• Le Soleil > 
  • Voyages 
  • > Safari en Namibie: hallucinante faune et saisissant désert 

Safari en Namibie: hallucinante faune et saisissant désert

Les animaux, comme les superbes éléphants, se regroupent... (Collaboration spéciale, Yves Ouellet)

Agrandir

Les animaux, comme les superbes éléphants, se regroupent en grand nombre près des points d'eau, mais on les voit aussi dans la savane et aux abords de la route.

Collaboration spéciale, Yves Ouellet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Ouellet, collaboration spéciale
Le Soleil

De la profusion hallucinante de la faune africaine à la magie saisissante du désert namibien, quelle est la plus fascinante? Curieusement, la véritable découverte, la plus marquante, reste le désert dans son infinie diversité. Un safari en Namibie... L'expérience d'une vie!

Les animaux, comme les superbes éléphants, se regroupent... (Yves Ouellet, collaboration spéciale) - image 1.0

Agrandir

Les animaux, comme les superbes éléphants, se regroupent en grand nombre près des points d'eau, mais on les voit aussi dans la savane et aux abords de la route.

Yves Ouellet, collaboration spéciale

On peut voir les animaux de proche, lors... (Collaboration spéciale, Yves Ouellet) - image 1.1

Agrandir

On peut voir les animaux de proche, lors d'un safari en Namibi, mais, on comprend pourquoi, il est interdit de débarquer du véhicule!

Collaboration spéciale, Yves Ouellet

Après 20 heures de vol, l'Airbus d'Air Namibie se pose enfin sur le tarmac de l'aéroport de Windhoek, non loin du minuscule Cessna d'African Profile Safaris qui prend la relève. Aux commandes, un guide-pilote exceptionnel dont nous profiterons largement des connaissances encyclopédiques : Ole Friede. Après une carrière dans les parcs nationaux, avec spécialisation en délocalisation de rhinocéros, Ole a fondé sa petite entreprise touristique avec sa femme Marie et il propose maintenant des safaris terrestres ou aériens sur mesure dans son pays d'origine, la Namibie, et partout en Afrique.

Nous voilà à nouveau dans le ciel, à admirer les étendues désertiques qui défilent sous nos yeux. La Namibie est un jeune pays, indépendant depuis 1990, ancienne colonie allemande (1884 à 1915), placé sous le protectorat de son voisin, l'Afrique du Sud, jusqu'à ce que la SWAPO (l'Organisation du peuple du sud-ouest africain) l'en libère à la fin d'un long conflit.

Les caractéristiques qui le démarquent : l'immense étendue de son territoire (842 000 km²) et sa faible population (2,2 millions) ainsi que l'un des environnements naturels les plus arides du monde. La Namibie compte aussi 42 % de son territoire sous la protection de parcs nationaux ou de réserves naturelles, dont la totalité de ses 2000 km de côte atlantique.

Onguma Game Reserve

Première escale aux abords du parc national d'Etosha, au Onguma Game Reserve, une réserve naturelle privée, dotée du maximum de luxe et de confort possible dans le contexte de l'isolement désertique. Déjà, pour s'y rendre à bord d'un véhicule 4 X 4 ouvert et idéal pour l'observation et la photo, nous avons croisé quelques girafes que nous avons mitraillées nerveusement de nos téléobjectifs, comme si cette vision pouvait être sans lendemain...

Plus tard, au moment du lunch sur la terrasse, les phacochères, les zèbres et les antilopes Springbok sont venus boire paisiblement au point d'eau situé tout près, en plus d'un grand rapace chasseur de serpents, le secrétaire.

Plus tard, lors d'une première sortie au coucher de soleil avec mousseux et bouchées, nous aurons l'occasion d'observer un chacal curieux et une tortue turquoise timide en nous familiarisant avec les immenses termitières qui parsèment le paysage. La table était mise.

Parc national d'Etosha

Le lendemain, nous abordons un séjour de 48 heures à l'intérieur du parc d'Etosha en compagnie d'un guide local comme ce sera le cas à chaque étape. Arnold nous conduira de part en part de ce vaste espace de plus de 22 000 km² où les animaux affluent dès la traversée de la barrière d'entrée. Tout de suite après une pause au fort Namutoni, le meilleur du spectacle débute avec un groupe de jeunes lions oisifs qui se laissent photographier dans la plus totale indifférence. Comme le mentionne Ole, «l'observation du roi des animaux est l'objectif ultime pour de nombreux voyageurs qui sont généralement déçus du comportement désoeuvré du lion qui consacre la plupart de son temps au sommeil».

Les nôtres s'avèrent relativement coopératifs mais c'est un guépard en chasse qui nous éblouit vraiment en se figeant à l'affût, d'un arbre à l'autre, puis en se déplaçant d'un pas on ne peut plus félin. Par la suite, nous croisons plusieurs autruches, un animal que je ne m'attendais pas à retrouver ici, contrairement à ce rhinocéros noir massif qui surgit près de la route et parade lentement en grognant.

Prochain arrêt pour observer un couple de lions adultes en éveil qui se prélassent dans les hautes herbes. Des bêtes magnifiques qui prennent la pose pour nous jusqu'à ce que les deux se lèvent pour se diriger vers une clairière voisine où ils s'accouplent sous nos yeux étonnés d'assister à un tel spectacle.

«L'observation du roi des animaux est l'objectif ultime... (Yves Ouellet, collaboration spéciale) - image 2.0

Agrandir

«L'observation du roi des animaux est l'objectif ultime pour de nombreux voyageurs qui sont généralement déçus du comportement désoeuvré du lion qui consacre la plupart de son temps au sommeil», constate le guide-pilote Ole Friedel.

Yves Ouellet, collaboration spéciale

Interdit de débarquer

Tout au long de la journée, nous admirons à loisir des hordes de zèbres, de gnous, d'oryx Gemsbok, de bubales roux, de grands kudus, d'impalas, d'antilopes, de chacals ainsi qu'une foule d'oiseaux magnifiques. Ce bestiaire exotique se regroupe en grand nombre près des points d'eau, mais on les voit aussi dans la savane et aux abords de la route tout en demeurant dans notre véhicule puisqu'il est formellement interdit d'en descendre.

C'est au point d'eau du camp d'Okaukuejo, où nous passons deux nuits, que nous verrons nos premiers éléphants en train de faire leurs ablutions, des girafes venant prudemment s'incliner pour s'abreuver et plusieurs rhinocéros qui préfèrent la nuit pour s'approcher du camp. Le défilé n'a de cesse, la nuit comme le jour.

Les prochaines étapes nous amènent à nous enfoncer toujours plus avant dans le désert. En direction de la région du Damaraland, nous faisons escale près du village de Puros où nous visitons les Ovahimba de la tribu des Himba.

Ces bergers semi-nomades du nord de la Namibie érigent de petits hameaux où un clan restreint vit dans des huttes de terre très semblables aux igloos des Inuits. Leurs femmes sont réputées pour le mélange de gras et d'ocre, otjize, dont elles s'enduisent tout le corps. Nous y sommes accueillis simplement et amicalement, entrant même dans une hutte minuscule et saisissant les images de ces femmes aux coiffures extravagantes, pendant que les hommes restent à l'écart en fumant leur gros joint de marijuana dont la culture leur est permise.

À notre arrivée au camp Kipwe, nous visitons Twyfelfontein, un endroit fameux pour ses gravures préhistoriques d'animaux qui lui ont valu de devenir le seul site du patrimoine mondial reconnu par l'UNESCO en Namibie.

Au lendemain de notre arrivée au Camp Kipwe, nous partons à la rencontre des éléphants du désert, ces mastodontes qui se sont remarquablement adaptés à l'environnement aride et dont nous avons le privilège d'admirer longuement une douzaine d'individus en alimentation sous l'oeil attentif de groupes de babouins.

La prochaine étape nous désarçonne totalement. Quittant la chaleur de l'intérieur, nous volons vers la côte et la station balnéaire de Swakopmund, en plein coeur du désert de Namib. Nous abordons sous un lourd plafond de brouillard cette ville qui jouit d'un climat humide et frais à cause des courants glaciaux de l'Antarctique qui refoulent sur sa côte. Nous sommes à la jonction de la côte des Squelettes, renommée pour les épaves que le sable y emprisonne; de la côte de Diamant, dont l'histoire est marquée par son passé minier, et de la mer de Dunes qui forme une large bande d'une centaine de kilomètres.

Projetée loin de ce que nous avons vu à ce jour, une excursion en mer avec Levo Dolphin Tours nous révèle un milieu marin d'une éblouissante richesse avec des dauphins qui font des pirouettes, des milliers de lions de mers et de flamands roses réunis sur les plages et des nuées d'oiseaux marins dont des grands pélicans blancs à l'allure coquine.

La mer de Dunes

La dernière étape du safari nous propulse radicalement dans l'univers grandiose et majestueux du désert en survolant le secteur de la mer de Dunes où se profilent à perte de vue les crêtes sinueuses de montagnes de sables de plus en plus imposantes. Du campement Wolwedans, nous découvrons la volupté d'un panorama couvert d'une végétation endémique et de mystérieux «cercles de fées», une multitude de ronds dépourvus de végétation dont on n'explique pas les origines. Dans ce milieu fabuleux, nous assistons au terrible affrontement de deux jeunes zèbres mâles qui se chahutent violemment, se mordent à pleine gueule et se ruent frénétiquement l'un sur l'autre durant d'interminables minutes.

Puis, à partir du centre de villégiature Little Kulala, nous abordons en conclusion l'univers des dunes en pénétrant dans l'extraordinaire vallée de Sossuvlei. Gigantesques, peintes de rouge par l'oxydation du fer, découpées de mystérieux saillants sombres sous l'ombre du soleil levant... elles en imposent sous tous les angles. Et plus encore lorsqu'on s'attaque à la crête de la dune «Big Daddy», haute de 250 mètres, du sommet de laquelle on devient pour un instant le seigneur du désert de Namib. Température du jour? 47 °C!

Info : African Profile Safaris au www.profilenamibia.com (possibilité de safaris en français pour petits groupes)

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer