La bière comme clin d'oeil à la science

La microbrasserie du 1165, 18e rue, dans Maizerets, sera... (fournie par Éric Aubin)

Agrandir

La microbrasserie du 1165, 18e rue, dans Maizerets, sera paré d'éléments judicieusement choisis pour éveiller la curiosité des amoureux de houblon.

fournie par Éric Aubin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une nouvelle microbrasserie verra le jour cet automne dans Limoilou. Entre la bière blonde nommée Pasteur et les béchers en guise de verres, le fondateur, microbiologiste, promet d'en faire un clin d'oeil à la science.

«Je veux montrer qu'il y a toute une science derrière la bière», lance Éric Aubin, propriétaire de la microbrasserie Le Louénok, qui ouvrira ses portes d'ici la fin du mois d'octobre. «Le but, c'est de faire connaître la science, de rendre ça intéressant. [...] Intégrer la microbiologie au fun de prendre de la bière, finalement.»

Concrètement, le local du 1165, 18e rue, dans Maizerets, sera paré d'éléments judicieusement choisis pour éveiller la curiosité des amoureux de houblon. Portraits de scientifiques accrochés au mur, fioles erlenmeyers suspendues au plafond, photographies de microorganismes prises en microscopie électronique... Et toutes les bières auront un nom à thématique scientifique. Par exemple, «je veux certaines bières dédiées à certains scientifiques qui ont fait des découvertes importantes», dévoile Éric Aubé. «On connaît bien Pasteur pour ses vaccins, mais il a vraiment été un scientifique clé dans tout ce qui s'appelle l'agroalimentaire. La pasteurisation, ça vient de lui. [...] J'aurais une Pasteur blonde, par exemple, et j'expliquerais quelle a été son implication dans les découvertes au niveau de la fermentation alcoolique.» Il mentionne également une IPA qui risque fort de s'appeler Fleming en l'honneur du grand scientifique qui a découvert la pénicilline.

«Un vieux rêve»

«C'est un vieux rêve que j'avais. Quand j'ai commencé mes études au collégial, il y a un petit bout de temps de ça - on parle du début des années 90 -, je tripais beaucoup sur la fermentation, le processus de fabrication de la bière. J'ai toujours été super intéressé par ça», explique M. Aubin.

Sauf qu'à l'époque, «c'était beaucoup des gros joueurs qui étaient dans le milieu de la microbrasserie, et ce n'était pas un domaine ultra connu. C'était avant la grande poussée qu'on a connue dans les dernières années», dit-il. C'est ainsi que «ma carrière a plutôt bifurqué vers le biopharmaceutique. J'ai fait mes études de maitrise et de doctorat sur les maladies auto-immunes. J'ai travaillé plutôt au niveau médical.»

Mais «j'ai toujours continué à brasser à travers tout ça». Et «en voyant tout ce qui se passait, l'espèce d'engouement, j'ai dit : "c'est le temps d'y aller." J'ai tout laissé derrière moi, et j'ai décidé de partir ce projet-là. À temps partiel le temps de l'hiver, et fin juin, j'ai vraiment mis le pied sur l'accélérateur.»

Si tout se déroule comme prévu, Le Louénok offrira 12 lignes de fût dès la fin octobre.

De la bière aux spiritueux

Si Éric Aubin a toujours été intéressé par le processus de fabrication de la bière, sa passion s'applique également aux spiritueux. C'est ainsi que Le Louénok, après s'être confortablement établi, pourrait voir son spectre de production élargi aux alcools forts. «Il y a un buzz autour de ça. On le voit avec les alcools québécois» dit-il, mentionnant au passage le cas du whiskey et du gin. «Et les gins, il y a tellement de choses à faire avec ça. Il y a une multitude de saveurs qu'on peut aller chercher avec des herbes locales, sauvages.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer