Le Clocher penché: sans déception!

Minimaliste, de blanc et de bois, sa salle... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Minimaliste, de blanc et de bois, sa salle à manger au plafond inatteignable demeure intemporelle.  Le genre qui pourrait, année après année, s'inscrire parmi les plus belles.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) S'il m'est impossible de me porter garante à 100 % d'un restaurant, je me sens très à l'aise de le faire à 99 % dans le cas du Clocher penché. Cristallisée sur sa constance, son rapport qualité-prix, sa cuisine et son boire bons et généreux, la réputation de ce bistro n'est plus à faire. En même temps, pas question de dormir au gaz ni de se reposer sur ses lauriers. Un de mes tops 5 à Québec.

La faisselle maison... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

La faisselle maison

Le Soleil, Patrice Laroche

Après deux semaines de critiques où j'ai décoché plusieurs flèches, je n'avais qu'un souhait à formuler : me soustraire aux déceptions faciles. Un bon génie m'a exaucée. J'ai enfin eu droit à mon premier repas 2017 sans erreurs grossières, composé de saveurs en harmonie les unes avec les autres. 

Il faut dire qu'en janvier, j'ai goûté à quelques reprises à la lassitude de «l'après-fête». Que ce soit la crème pâtissière sèche et grumeleuse (lire passée) de millefeuilles achetés à une enseigne normalement fiable ou l'air agacé - un euphémisme - d'une serveuse qui n'avait pas le temps (ni l'envie!) de me servir un basique bagel-fromage à la crème, des creux de vague il y en a eus!

Sur mes gardes depuis, j'espérais vous parler d'une table qui tourne plus rond que carré, d'une valeur sûre. Le Clocher penché m'a donc réconciliée avec mes attentes normales.

Gourmandise sans superficialité

Sa cuisine d'abord, celle du chef Mathieu Brisson, assisté de François Pélissier, conserve sa gourmandise sans superficialité et s'abstient de devenir chérante malgré une prestation bien au-delà du prix moyen de 24 $ des plats. Minimaliste, de blanc et de bois, sa salle à manger au plafond inatteignable demeure intemporelle. Le genre qui pourrait, année après année, s'inscrire parmi les plus belles. Seule réserve, c'est parfois un peu bruyant. En revanche (à ce bruit ambiant), elle en tire son énergie. Quant au service, sous l'oeil de Thomas Pélissier, il se déroule en mode décontracté, mais précis à l'image des plats. D'ailleurs, la présence d'associés-copropriétaires, en salle et en cuisine, est l'une des assurances qualité.

Qu'avons-nous mangé maintenant? La faisselle, un classique du Clocher, le tartare de saumon au pamplemousse et poivre rose - un autre classique! - et le poulpe de roche qui a fait très bonne impression. Aussi onctueux que de la crème fraîche, le fromage blanc se réveille par quelques gouttes d'huile de cayenne. De fines tranches de magret séché introduisent le sel et le wow à ce laitage également pailleté d'éclats et de pétales délicats de petits légumes croustillants. Très au naturel, soulignant la fraîcheur du poisson, le tartare de saumon (avec concombre et daïkon) manque toutefois d'attaque en bouche compensée en partie par une garniture sucrée-anisée de betterave et fenouil. Le poulpe, lui, annonce le printemps. Ultra frais, les morceaux luisent de marinade aux herbes et éclatent en bouche de connivence avec un émincé de fenouil (en relish) combiné avec de la pomme verte tonique.

Vertus de la simplicité 

Je plaide souvent pour les vertus de la simplicité, plus complexe qu'elle n'apparaît. Ma ballotine de volaille confirme la théorie. De prime abord banal, la chair roulée en cylindre touche à la perfection non pas seulement parce qu'elle est juteuse et nappée d'une sauce moutardée, mais pour le tout qu'elle forme avec les minuscules gnocchis de topinambours poêlés, les chanterelles marinées ainsi que les petits oignons perlés qui lui donnent un air «à la bourguignonne». Sa présentation en demi-lune - les ingrédients entremêlés avec élégance - lui attire le sceau «beau et bon». 

La pièce de boeuf, de l'onglet cuit médium-saignant, joue la carte du steak & egg nocturne, la viande sertie d'un oeuf coulant. Entre les deux, une fine tarte aux poireaux féminise un plat jusque-là très protéiné, voire robuste. Prolongeant cet élan délicat, une sauce acidulée à la camerise (d'une saveur métisse, entre le cassis et le bleuet) introduit des notes de terroir boréal. La surprise du repas revient à l'arrivage du jour, de la dorade, saisie sur peau, surplombant un bouillon clair de crustacé. D'où l'impression d'une soupe de poisson sans en être vraiment une de laquelle je retiens l'utilisation brillante de la courge spaghetti, «foin de mer» croustillant, et les notes marines de la vinaigrette aux algues (sur le poisson). 

Bouchées chocolatées aux griottes et sandwich de biscuits Graham à la clémentine (en flan un tantinet trop gélatineux) coiffé d'une salade de fenouil - originale et si digeste au dessert - concluent ce souper à la hauteur du Clocher. Assez pour oublier l'heure jusqu'à ce que les lumières s'éteignent.

Au menu

Le Clocher penché

203, rue Saint-Joseph, Québec, tél. : 418 640-0597

Bistro

Ouvert du mardi au dimanche

Brunch samedi et dimanche de 9h à 14h

Menu du jour à partir de 17 $

Entrées de 8 $ à 15 $

Plats de 21 $ à 27 $

Cocotte du marché pour deux à 58 $

Coût de l'addition pour deux avant taxes et service : 79 $ (incluant les entrées, les plats et un dessert partagé)

Stationnement : dans la rue

On aime : ce bistro à la fois moderne et ancré dans la définition la plus pure du terme avec, en plus-value, une préoccupation pour les produits locaux. Assiette végétarienne toujours spectaculaire.

On n'aime pas : le 1 % que je ne garantis pas (!). Cet infime bémol concerne l'assaison­nement insuffisant du tartare de saumon au pamplemousse rose qui s'en remet trop aux notes astringentes de l'agrume.

Mes derniers coups de coeur

  • Sapristi Bistro-Bar
Testé «famille» (menu enfant à 10 $), Le Sapristi ravitaille les car-navaleux de 7 à 77 ans avec des tartares, pâtes et pizzas, dont de la flatbread craquante. À partager au dessert, la trempette s'mores. Ne manque qu'un feu de camp! 1001, rue Saint-Jean, Québec, tél. : 418 694-0303 et 24, boulevard Champlain, tél. : 418 692-2030

  • Le Chic Shack
Burgers gourmets et poutines de luxe, c'est la proposition «pour tous» de ce «shack à patate» urbain. En plus des sodas maison aux purées de fruits, les laits frappés (avec glace Coaticook) s'y corsent (5 $) d'une lichette de Kahlua ou de l'indémodable Baileys. De quoi réchauffer Bonhomme! 15, rue du Fort, Québec, tél. : 418 692-1485

  • Morena
Pour combiner emplettes gourmandes et petite bouffe sur le pouce, Morena n'a pas son pareil. L'épicerie-trattoria vous régale d'antipasti et d'aubergines parmigiana et bouche un coin aux enfants avec ses spaghettis al pomodoro. 1040, avenue Cartier, Québec, tél. : 418 529-3668

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer