Le resto L'académie fermé définitivement

L'établissement d'environ 280 places assises, qui offrait la formule... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'établissement d'environ 280 places assises, qui offrait la formule apportez votre vin, avait ouvert en 2014 aux Galeries de la Capitale. Une trentaine de personnes se retrouvent sans emploi.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Incapable de redresser ses finances, le restaurant L'académie des Galeries de la Capitale a fermé définitivement ses portes jeudi dernier. Une trentaine de personnes se retrouvent sans emploi.

L'établissement d'environ 280 places assises, qui offrait la formule apportez votre vin, avait ouvert en 2014 dans le centre commercial de Lebourgneuf. Selon nos informations, le syndic Marc Savary a été mandaté pour piloter le dossier et les documents devaient être déposés au palais de justice au cours des prochains jours.

Il s'agissait du dernier restaurant de la bannière dans la capitale. En 2016, L'académie, à Sainte-Foy, avait été contraint de mettre la clé sous la porte après avoir connu une importante diminution de son chiffre d'affaires.

Joint par Le Soleil, l'un des copropriétaires, Mamoun Aouad, explique la fermeture de l'établissement des Galeries de la Capitale par «une baisse de la clientèle en raison notamment des importants travaux» qui se déroulent depuis deux ans dans le centre commercial. L'homme d'affaires déplore aussi le prix du loyer, affirmant qu'il devait débourser 28 000 $ par mois.

«Nous avions quand même une clientèle fidèle. On remplissait le restaurant la fin de semaine, mais le début de semaine était très difficile», soutient M. Aouad. «Le vrai problème, c'est la construction et la rénovation majeures des Galeries. C'est là que le cauchemar a commencé. Cela nous a affectés énormément, surtout en 2016», poursuit-il, notant que la première année complète d'affaires avait été «plutôt bonne». 

En raison des travaux, depuis plusieurs mois, les propriétaires de L'académie refusaient de payer l'entièreté de leur loyer. Une bataille judiciaire a notamment eu lieu entre les trois hommes d'affaires et Groupe immobilier Oxford, copropriétaire du centre commercial. La semaine dernière, Groupe Oxford en serait sorti gagnant, il a fait par la suite saisir le local ainsi que le compte bancaire de la compagnie.

«Nous sommes allés en cour contre les Galeries de la Capitale pour le manque à gagner à cause des travaux. Notre associé à Mont­réal voulait que nous payions seulement la moitié du loyer, et le jugement est sorti en leur faveur», explique M. Aouad, qui a commencé dans le métier en 1986 comme serveur à Montréal pour L'académie. Il s'agissait d'ailleurs d'une première expérience pour lui comme grand patron. 

«Nous faisons maintenant faillite. Notre associé, qui détient la majorité des parts, c'est lui qui a choisi de déclarer faillite. On ne pouvait rien faire. On aurait aimé sauver l'endroit», poursuit-il, notant avoir travaillé sept jours sur sept depuis le début de l'aventure et avoir même «négligé sa famille». «Ça fait très mal...»

Les Galeries muettes

Du côté des Galeries de la Capitale, le directeur général de l'établissement, Stéphan Landry, refuse de commenter le dossier judiciaire, mais confie être optimiste de trouver un nouveau locataire pour l'endroit. 

«Je ne commente pas les points d'affaires avec les détaillants», soutient-il. «On savait que le concept de L'académie allait peut-être être à remplacer. Dans notre secteur, il y a un attrait pour la restauration. [...] Nous sommes confiants d'arriver avec un nouveau concept au cours des prochains mois», poursuit-il, assurant que les autres restaurants sur le site vont très bien.

Le dg avance que la formule de L'académie n'était peut-être pas l'idéal pour l'endroit. «Nous sommes un centre commercial familial avec de jeunes adultes. L'académie, avec leur concept apportez votre vin, s'adressait à une clientèle un peu plus de soirs. Je pense que leur formule était moins adaptée pour bien servir les gens durant la journée», conclut-il.

Les premiers mois de l'année sont souvent les plus pénibles pour l'industrie de la restauration. D'ailleurs, plusieurs choisissent de fermer boutique durant cette période, comme le Laurie Raphaël au début janvier. 

La semaine dernière, après 28 années d'activités, le restaurant l'Aviatic Club, dans la gare du Palais, a annoncé qu'il allait fermer ses portes au mois de mars. Les propriétaires expliquaient leur décision par le «climat économique difficile dans le Vieux-Port», les taxes municipales ainsi que les hausses du prix du loyer.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer