• Le Soleil > 
  • Voyages 
  • > Avenue de Grand-Pré à Bonaventure: plaisirs de la bouche 

CETTE RUE À CONNAÎTRE - 1er de 5

Avenue de Grand-Pré à Bonaventure: plaisirs de la bouche

L'épicerie fine Le Vert Pistache, représentée par Anick... (Photo collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

L'épicerie fine Le Vert Pistache, représentée par Anick Caissy, et la boulangerie La Pétrie, représentée par Sylvie Legendre, ont contribué à dynamiser l'image commerciale de l'avenue de Grand-Pré.

Photo collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Bonaventure) Dans une région comme la Gaspésie, où la route 132 forme souvent la rue principale, l'avenue de Grand-Pré à Bonaventure se distingue parce qu'elle est perpendiculaire à l'artère principale ceinturant la péninsule et parce qu'on y trouve bien des commerces de la ville de 3000 habitants.

Ex-conseiller municipal et travailleur autonome, Serge Arsenault habite l'avenue de Grand-Pré depuis 15 ans, et il y a passé 10 ans de son enfance. À travers ses yeux, il est aisé d'aimer Grand-Pré.

«J'y ai passé la moitié de ma vie. J'aime beaucoup la rue, ses courbes, ses lignes droites, ses beaux arbres, l'érable de Norvège pas loin de chez moi, ses marronniers, le mégapeuplier de La Chope à Soupe. J'aime la proximité des services. Mes enfants, je les suivais visuellement jusqu'à l'école, en restant dans la maison», note-t-il.

«Tout se fait en marchant ou à vélo»

Il y retrouve les services de base, et bien plus. «Il y a la coop [le supermarché], la pharmacie, et il y a La Pétrie, notre boulangerie artisanale, Le Vert Pistache, notre épicerie fine, Les Ateliers du funambule, un lieu de création. C'est très central pour les services, et c'est un jardin en arrière de chez moi, avec les arbres, les quenouilles, les canards, la rivière, où un rat musqué passe, à l'heure du souper. Tout se fait en marchant ou à vélo, pour nous comme pour les visiteurs», décrit M. Arsenault.

De la rue, on accède à pied ou à vélo à une foule d'autres attractions et services, dont le Musée acadien du Québec, qui, bien que situé sur la route 132, possède son entrée sur de Grand-Pré.

Au carrefour Grand-Pré - route 132, M. Arsenault aime profiter de la terrasse du Château Blanc, un des établissements hôteliers des parages. «Cette terrasse est un endroit méconnu, qui offre pourtant une belle vue sur la mer. C'est aussi le point de départ de la promenade longeant la baie.»

En juin 2014, deux restaurants ont ouvert leurs portes sur l'avenue de Grand-Pré, le Pub Saint-Joseph, deuxième du nom, après celui de Carleton, et La Chope à Soupe (lire l'autre texte). Le Pub prend la relève dans un immeuble qui a logé le Fou du village, jadis une institution parce qu'on y présentait des spectacles.

Serge Arsenault souhaiterait que «sa» rue bénéficie d'un programme de revitalisation qui avait, comme Rues principales il y a 25 ans, lancé une vague de rénovation et d'animation populaire, comme la Braderie, abolie en 2014 en dépit d'assistances de 20 000 personnes lors des bonnes années.

«La plus haute partie de Grand-Pré a besoin d'une meilleure protection du patrimoine bâti, que l'esprit du bas de la rue se prolonge. Il faudrait un programme "tiers-tiers-tiers" [à financement partagé] pour faire comme Les Ateliers du funambule, remettre le bâtiment aux bardeaux de cèdre», dit-il.

Serge Arsenault croit que la Braderie, une fête d'une journée transformant l'avenue de Grand-Pré en lieu d'animation et de vente de toutes sortes, devrait revenir, «mais en ciblant un thème, la nourriture».

Le nom Grand-Pré vient du lieu en Nouvelle-Écosse où est née l'Acadie originale, et d'où a commencé la déportation de 1755. Une importante proportion de la population de Bonaventure est acadienne. 

Geneviève Léveillé... (Photo collaboration spéciale Gilles Gagné) - image 2.0

Agrandir

Geneviève Léveillé

Photo collaboration spéciale Gilles Gagné

La petite dernière

Parmi les commerces qui ont contribué à changer le visage de l'avenue de Grand-Pré, il y a La Chope à Soupe, fondée il y a 13 mois par Geneviève Léveillé, native de Saint-Anselme, dans Bellechasse, et arrivée en Gaspésie il y a 10 ans. «J'ai travaillé sur une idée avec une amie, autour d'un verre de vin. La soupe, c'est le départ, c'est rassembleur. Bien sûr, je ne sers pas uniquement de la soupe. Je sers des tapas aux saveurs régionales, avec des bières artisanales produites en Gaspésie. Nous offrons des soupes du monde et des soupes de la mer. Le menu change toutes les semaines», précise Mme Léveillée.  

***

=> Trois adresses 

  • Boulangerie La Pétrie: le vendredi, c'est jour de fête avec les pains de saveur (128, avenue de Grand-Pré)
  • Épicerie fine Le Vert Pistache: à découvrir, les truffes au caramel salé (130, avenue de Grand-Pré)
  • Restaurant La Chope à Soupe: pour ses soupes-repas du monde (144, avenue de Grand-Pré)

=> Pour y aller

En arrivant de l'ouest, comme Montréal, Québec ou Rimouski, ou en arrivant des Maritimes, on roule 110 kilomètres à partir de Pointe-à-la-Croix et on tourne à droite au seul feu de circulation de Bonaventure. On est alors sur l'avenue de Grand-Pré. Si on part de Gaspé, on roule 210 kilomètres en direction de la baie des Chaleurs et au même feu de circulation, on tourne à droite. Les gens venant du parc de la Gaspésie et arrivant à New Richmond doivent tourner à gauche sur la route 132 et rouler 35 kilomètres jusqu'au fameux feu de circulation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer