Le Boogie Wonder Band propose du disco... symphonique!

Vincent Bélanger, assis à l'avant, et une partie... (Collaboration spéciale, Marc Larouche)

Agrandir

Vincent Bélanger, assis à l'avant, et une partie des 85 musiciens qui participeront au grand concert Boogie Wonder Band en symphonique le vendredi 19 août au Centre culturel de Rivière-du-Loup.

Collaboration spéciale, Marc Larouche

Marc Larouche
Le Soleil

(Rivière-du-Loup) Si la musi­que disco a souvent été accusée de manquer d'originalité, reste que ses mélodies ont la vie tenace. Que diriez-vous main­tenant d'entendre les Dancing Queen, Daddy Cool et Last Dan­ce en version symphonique? C'est le défi que se lance le Camp musical de Saint-Alexandre avec le concert Boogie Wonder Band symphonique.

«Si je me fie au résultat des dernières années, je crois que ça va bouger», commente le directeur général du camp, Mathieu Rivest. Rarement une conférence de pres­se n'a été aussi festive. Même son bébé d'à peine un an dansait lorsque son pianiste de père et deux autres musiciens ont entonné I Will Survive aux piano, violoncelle et guitare.

Au grand concert gratuit du vendredi 19 août au Centre culturel de Rivière-du-Loup, ils seront 75 musiciens sur scène, amateurs et professionnels, en plus des 10 du Boogie Wonder Band! Le moins que l'on puisse dire, c'est que ça va déménager. Un collectif réalisera les arrangements symphoniques.

«Il y a plusieurs sections, il faut vraiment être méticuleux et tout mettre à la bonne place», explique Luc Grandisson, qui participe aux arrangements de ces con­certs depuis trois ans. La qualité est au rendez-vous. Loco Locass se servira des arrangements sym­phoniques réalisés par les artisans du Camp musical Saint-Alexandre pour son con­cert avec l'Orchestre symphonique de Gatineau.

Le violoncelliste Vincent Bélanger sera aussi de la partie, lui qui vient de lancer le très bel album solo , qui contient des compositions et ses pièces classiques et populaires préférées : Il était une fois dans l'Ouest, Ave Maria et quelques-unes d'André Gagnon. «J'ai ainsi baptisé mon album pour signifier où j'en suis rendu dans la vie. J'en suis là», dit-il.

Pour Wow, il utilise une technique qui lui permet de reproduire les percussions sur son violoncelle. Dans Amazing Grace, il parvient, tout en jouant la mélodie, à y greffer une cornemuse. Magique.

Le jeune homme a de qui retenir. Il est le fils du célèbre ténor et chef d'orchestre Guy Bélanger et le petit-fils d'Edwin Bélanger, qui a un kiosque à son nom sur les plai­nes d'Abraham. Vincent Bélanger se­ra aussi du concert du 19 août, interprétant entre autres Wow d'André Gagnon, «qui a pratiquement ouvert la vague disco au Québec dans le temps», commente-t-il.

D'ici là, les étudiants évolueront dans un espace méconnaissable. Le studio, la grange, la cafétéria, les résidences du camp, tout a été refait grâce à une subvention de 5 millions $. La musique des instruments se mélangera d'ailleurs à celle des pelles mécaniques encore le temps de quelques mesures.

Les Jeudis concerts débutent le 7 juillet. Les musiciens du Boogie Wonder Band résideront au camp et s'exerceront avec les jeunes toute la semaine précédant le concert. Vous pouvez consulter toute l'information au www.campmusical.com.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer