Un peu de Québec à Ottawa

En cette année de 150e du Canada, après... (Marc Müller)

Agrandir

En cette année de 150e du Canada, après neuf ans de lobbying, Ottawa a enfin réussi à «chiper» l'épreuve du Red Bull Crashed Ice à la capitale québécoise.

Marc Müller

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Pour préparer la programmation des festivités du 150e anniversaire du Canada à Ottawa, le directeur général Guy Laflamme avoue avoir puisé une grande part de son inspiration dans le succès des festivités du 400e anniversaire de Québec en 2008.

«Comme ancien vice-président de la Commission de la capitale nationale à Ottawa, nous avions fait beaucoup de choses en appui au 400e de Québec. C'est là que je me suis lié d'amitié avec Daniel Gélinas, qui en était le directeur général. J'ai reçu beaucoup de conseils de Daniel et de Luci Tremblay également et je voulais bâtir sur les leçons apprises du 400e», a expliqué M. Laflamme en entrevue au Soleil.

«Ottawa veut s'éloigner de l'image de ville traditionnelle, de ville de bureaucrates, de ville «beige», une mission que Québec a réussi à accomplir avec le 400e. Nous avons décidé nous aussi de miser sur l'audace artistique et des événements grandioses pour attirer les résidents et les touristes avec un accent sur les jeunes et les nouveaux Canadiens», poursuit-il.

Le hockey, bien sûr!

Au Canada, qui dit festivités ne peut presque pas mettre de côté le hockey. Les Mondiaux de hockey avaient ainsi pimenté le 400e anniversaire de Québec en 2008 et Ottawa a aussi bien l'intention de miser gros sur notre sport national.

À l'occasion du 150e du Canada, Guy Laflamme a voulu rappeler qu'Ottawa était la ville ayant présenté le tout premier match de la Ligue nationale de hockey en 1917, un duel entre les Canadiens de Montréal et les Sénateurs.

«À la mi-mars, nous célébrerons donc la Coupe Stanley pendant quatre jours en présence, entre autres, de la toute première Coupe Stanley. Il y aura également un grand concert à la place Canadian Tire qui célébrera aussi le hockey, sous la direction de Pierre Boileau, qui avait été directeur artistique du spectacle du 3 juillet durant le 400e de Québec», explique le directeur général.

Mais Ottawa vise plus grand encore puisqu'elle attend de la grande visite le 17 mars : le commissaire de la LNH, Gary Bettman, qui assistera au déjeuner du maire. «On souhaite ardemment qu'il donne une réponse positive à notre demande de tenir la Classique annuelle, un match extérieur toujours très couru, dans le parc Lansdowne», souligne M. Laflamme.

Le site serait tout indiqué, d'autant plus qu'il est situé à deux pas du pavillon Aberdeen, le plus vieil amphithéâtre encore existant où ont été disputés des matchs de la finale de la Coupe Stanley.

Crashed Ice délirant

S'il y a une épreuve sportive qui est étroitement associée à Québec, c'est bien la compétition de patinage extrême Red Bull Crashed Ice qui y a eu lieu dix fois au cours des onze dernières années. En cette année de 150e du Canada, Ottawa a toutefois réussi à «chiper» l'épreuve à la capitale québécoise.

«Honnêtement, ça faisait neuf ans que je faisais du lobbying pour amener le Crashed Ice à Ottawa. Que les gens de Québec me pardonnent de leur avoir volé cette année!» lance Guy Laflamme au sujet de la compétition dont la seule épreuve canadienne aura lieu à Ottawa les 3 et 4 mars.

«J'ai réussi à convaincre les gens de Red Bull quand je les ai amenés dans les écluses», ajoute-t-il en signalant que le tout nouveau parcours sera «complètement délirant» avec son départ au Château Laurier, sa descente de la rue Wellington et son passage dans les écluses pour une grande finale impressionnante près de la rivière Outaouais.

La Machine pour le facteur «Wow!»

Si Québec avait fait bonne impression en présentant un spectacle gratuit de Paul McCartney pour son 400e, Ottawa a misé sur l'impressionnante compagnie de théâtre de rue française La Machine pour faire la même chose lors de ses festivités pour le 150e anniversaire du Canada.

Guy Laflamme n'est pas peu fier d'avoir réussi à convaincre la compagnie de Nantes de se déplacer à Ottawa avec ses animaux fantastiques, araignées, éléphants géants à la mi-juillet pour prendre possession des rues de la capitale avec son premier spectacle en Amérique en 18 ans.

«Durant quatre jours, les machines seront partout dans les rues, entre le Musée de la guerre et le Marché By. Comme notre unique ville soeur est Beijing, nous avons même convaincu le philanthrope chinois qui possède l'impressionnant dragon géant conçu par La Machine de laisser la compagnie l'amener à Ottawa pour l'occasion», fait remarquer M. Laflamme, assuré de l'attrait que suscitera le passage de la troupe de François Delarozière.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer