technologie».

Verdict d'un expert-voyageur : «Ce sont des avions qui te mettent dans des dispositions physiques et physiologiques supérieures, affirme Michel Archambault, professeur émérite en tourisme, fondateur de la Chaire de tourisme Transat de l'ESG UQAM. Le niveau de bruit est assez bas, et l'appareil consomme beaucoup moins de carburant [que les autres].»

Pour monter à bord : liaisons aériennes à partir de Montréal avec ces deux transporteurs : Montréal-Paris (Air France à partir du 1er mai) et Montréal-Shanghai (Air Canada)

Airbus A330 : Air Transat

Le Airbus A330... (La Presse, Édouard Plante-Fréchette) - image 4.0

Agrandir

Le Airbus A330

La Presse, Édouard Plante-Fréchette

Les voyageurs habitués de s'envoler pour l'Europe connaissent très certainement cet appareil, puisque le transporteur l'utilise surtout pour ses liaisons vers Londres, Paris, Barcelone et Rome. Transat a en effet rénové sa flotte d'Airbus A330 en 2012 pour maximiser le confort de ses passagers sur ses vols longs-courriers. «Ces appareils offrent un éclairage modulable qui aide à réduire les effets du décalage horaire, explique Debbie Cabana, porte-parole du transporteur. Il te porte au sommeil et te réveille graduellement.» Elle vante également les mérites des nouveaux sièges, plus larges, recouverts d'un cuir de qualité et d'un appui-tête modulable.

Verdict d'un expert-voyageur : «C'est un bon modèle, affirme d'emblée Guillaume Blum, professeur adjoint à l'École de design de l'Université Laval. Airbus a fait du bon travail. Souvent, les transporteurs vont travailler avec des designers pour aménager l'intérieur. Malheureusement, ils sont pris avec la volonté des compagnies aériennes de réduire les coûts.» Pour y arriver, on ajoute un maximum de sièges pour un minimum d'espace.

Pour monter à bord: liaisons aériennes à partir de Montréal sur les ailes d'Air Transat : Montréal-Paris, Montréal-Rome, Montréal-Londres et Montréal-Barcelone

Boeing 777-300ER : Air Canada

Le Boeing B7777... (La Presse, Édouard Plante-Fréchette) - image 6.0

Agrandir

Le Boeing B7777

La Presse, Édouard Plante-Fréchette

L'appareil offre une configuration de cabine (espace et confort) qui s'apparente au Boeing 787. La classe affaires internationale bénéficie elle aussi d'un sofa-lit entièrement inclinable. À bord de ces avions, les voyageurs peuvent également naviguer sur l'internet. Le transporteur canadien dispose de 19 de ces appareils.

Verdict d'un voyageur-expert : «L'espace est intéressant, il y a beaucoup de place pour les bagages à main, mais en ce qui concerne l'insonorisation, ça mériterait d'être amélioré», estime Michel Archambault, professeur émérite en tourisme, fondateur de la Chaire de tourisme Transat de l'ESG UQAM. Il se rappelle également avoir apprécié la disposition des sièges en classe affaires. Dans l'appareil à bord duquel il volait, ceux-ci étaient placés un par un en une seule rangée.

Pour monter à bord : liaisons aériennes sur les ailes d'Air Canada : Montréal-Paris

***

L'espace en avion

Jambes lourdes, muscles endoloris, sommeil peu réparateur. Voilà les principaux symptômes ressentis en avion. Évidemment, le confort des sièges permet parfois de réduire ces désagréments. Pour savoir à quoi vous attendre au cours de votre prochain vol entre Montréal et Paris, nous avons dressé un tableau de l'espace disponible à bord des appareils d'Air Transat, d'Air Canada et d'Air France.

Air Transat A330 (classe économique)

  • Inclinaison du siège : 6 pouces (15 cm)
  • Largeur des sièges : 21 pouces (53 cm)
  • Présence d'écran de télé pour chaque siège : oui (écrans de 9 pouces ou 22 cm)
  • Espace entre les rangées : 32-33 pouces (81 cm-83 cm)
Air Canada Boeing 777 (classe économique)

  • Inclinaison du siège : 6 pouces (15 cm)
  • Largeur des sièges : 17 pouces (43 cm)
  • Présence d'écran de télé pour chaque siège : oui (écrans de 9 pouces ou 22 cm)
  • Espace entre les rangées : 31 pouces (79 cm)
Air France Boeing 787 

  • Degré d'inclinaison du siège : 6 pouces (15,2 cm)
  • Largeur des sièges : 17 pouces (43,2 cm)
  • Présence d'écran de télé pour chaque siège : oui (11 pouces ou 27 cm)
  • Espace entre les rangées : information non fournie    




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer