Lyon en quelques jours

La passerelle piétonnière Saint-Vincent  permet de traverser  la... (AFP, Jeff Pachoud)

Agrandir

La passerelle piétonnière Saint-Vincent  permet de traverser  la Saône d'une rive à l'autre.

AFP, Jeff Pachoud

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Lyon est une ville de quartiers, qui méritent d'être explorés un a un. Pour découvrir cette ville qui mérite un séjour de quelques jours, nous vous proposons une balade dans trois de ses quartiers.

L'année dernière, Lyon a été nommée meilleure ville européenne pour passer un week-end de vacances par les World Travel Awards. Devant Barcelone ou Copenhague.

«C'est une ville qui favorise le tourisme court. Quelques jours, un week-end prolongé», dit Patrick Mathon, qui conseille de découvrir la ville à pied pour traverser «les entre-deux», d'un quartier à l'autre. L'homme prêche pour sa paroisse : il est fondateur du Lyon City Treck, qui propose des excursions urbaines. «C'est une ville qui a des quartiers très différents, poursuit-il. En quelques jours, on peut faire une balade, aller au musée, aller voir un spectacle et, bien sûr, il y a son côté gastronomique.»

L'année dernière, Lyon a accueilli 6 millions de touristes. Les 3 millions qui s'y sont rendus pour la Fête des lumières, au début du mois de décembre, ne sont pas compris dans cette statistique, puisqu'il s'agit largement de tourisme régional. Aussi magique soit l'événement, si vous n'aimez pas les bains de foule, planifiez votre escapade lyonnaise à n'importe quel autre moment de l'année. Nous y étions à la fin du mois de novembre, mois gris de température et creux du tourisme, mais la ville était superbe, lumineuse. Car la Fête des lumières laisse des legs à l'année. Les plans d'éclairage des édifices mettent en scène l'architecture Renaissance d'une manière si magistrale qu'on ne sait plus où regarder.

1) La Presqu'île

Les rues qui donnent vie à la Presqu'île de Lyon sont le portrait tout craché de la belle France des films : il y a des cafés, des restos, de la vie partout; une succession de places publiques splendides. Idéal pour une première étape à la découverte de la ville.

Des Jacobins, Terreaux, Bellecour, de la République... les places parsèment la ville, offrant autant d'occasions de faire une pause sous le soleil. On pourrait visiter la Presqu'île en ne passant que de l'une à l'autre, à condition de ne pas se perdre dans les détours et passages couverts, où se cachent des adresses presque secrètes et des pâtisseries qui retiennent les gourmands.

Bellecour d'abord, qui a eu droit à une cure de jouvence il y a quatre ans. C'est la plus grande place publique de Lyon. Henri IV en a fait une place publique, au début du XVIIe siècle, après qu'elle a connu de multiples usages, parfois botaniques. Elle est immense, tant et si bien qu'on la traverse plus qu'on s'y attarde. À la fin de l'année, à temps pour la Fête des Lumières et la période de Noël, on y installe une grande roue, avec des soucoupes ouvertes qui se balancent si vous bougez trop. C'est certainement quétaine et incroyablement touristique, mais offrez-vous un tour de manège. Hormis le fait que c'est absolument romantique, la vue du haut sur la Presqu'île - et sur tout Lyon - est à couper le souffle.

Bon à savoir : on retrouve aussi sur la place Bellecour le bureau de l'Office de tourisme de Lyon, où l'on peut notamment se procurer des cartes qui donnent des rabais pour les transports en commun et les musées.

La magnifique cathédrale Saint-Jean et son architecture gothique... (La Presse, Stéphanie Bérubé) - image 3.0

Agrandir

La magnifique cathédrale Saint-Jean et son architecture gothique

La Presse, Stéphanie Bérubé

La rue Auguste-Comte 

Les rues de la Presqu'île sont remplies de boutiques : les grands noms de la mode internationale et française y sont tous. Dans ce labyrinthe marchand, la rue Auguste-Comte se démarque. On y trouve quelques antiquaires, des galeries, des boutiques de design indépendantes et des «concept stores» qui regroupent sous le même toit des cuillères de cuisine, des jolis bijoux et de la poterie locale. Dans cette catégorie, deux belles adresses à visiter. D'abord, Auguste et Cocotte (16, rue Auguste-Comte), ouvert par une mère et sa fille, où les objets de déco et quelques vêtements ont été choisis avec soin. À voir : la belle céramique blanche de l'artiste française Justine Lacoste. Tout près, la boutique du célèbre designer de souliers de toile Serge Bensimon propose aussi quelques pièces de mobilier, des vêtements et d'autres objets essentiels au bonheur. Et on retrouve aussi dans son Home autour du monde (8, rue Auguste-Comte) quelques espadrilles, évidemment!

Pousser vers le nord 

En balade à la Presqu'île, il ne faut pas s'en tenir au 2e arrondissement, même si on pourrait facilement y passer la journée, surtout si l'activité shopping est au coeur de votre escapade. Plus au nord, dans le 1er arrondissement, se trouvent la place des Terreaux et sa grande fontaine baroque. Elle est bordée de prestigieux bâtiments, dont l'hôtel de ville et le Musée des beaux-arts de Lyon, installé dans une ancienne abbaye. Calculez plusieurs heures pour une visite de ce musée, car on s'attarde facilement dans les collections d'art égyptien ou les galeries qui présentent les peintres français du XXe siècle. Vous n'avez pas ce temps? Faites tout de même le détour par la jolie cour intérieure où vous pouvez flâner un peu, à l'ombre d'une sculpture de Rodin, ou casser la croûte sur la terrasse, l'été.

2) Le Vieux Lyon

S'il y a un moment privilégié pour se balader dans le Vieux Lyon, sur la rive ouest de la Saône, c'est à la fin de la journée. Les touristes qui ont visité le jour s'en vont, ceux qui viennent y souper ne sont pas encore arrivés, mais surtout, le crépuscule apporte sa lumière unique sur les édifices de la Renaissance.

Les amateurs d'histoire seront comblés avec les édifices fabuleux de la rue Saint-Jean. Le Vieux Lyon est un des lieux Renaissance les plus importants d'Europe. En 1998, le quartier a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, avec Fourvière, Croix-Rousse et la Presqu'île. Faites une pause contemplative devant la magnifique cathédrale Saint-Jean et son architecture gothique. Époustouflant.

Le Vieux Lyon est traversé de part en part par des traboules, des passages presque secrets qui permettent de passer d'une rue à l'autre. Il y en aurait 250 à Lyon, dans le Vieux Lyon ainsi que dans le quartier Croix-Rousse. La majorité d'entre elles ne sont pas publiques, car elles débouchent dans des cours privées, mais une quarantaine de ces passages étroits peuvent être empruntés par tout le monde.

Les amateurs d'histoire seront comblés avec les édifices... (La Presse, Stéphanie Bérubé) - image 5.0

Agrandir

Les amateurs d'histoire seront comblés avec les édifices fabuleux de la rue Saint-Jean, dans le Vieux Lyon.

La Presse, Stéphanie Bérubé

«Il faut monter au sommet de la colline Fourvière, conseille François Gaillard, directeur général d'Only Lyon, organisme de promotion de la destination. C'est là, il y a 2220 ans, que les Romains ont installé la ville, et on comprend exactement comment la ville s'est développée du panorama. «Lyon est une ville très ancienne, poursuit-il, mais très contemporaine. Il y a 2000 ans de développement architectural homogène. On peut lire Lyon dans toutes les étapes de son développement jusqu'à Confluence. C'est une ville qui ne renie pas son histoire et qui regarde son avenir.»

Au sommet de la colline, se trouve la basilique Notre-Dame de Fourvière, qui domine la ville. On peut se rendre à la basilique de Fourvière à partir du Vieux Lyon : 260 marches mènent tout droit à ce magnifique panorama de la ville. Mais si vous vous sentez paresseux, sachez qu'un funiculaire relie l'église à la station de métro Vieux Lyon...

Un conseil

En balade dans le Vieux Lyon, il faut absolument aller au-delà du quartier Saint-Jean, selon Patrick Mathon, de Lyon City Trek. «Peut-être que les rivières et les collines sont les monuments les plus remarquables de Lyon, et on ne les perçoit pas depuis la rue Saint-Jean!»

Son conseil : multiplier les points de vue et les angles pour voir la ville d'en haut et d'en bas! «Il faut traverser les rivières pour apprécier l'espace qu'elles offrent sur les berges et les panoramas sur les collines, vus d'en bas», dit-il. En haut, il recommande fortement une visite au jardin de Montréal, offert par la Ville de Montréal, que l'on appelle aussi le jardin des curiosités. Il offre la plus belle vue de Lyon, assure-t-il.

3) Croix-Rousse

Si vous envisagez un séjour à Lyon, vous avez certainement déjà entendu parler de Croix-Rousse, ancien quartier ouvrier en plein embourgeoisement. Et c'est peut-être la destination qui se trouve au bas de votre liste, s'il vous reste du temps... La belle erreur!

Ce quartier fascinant débute en fait réellement avec «les pentes de la Croix-Rousse», et si vous êtes en forme, il ne faut pas les négliger. C'est là que commence la visite, dans ces rues qui montent et qui sont en pleine transformation. On y trouve ici un studio graphique, là un atelier de design, une boutique de vêtements signés par des créateurs locaux, ainsi que quelques enseignes qui sont là depuis bien plus longtemps. Une boucherie, un dépanneur et quelques façades en quête de sauveurs. Le quartier n'oubliera pas, on le souhaite, son histoire.

«Il faut que Croix-Rousse garde son identité. C'est un quartier frondeur, côté politique. Beaucoup de gens sont engagés dans la défense des droits populaires», explique Yves Le Pape, animateur d'un conseil de quartier des pentes de la Croix-Rousse. M. Le Pape s'est installé dans les pentes il y a quelques années et se qualifie lui-même de «bobo». Un parmi ceux qui choisissent désormais ce coin de la ville pour vivre à Lyon. «Il faut éviter de perdre la diversité du quartier, dit-il. Pour l'instant, c'est encore un quartier très divers. En âges, en métiers et du point de vue social. C'est un quartier très vivant.»

En haut des pentes, c'est le «plateau», à 254 mètres. L'ascension aura valu la peine, car on se trouve devant un tout autre Lyon, qui fait presque office de village. C'est le 4arrondissement. Un marché public s'y tient tous les jours, boulevard de la Croix-Rousse, et est en pleine ébullition les week-ends.

Maison des Canuts

C'est là que se trouve également la Maison des Canuts. Car Croix-Rousse, c'est les Canuts, ces travailleurs de la soie qui s'y sont installés au XIXe siècle. En 1850, on y trouvait 40 000 métiers à tisser. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si plusieurs des studios à louer pour les touristes se trouvent dans le quartier. Ce sont d'anciens ateliers de Canuts, ce qui explique les hauts plafonds, essentiels pour faire la place aux métiers à tisser. À l'époque, le Canut y vivait avec sa famille et ses apprentis.

Croix-Rousse, c'est le lieu des Canuts, ces travailleurs... (La Presse, Stéphanie Bérubé) - image 8.0

Agrandir

Croix-Rousse, c'est le lieu des Canuts, ces travailleurs de la soie qui s'y sont installés au XIXe siècle.

La Presse, Stéphanie Bérubé

La Maison des Canuts est toute petite. Pensez «économusée de la soie», avec beaucoup d'informations écrites sur le ver à soie, la production lyonnaise et l'inventeur du métier à tisser semi-automatique, ainsi que sur les conditions de travail des canuts qui ont mené à la sanglante révolution de 1849. Très intéressant.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer