Cayo Largo, un havre de paix envoûtant

Un ciel d'azur se jetant dans des eaux où se confondent  sous de légères vagues... (Marc Larouche, collaboration spéciale)

Agrandir

Marc Larouche, collaboration spéciale

Partager

Sur le même thème

Marc Larouche, collaboration spéciale
Le Soleil

Un ciel d'azur se jetant dans des eaux où se confondent sous de légères vagues tous les dégradés de bleu, 25 kilomètres de plages d'un sable blanc si fin qu'il se fait poussière, un chaud soleil qui brille de tous ses feux, bienvenue à Cayo Largo. Depuis longtemps, cette petite île au sud de Cuba est le havre de repos de milliers de touristes qui y font le plein d'énergie en harmonie avec la nature.

Deux dauphins à Cayo Largo... (Collaboration spéciale Marc Larouche) - image 1.0

Agrandir

Deux dauphins à Cayo Largo

Collaboration spéciale Marc Larouche

La plage de Cayo Largo... (Collaboration spéciale, Marc Larouche) - image 1.1

Agrandir

La plage de Cayo Largo

Collaboration spéciale, Marc Larouche

«C'est notre 18e visite. Lorsque vous y serez, vous comprendrez», me dit mon voisin de siège pendant que le dégivrage de l'avion retarde le départ. Qu'importe. Mieux vaut arriver en retard qu'en corbillard.

La mer des Caraïbes nous accueille dans toute sa majesté. Qu'elle est belle! De Cayo Largo se dégagent le calme, la tranquillité, la liberté. L'île nous enveloppe, nous possède. Votre serviteur, qui a généralement son iPhone greffé à la main, n'a même pas utilisé Internet. Mon frère me croyait mort. J'étais plutôt envoûté, j'étais bien.

D'une trentaine de kilomètres de long sur trois dans sa partie la plus large, Cayo Largo del Sur ne compte aucun résidant permanent. Les Cubains résident près de la marina, travaillent dans les hôtels 20 jours et prennent 10 jours de congé. Il n'y a aucun village à visiter, peu de routes, et le nightlife se résume au bar de l'hôtel ou la discothèque de la marina. Vous voilà prévenus. On fréquente Cayo Largo pour se reposer. Le charme opère.

Le climat subtropical, qui garantit des températures chaudes à l'année, est propice au développement de la flore et de la faune.

Faune en liberté

En fait, les seuls vrais résidants permanents, ce sont les nombreux animaux, poissons et oiseaux que l'on côtoie dans leur milieu naturel. Outre deux dauphins et les tortues à la ferme (visites à un peso), tous les animaux observés étaient en liberté. Souvent, l'endroit semble encore vierge. On en redemande.

Cayo Largo porte encore les cicatrices du passage de l'ouragan Michelle en 2001. Auparavant, toutes les plages étaient très larges. Maintenant, à quelques occasions, les plages devant les hôtels rétrécissent ou peuvent disparaître selon les humeurs de Dame Nature. Les merveilleuses plages Sirena et Paraiso, accessibles de la marina, sont protégées des vents.

Tous les hôtels sont ravitaillés à partir de l'île de Cuba. Les menus : grillades de porc, boeuf, poisson, fruits de mer, pâtes et salades varient en fonction des arrivages et de leur fréquence, ce qui explique que certains produits, dont des fruits frais, peuvent quelquefois se faire rares au buffet. Pour le reste, il faut se fier aux talents des chefs. À l'hôtel Playa Blanca, personne n'a été déçu.

Excursion mémorable

La majorité des excursions offertes sont en relation avec la mer. La «soirée caribéenne» propose un repas sur la plage ainsi qu'un spectacle de danse cubaine typique autour d'un feu. Très complète, la Coco Club coucher de soleil permet de visiter l'île aux Iguanes. Munissez-vous d'espadrilles, les rochers sont pointus. Je soupçonne les dames qui ont visité l'endroit en talons aiguilles d'être responsables du sourire moqueur de ces animaux aux airs préhistoriques.

Puis, la joyeuse croisière se dirige vers des coraux où vous ferez de la plongée en apnée à travers des dizaines de poissons multicolores. Tout simplement merveilleux. Le navire vous mène ensuite vers une piscine naturelle, où, en pleine mer dans une eau peu profonde, vous observez les étoiles de mer. L'équipage dresse finalement la table pour offrir un succulent plat de poulet ou de langouste que vous dégustez sur le navire pendant que le soleil se couche.

Ce soir-là, le scribe a trouvé le sommeil à 20h30, convaincu d'avoir vécu une journée parfaite. Et pourtant...

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer