Des micros-condos au coeur du quartier St-Roch

Situé en face de la bibliothèque Gabrielle-Roy, le... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Situé en face de la bibliothèque Gabrielle-Roy, le projet des Condos de la cité propose 30 condos divise au coeur du centre-ville. Des unités aussi petites que 211 pieds carrés, du jamais-vu à Québec dans un projet d'envergure.

Le Soleil, Erick Labbé

(Québec) La mode des micro-condos fait son apparition à Québec. En pleine expansion dans plusieurs villes canadiennes plus densément peuplées, ces petits espa­ces de vie pour jeune célibataire font l'objet d'un premier projet immobilier dans le quartier Saint-Roch.

Un projet pareil aurait été inimaginable il y a une dizaine d'années dans le quartier Saint-Roch. Autrefois délabré, ce secteur central a connu depuis une cure de jouvence. Commerces de proximité, restaurants branchés et complexes culturels ont fait leur apparition dans le secteur. Et avec eux, une progression fulgurante du prix de l'immobilier. À un point tel que de jeunes professionnels n'ont plus toujours les moyens d'acquérir une première propriété dans Saint-Roch.

Arrivent alors les micro-condos, ou l'art d'acquérir un premier chez-soi. Aussi minime soit-il. Situé en face de la bibliothèque Gabrielle-Roy, le projet des Condos de la cité propose 30 condos divise au coeur du centre-ville. Des unités aussi petites que 211 pieds carrés, du jamais-vu à Québec dans un projet d'envergure.

«Des petits condos comme ça, il n'y en a pas beaucoup à Québec. Disons que ça ne court pas les rues!» explique l'agente immobilière responsable du projet, Catherine La Boissonnière.

Quelques meubles inclus

L'étroitesse des lieux, un ancien hôtel rénové, permet bien sûr des prix alléchants pour des acheteurs célibataires ou moins fortunés. Certains condos se détaillent pour moins de 80 000 $, incluant les taxes et quelques meubles. Un prix nettement inférieur à la moyenne pour ce secteur en pleine ébullition.

L'acheteur ne doit pas avoir la folie des grandeurs pour acquérir un lot aux Condos de la cité. Certains meubles sont inclus, notamment parce que bien des meubles standards ne sauraient y trouver leur place. L'espace de rangement est minime, et le lit est souvent escamotable.

«Une personne qui veut l'habiter, avant de la rencontrer, je lui mentionne que c'est quand même assez restreint comme espace. Il faut qu'il en soit conscient. Les gens ne regardent pas toujours les superficies : ils voient un projet dans son ensemble. Ils trouvent que ça a l'air beau. Et ils appellent, vu que ce n'est pas cher», souligne Mme La Boissonnière.

Celle-ci croit qu'un espace de vie réduit mais peu coûteux saura combler les jeunes professionnels célibataires de plus en plus présents dans le quartier Saint-Roch. «Pour les premiers acheteurs, on peut attirer des jeunes professionnels qui travaillent juste à côté, ceux qui n'ont pas nécessairement besoin de prendre leur voiture.»

Location permise

La location étant permise, des entreprises du coin pourraient aussi acheter un condo et laisser les clés à leurs clients. Certains parents auraient par ailleurs manifesté leur intérêt pour acquérir une unité afin de loger leur progéniture le temps de leurs études. Le prix mensuel de l'hypothèque s'apparente en effet à certains loyers mensuels payés dans la capitale.

Cette expérience urbaine menée à Québec fait suite à une vague de popularité des micro-condos ailleurs au Canada. Vancouver a été une pionnière dans le domaine, la ville disposant de très peu de terrains pour y construire des habitations. La métropole de la côte ouest a refusé il y a 20 ans la construction de condos plus petits que 320 pieds carrés, les qualifiant de «cercueils». Aujourd'hui, ils y sont de plus en plus populaires, notamment en raison du prix élevé de l'immobilier à Vancouver.

Montréal a également vu apparaître des projets similaires ces dernières années. «À Montréal, ça a été la folie quand ils ont commencé des projets de micro-condos», indique Catherine La Boissonnière.

Les chez-soi les plus petits et dispendieux se trouvent notamment à San Francisco. Un projet de micro-condos au centre-ville comporte ainsi des unités d'à peine 250 pieds carrés pour la modique somme de 279 000 $. Comme quoi le budget peut être aussi restreint que le milieu de vie.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer