Embarquement pour la Norvège

Le Geirangerfjord est l'un des endroits les plus... (Louise Bilodeau, collaboration spéciale)

Agrandir

Le Geirangerfjord est l'un des endroits les plus visités de Norvège.

Louise Bilodeau, collaboration spéciale

Partager

Sur le même thème

Louise Bilodeau, collaboration spéciale
Le Soleil

(Bergen, Norvège) Depuis la jolie Bergen, l'Express Côtier sillonne les côtes de Norvège jusqu'au mythique cap Nord et salue au passage le cercle polaire arctique d'un coup de sirène. Commence alors un périple splendide dans les fjords et un défilé ininterrompu de falaises et d'îles à fleur d'eau, où s'accrochent des cabanes de pêcheurs et une multitude de phares.

Bergen, l'une des plus belles villes de Scandinavie, mérite qu'on s'y arrête quelques jours avant de lever l'ancre. Entourée de sept montagnes et d'autant de fjords, la cité millénaire gravite autour de ses quais animés. Au-delà des emblématiques entrepôts de la Hanse et du marché aux poissons, l'ancienne capitale de la Norvège foisonne de musées merveilleux. On ne se lasse pas de flâner dans ses ruelles escarpées bordées de rosiers et de coquettes maisons en bois.

Mais le MS Nordlys est au port, et la croisière s'annonce fascinante. Le paquebot à la coque rouge, noir et blanc, fait partie de la flotte de 12 navires de la compagnie Hurtigruten, qui exploite l'Express Côtier. Tous les jours, hiver comme été, ceux-ci relient Bergen et Kirkenes, située aux confins de la Russie. Servant à la fois pour la livraison postale, le ravitaillement et les croisières, ces navires desservent 34 ports répartis sur 2700 kilomètres.

Des rennes se mettent en route dans la... (Louise Bilodeau, collaboration spéciale) - image 2.0

Agrandir

Des rennes se mettent en route dans la toundra vers le cap Nord. Chemin faisant, ils se nourrissent d'herbe, de buissons, d'écorces et de lichens.

Louise Bilodeau, collaboration spéciale

Première escale, Alesund, réputée pour son architecture de style Art nouveau. Un dilemme se pose : passer la journée à musarder dans ses rues, ou prendre l'excursion au Geirangerfjord. J'opte pour le fjord. Le bateau glisse entre des parois vertigineuses où se jettent des cascades éblouissantes. Un site grandiose, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le retour s'effectue en autobus, par la Route des aigles. Les collines verdoyantes de Valldal sont renommées pour leurs fraises, que des enfants aux cheveux couleur de miel vendent au bord d'une route longeant une rivière furieuse et turquoise. Idyllique! L'excursion se termine par la Route des Trolls, dans une région connue pour ses sentiers de randonnée en montagne, entre cascades, glaciers et pâturages.

Tôt le matin du troisième jour, nous traversons la ligne imaginaire du cercle polaire arctique et entrons au pays du Soleil de minuit et des aurores boréales.

En matinée, en pleine mer, un petit bateau s'amarre au nôtre et nous mènera au glacier Svartisen. Les nuages forment un long ruban à la surface du fjord, sur fond de ciel ultramarine. Dans ce décor mystique, le Svartisen étincelle tel un diamant bleu. À ses pieds, une cascade se précipite dans un lac turquoise, bordé d'un sentier fleuri de bruyère. Moment magique, souligné par un Svartisen drinken, un verre de champagne à la teinte bleuté, dans lequel flotte un glaçon deux fois... millénaire, si on en croit l'affichette. Une blonde norvégienne le taille à l'aide d'un pic à même un bloc issu directement du glacier. Une note d'éternité!

La Norvège en met plein la vue avec... (Louise Bilodeau, collaboration spéciale) - image 3.0

Agrandir

La Norvège en met plein la vue avec les coquettes maisons en bois de Bergen ainsi qu'avec les falaises et les îles qui entourent le pays.

Louise Bilodeau, collaboration spéciale

Notre bateau sillonne ensuite le Skjerstadfjorden ce qu'il a de consonnes dans cette langue! - à la recherche de l'aigle de mer, qui refuse bien sûr de se montrer. Jusqu'à la mi-juillet, des millions d'oiseaux marins nichent sur la côte norvégienne. Nous sommes en août, et la plupart des espèces ont déjà migré au Groenland. Après une heure de vigie, ma patience est récompensée quand j'aperçois une dizaine de mergules nains, un minuscule pingouin, batifolant dans le fjord.

Quand nous arrivons aux îles Lofoten, l'aigle se montre enfin, majestueux dans la lueur rose et laiteuse du couchant. Sur le pont arrière, à l'abri de la brise fraîche de la mer de Norvège, nous sommes quelques passagers totalement envoûtés par la lumière boréale qui baigne le paysage.

De ravissantes maisons, des fermes traditionnelles, des cabanes de marin, d'anciens entrepôts sur pilotis et des milliers de phares égaient les rives. L'uniformité de couleur, rouge sang-de-boeuf, blanc et ocre, assure l'harmonie. Afin de protéger les habitations, on les badigeonnait autrefois avec de l'huile de morue. Les pauvres y ajoutaient du sang animal, et les riches utilisaient du blanc de zinc importé de Hollande, parfois de l'ocre. Les Norvégiens restent fidèles à ces couleurs.

Émerveillement général quand le navire s'immisce dans le Trollfjord. Une première muraille de rocher moussu encercle le minuscule fjord. Immédiatement derrière se dresse une chaîne de crêtes alpines aux sommets enneigés. Un relief saisissant attribué aux trolls, créatures issues du folklore scandinave, que l'on tient responsables des fantaisies géologiques.

Le glacier Svartisen, situé dans les Alpes scandinaves,... (Louise Bilodeau, collaboration spéciale) - image 4.0

Agrandir

Le glacier Svartisen, situé dans les Alpes scandinaves, est le deuxième en importance en Norvège par sa superficie.

Louise Bilodeau, collaboration spéciale

Charmante Tromso

Tromso, nouvelle escale, nouveau dilemme : l'excursion en kayak de mer ou la visite du Paris du Nord. L'élégance des femmes de capitaines aux riches heures de la capitale de la Norvège du Nord et son côté cosmopolite seraient à l'origine du surnom. Tromso a longtemps été la base de départ des expéditions polaires internationales. Musées d'histoire et d'art, vieux pub à l'atmosphère ambrée, cabanes de pêcheur sur pilotis, Tromso a aussi son charme.

L'attrait du kayak de mer l'emporte néanmoins. Sur la rive, je repère cinq huîtriers eurasiens, un bécasseau au bec rouge éclatant. Je suis venue pour la nature, superbe, mais la surprise sera l'épave du Tirpitz, le plus grand cuirassé lancé par Hitler et coulé par la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale. On en distingue des débris à travers l'eau cristalline... et glaciale. «L'été dernier, des plongeurs ont trouvé une botte de soldat allemand, avec un os à l'intérieur. L'os était finalement un tibia de renne», raconte, en souriant, Torkill Hansen, notre guide.

À mesure que nous progressons vers le nord, les forêts font place à la toundra. Nous voici au pays des rennes, en route vers le cap Nord. Le bout du monde, dit-on. Le côté spectaculaire de ses falaises dominant à la fois les mers de Norvège et de Barents a valu à Nordkapp d'être considéré comme le point le plus septentrional du continent européen. En réalité, celui-ci se trouve un peu plus loin. Chaque année, quelque 200 000 touristes visitent les lieux. Il y a du monde. Mais il me suffit de marcher quelques minutes à l'écart des installations touristiques pour me retrouver seule au milieu de la steppe et savourer l'impression d'infini qui émane de ce lieu mythique.

Seule? Pas vraiment! En descendant un vallon fleuri de linaigrettes, je rencontre un mignon renne blanc aux bois de velours. Oui, vraiment le bout du monde!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer