• Le Soleil > 
  • Voyages 
  • > Old Orchard: les Québécois présents malgré le taux de change désavantageux 

Old Orchard: les Québécois présents malgré le taux de change désavantageux

La chute du dollar canadien pourrait expliquer que... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La chute du dollar canadien pourrait expliquer que moins de touristes visitent Old Orchard et le Maine pour leurs vacances.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Certains Québécois ont refusé de renoncer à effectuer leur «pèlerinage» annuel à Old Orchard Beach, dans le Maine, même si le huard a du plomb dans l'aile.

La propriétaire du Kebec 3 Motel, Suzanne Beaulieu,souligne que son établissement a affiché complet en juillet et elle précise que si elle se fie à son cahier de réservations, le même scénario va se reproduire durant le présent mois.

Elle soutient qu'elle doit, d'abord et avant tout, son succès à la fidélité sans faille de ses clients qui proviennent dans 95 pour cent des cas de la «Belle Province».

Selon Mme Beaulieu, bon an mal an, plusieurs d'entre eux reviennent religieusement passer leurs journées de congé dans l'établissement de 35 chambres qu'elle possède depuis près de trois décennies.

Elle mentionne, avec une pointe de fierté dans la voix, que certains de ses visiteurs, qui se présentaient en solo à une autre époque, arrivent désormais avec leurs enfants et même leurs petits-enfants.

Ces derniers temps, elle a, toutefois, remarqué que les comportements des vacanciers ont changé en raison, à son avis, du recul de la devise canadienne par rapport au dollar américain.

Elle a, par exemple, constaté qu'ils font le nécessaire pour ne pas avoir à dénouer les cordons de leur bourse aussi souvent qu'auparavant.

«Ils utilisent les cuisinettes. Ils mangent ici .... Ils ne sortent plus pour souper», a-t-elle observé.

Suzanne Beaulieu a ajouté que «le monde a aussi tendance à rester moins longtemps».

«Il y a beaucoup de gens qui avaient réservé pour dix jours et finalement, ils ne restent qu'une semaine», a-t-elle noté.

Malgré les séjours écourtés de certains touristes, Mme Beaulieu se compte tout de même chanceuse lorsqu'elle se compare à certains de ses concurrents dont les hôtels ne donnent pas directement sur la plage.

«En ville, il y a des places où les propriétaires auront de la misère à finir leur année et à payer leurs comptes», a-t-elle affirmé, dépitée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer